Dernier jour de ces vacances parisiennes : dimanche 12 avril.

Un départ plus tardif que les autres jours : non ce n'est pas parce que c'est dimanche !
Il avait plu dans la nuit et en cette matinée dominicale le ciel était gris et menaçant ce qui nous a fait ralentir nos préparatifs.

Mais surtout nous avons passé un peu de temps avec mon cousin (le frère de ma cousine !) qui passait dans la maison dont il assure l'entretien et le jardinage tout au long de l'année. Nous avons papoté pendant que les filles monopolisaient la salle de bain. Le temps de préparer nos sandwiches et hop nous voilà parties sous un très timide soleil.

Direction le musée d'Art Moderne pour l'exposition Georgio de Chiricho.
J'ai découvert ce peintre au détour d'une page de Télérama avec la photo d'un de ses tableaux sur Hector et Andromaque, il y a des années, en 1982 !!! J'ai aimé les deux silhouettes, l'opposition entre l'homme version mannequin de peintre rigide et aux contours stricts et Andromaque de dos, toute de chair et d'émotion, sans chercher à comprendre ni à analyser, brut de ressenti.

Hector_Andromaque_de_Chirico
Ce petit papier découpé me suit depuis 27 ans,
protégé par les pages d'un livre ou celles d'un cahier.
Pafois un peu égaré dans mes déménagements mais jamais perdu !

Plus tard j'ai acheté un livre et j'en ai appris un peu plus sur ce peintre et le surréalisme. J'y ai trouvé cette version très connue de ce thème mais pas "la mienne".

Hector_Andromaque_1_de_Chirico

C'était donc l'occasion de découvrir plein d'autres toiles et de peut-être voir ce tableau.

Arrivées un peu avant midi, nous avons déjeuné à la terrasse du Palais de Tokyo qui se trouve à côté du Musée d'Art Moderne. Le soleil s'est mis à briller. Exceptionnellement le musée n'ouvrait qu'à 14 h donc nous sommes allées faire un petit tour en passant et repassant sur la Seine par passerelle de fer. La Tour Eiffel nous narguait...

Terrasse_Art_Moderne
Terrasse commune :
à gauche celle du Musée d'Art Moderne,
à droite celle du Palais de Tokyo.

Vue_Art_Moderne
Vue depuis le parvis.

Porte_Art_Moderne
La porte du Musée d'Art Moderne qui rentre dans les murs.

La première salle visitée de l'exposition permanente est celle de Raoul Dufy avec La Fée Electricité. J'ai adoré et je me serais volontiers posée dans cette salle à la lumière bleutée où sur tous les murs éclataient les couleurs en une multitude de sujets. J'avais découvert Raoul Dufy lors d'une visite imprévue au musée de Morlaix il y a une quinzaine d'années. J'en ai gardé le souvenir de couleurs plus que de dessins.

F_e_Electricit__Raoul_Dufy
Photo empruntée ici

Il y avait une autre exposition temporaire de Jimmie Durham : Pierres rejetées... Je suis un peu hermétique à ces dérives de l'Art même si je peux y déceler quelques clins d'oeil. Mon Petit Bout a bien aimé. Sans doute ne cherche-t-elle pas de signification et le côté insolite et parfois amusant lui suffit.

Jimmie_Durham_expo

Nous avons continué par l'exposition de Chirico.

9782842786502_big

J'ai aimé des tas de tableaux. J'y ai vu plusieurs versions d'Hector et Andromaque mais pas celle de mon image. Tous les dessins d'architecture me plaisent, les portraits un peu moins. Je crois que j'ai un faible pour le surréalisme, même si je ne fais qu'ébaucher ce mouvement à travers quelques peintures. Lire des tas d'explications sur le pourquoi et le comment peut être intéressant à condition de ne pas se laisser enfermer par ces considérations et continuer à VOIR et RESSENTIR.
Mon Ado Préférée a aimé aussi cette expo.

Nous avons terminé par l'exposition permanente. Un peu de tout dans le contemporain. J'ai encore des progrès à faire si je veux mieux apprécier... Dès que je me laisse porter par des couleurs je peux faire abstraction des formes. Dans le cas contraire j'ai du mal à "lire" l'oeuvre.

