Il n'y a pas de chat à la maison, à la déception de mes filles car je suis allergique mais trois chats tournent régulièrement autour de la maison et apprécient les coussins de la terrasse ou du banc près du mini bassin et les places bien ensoleillées et abritées des différentes terrasses. Mais ils ne cherchent pas à rentrer. Mes filles ont un chat chez leur Papa et il en a même récupéré un second de la fille aînée de son épouse.

Il y a une quinzaine de jours un nouveau matou fait son apparition derrière la porte-fenêtre de la cuisine et miaule à mon approche derrière la vitre. Un long miaulement avec la gueule grande ouverte façon baillement d'un lion !

Mon Petit Bout étant là je l'appelle à la rescousse pour qu'elle voit avec lui. Elle sort, le papouille mais il continue toujours à miauler. Pas de lait à la maison ni d'aliment pour chat. Nous lui laissons un bol d'eau. Il va aller et revenir pendant le WE en miaulant longuement à chaque fois juste derrière le carreau.

Dans la semaine qui suit je le vois et l'entends à plusieurs reprises mais je n'interviens pas. il va même monter sur la fenêtre de la cuisine pour bien me faire comprendre que c'est dans ma maison qu'il a envie d'aller ! Le chat n'est pas maigre et semble plus en recherche d'un foyer, ce que je ne peux pas lui offrir. J'ai cherché des affichettes réclamant un chat perdu sans succès. Mon Papa et sa compagne ont déjà trois chats (des ex SDF !) et affichent complet. Le Papa de mes filles en a deux.

Le WE arrivant, ma fille repasse par la maison et lors d'une visite du chat nous lui laissons du lait après quelques caresses ; il disparait en quelque lampées. Il a droit à une seconde fournée qui disparait aussi vite mais le lait n'étant pas l'idéal je m'arrête là.
Je ne souhaite pas que le chat reste donc je ne veux pas le nourrir mais j'ai besoin de me donner bonne conscience je suppose. Et puis il est craquant. Un beau chat tigré beige avec un dessin de pelage bien symétrique et son miaulement si particulier.

La semaine dernière il sera là tous les jours et apparait dès l'ouverture des volets. Juste un peu de lait et d'eau histoire de ne pas le laisser déshydraté. Je lui parle, le gratouille éventuellement ; il voudrait bien rentrer lorsque j'ouvre la porte mais il n'est pas fourbe et ne se faufile pas.

Samedi matin, à l'ouverture du volet de la terrasse il saute du fauteuil pour venir sur la marche. J'ai juste le temps de refermer la porte devant son museau. Il va rester là à miauler, une patte en l'air. LE WE précédent j'avais remarqué qu'il se léchait les coussinets d'une patte mais sans plus. Il n'était toujours pas question de le prendre mais j'avoue que le fait qu'il soit peut-être blessé me contrariait.
Je n'ai jamais eu de chat (et de devenir allergique avec les chats de mon ex-belle-mère, mais c'est une autre histoire !!!) ni été très attirée par eux. Je suis plutôt "chien" !
Donc je ne me voyais pas lui triturer la patte. En plus je ne savais pas comment il allait réagir. En dehors de son miaulement "intimidant" il n'a aucune réaction agressive mais on ne sait jamais...

Je devais sortir pour aller chercher du pain pour mon petit déjeuner et le temps d'ouvrir la porte il avait déjà fait le tour de la maison pour tenter une entrée. Il m'a regardée partir en voiture en miaulant. A la boulangerie j'ai demandé si quelqu'un avait perdu un chat mais il n'y avait qu'une recherche de chien en rayon ! Comme un vétérinaire se trouve juste à côté je suis allée aux renseignements.

Je me sentais un peu bête de savoir si peu de choses sur les chats en réponse à ses questions. Mais pour voir si le chat avait une puce il me fallait l'apporter ! J'envisageais de récupérer un panier chez le Papa de mes filles et d'acheter des croquettes.

Une fois de retour à la maison, le chat avait disparu. Lorsque ma fille est revenue à la maison en fin de journée toujours pas de matou et j'ai fermé les volets sans l'avoir revu.

J'ai pensé qu'il avait peut-être trouvé un foyer plus accueillant.