Un petit tour à la librairie du musée pour le fascicule de l'expo. Le gros livre était tentant mais bon... Même pas une affiche à rapporter. Snif !

En fouinant sur le Net, (merci Google !) je viens de découvrir la sculpture de "ma" toile . Elle se trouve au musée Carlo Bilotti à Rome. Je ne connaissais pas. Par contre pas moyen de trouver la toile. Si vous savez...

C'était l'heure de goûter il nous fallait trouver un coin sympa dans le quartier pour faire une pause.
Une petite plongée dans le guide du Routard pour constater le désert en salon de thé. Mais à quelques stations de métro un glacier aussi bon que Berthillon était indiqué. Nous voilà parties pour arriver dans une rue morte d'un dimanche après-midi et une boutique fermée. Décidemment.
Nous sommes reparties vers le Boulmich avec l'idée d'une crêpe et l'envie de montrer à mes filles où leur Maman allait dépenser son argent de poche lorsqu'elle avait l'âge de son Ado Préférée. Comme il y a des tas de crêperies dans le coin, même si ce lieu s'était transformé nous trouverions de quoi nous redonner des forces.
Surprise la Crêperie des Arts existait toujours et l'intérieur n'avait pas changé, au coups de peinture raffraichissante près.

Cr_perie_des_Arts
Crêperie des Arts

Vague de nostalgie lorsque nous nous sommes installées dans l'une des alcoves. Se dire que la serveuse n'était pas encore née lorsque je venais ici à l'âge de mon Ado Préférée !!! Mes visites n'étaient pas fréquentes car une crêpe et sa bolée de cidre engloutissaient une grosse partie de mon argent de poche mensuel.

Cr_perie_filles
Mes petites demoiselles

Ce que j'ai pu rêver en ce lieu. Avoir un studio sous les toits alentours (l'attrait de St Germain et de ses chambres de bonnes !) et puis reproduire une de ces petites alcôves pour y manger, chez moi, comme dans un cocon. Les murs blancs en crépi, les éclairages indirects et les bustes de bois façon antique. Très années 70-80 tout ça !

Cr_perie_d_co

En sortant nous avons failli à la tentation touristique d'une de ces échoppes à gadgets. Une petite Tour Eiffel pour mon Petit Bout et un magnet Rue St André des Arts (le dernier du présentoir !) pour moi. Très sages dans nos achats !

Nous avons continué notre découverte parisienne par un passage devant les Beaux-Arts. Cela n'a pas éveillé d'envie particulière chez mon artiste maison !

Beaux_Arts

Puis passage sur la passerelle des Arts devant l'Institut de France pour un retour par les quais et ses bouquinistes.

Passerelle_des_Arts
Passerelle des Arts

Institut_de_France
Institut de France depuis la Passerelle des Arts

Retour dans le RER. Une dernière vue, lors d'une sortie de terre, de la Tour Eiffel, qui attend toujours notre ascension et nous voilà dans "notre" maison pour une dernière soirée en famille, mon cousin étant resté.

Lever matinal en ce lundi de Pâques. Mes filles vont prendre le train toutes seules pour la première fois pour rejoindre les montagnes chez leurs grands-parents et je vais redescendre en solitaire sur Toulouse.
Arrivées tôt à la gare de Lyon nous avons patienté, serrées les unes contre les autres sur un banc pour garder un peu de la complicité de ces quelques jours. Puis je les ai laissées dans le TGV en 1er classe, un vis à vis dans un petit coin rien que pour elles (leur Papa les soigne pour voyager !) et j'ai pris la route...

Musique classique à fond, limitateur de vitesse enclenché et les pensées qui prennent des chemins de traverse alors que je roule sur l'autoroute...

Fin_Paris

Merci de m'avoir suivie à travers les pages de ce carnet de voyage étalé dans le temps. J'ai bien cru que j'allais poursuivre jusqu'aux prochaines vacances estivales !!!
Si la balade vous a plu j'en suis ravie mais j'avoue un plaisir narcissique et égoïste à avoir relaté sur la toile mes promenades parisiennes partagées avec mes filles.

J'envisage une suite, il y a encore tant à voir dans la Capitale... pour les Pâques prochaines...

Magnet_d_t2