Le lendemain matin pas de miaou à l'ouverture des volets. J'avoue que cela m'a manqué. Ma fille est partie chez son Papa et peu après qui vois-je derrière la fenêtre mon joli mistigri ! Evidemment je n'avais pas acheté de croquettes, ne pensant plus le revoir et le supermarché venait de fermer après l'ouverture dominicale.
J'ai versé un peu de lait dans un bol qui a vité été avalé. Plus de boite de thon dans les placard mais j'ai découvert un pot de thoïnade gagné lors d'une course à pied. Quelques miettes dans une soucoupe qui ont été dévorées avant de retentissants miaulement pour avoir d'autres. Cela doit bien valoir la pâtée Sheba !!!

J'ai appelé ma fille pour qu'elle me prépare le panier et quelques croquettes pour tenter de l'emporter chez le vétérinaire le lundi matin et j'ai fait un saut chez son Papa.

Le chat a refait une apparition pour le goûter et j'ai vérifié qu'il aimait les croquettes.

Lundi matin j'ai tardé à ouvrir les volets pour pouvoir le nourir dans la caisse dès son arrivée. J'ai bien fait car au premier volet ouvert, j'ai entendu un "miaou" venant des coussins qui sont encore sur le banc dans le jardin. J'ai à peine eu le temps de refermer la fenêtre qu'il était déjà là à réclamer.
Changement de porte et de terrasse pour préparer le panier et mon appât de croquettes. Mais il semblait plus désireux de câlins ce matin que de casse-croûte. Il a tout de même mis deux pattes dans la caisse mais c'est un gros chat et une petite caisse il y en avait encore beaucoup à rentrer et je n'osais pas le pousser. Je ne voulais pas l'affoler ni qu'il se rebiffe. Il n'avait jamais marqué la moindre agressivité mais je n'étais pas très à l'aise.
Il est ressorti puis entré à nouveau. Cela ne semblait pas l'affoler, j'ai fini par pousser un peu et rentrer la queue bien trop longue (!!!) pour fermer. Vite je rentre dans la maison, attrappe mon sac, les clefs de la voiture et en vérifiant que j'avais bien fermé la porte-fenêtre à clef... qui était sur la marche ? Le chat !
J'avais mal fermé la cage.
Nouvel essai avec un chat très conciliant et hop je mets la boite dans le coffre de la voiture. Quelques miaulements mais pas de grosse agitation.

Arrivée chez le vétérinaire, je raconte ma petite histoire pendant qu'elle glisse sa main dans la caisse et lui caresse le cou avec le scanner mais pas de puce. C'est ce que je craignais. Elle me confirme qu'il est adulte, non castré qu'il a environ un ou deux ans et qu'il est beau !
Il ne me reste plus qu'à appeler la Police Municipale qui demandera à un organisme de passer le récupérer. Il ira ensuite à la SPA où il restera une semaine en attente de réclamation puis sera castré, pucée et mis à l'adoption. Elle m'a bien assuré qu'il ne serait pas tué.

Le problème c'est qu'il faut qu'il soit enfermé pour qu'il puisse être récupéré. Pas question de le mettre dans la maison et je n'allais pas le laisser dans sa caisse indéfiniment.

Je suis passée voir mon Papa et sa compagne avec le matou pour prendre conseil. Ils l'ont trouvé beau et bien gentil car à part miauler en nous regardant (surtout moi d'ailleurs) avec ses grands yeux verts il attendait patiemment la suite des évênements.

J'ai appelé la Police Municipale qui m'a dit prendre contact avec l'organisme de ramassage. En réponse à ma question il pouvait y avoir une récupération sous une demie-heure. Je me suis dépêchée de rentrer à la maison. J'ai installé la caisse sur la terrasse et j'ai parlé au chat !

Une demie-heure plus tard coup de fil de la Police qui me confirme la prise en charge dans l'après-midi. Devant mon insistance en expliquant que le chat est dans sa petite boite il m'est proposé de les appeler. Il est déjà midi et le ramassage se fera à 14 h.

Pauvre minou qui va rester emprisonné encore deux heures. Je lui ai donné très peu de croquettes le matin puisqu'il est rentré rapidement dans la cage. Il a peut-être faim, soif, envie de faire ses besoins ? Mais pas question de le laisser repartir.

Je lui parle, je lui propose de l'eau à la petite cuillère que je passe sous la porte. Mais il miaule et ne boit pas. Lorsque je passe un doigt dans un trou il pose sa joue et je le gratouille.
Je le laisse puis je reviens.
Je décide de lui donner le reste de la thoïonade à la petite cuiller. Il se régale et a un petit coup de patte ou un miaulement si la cuiller ne repasse pas assez vite dans le trou mais très doucement ; le pot est rapidement terminé.
Je le quitte un moment pour déjeuner.
Je passe au lait qu'il lampe. Lorsque je fais une pause il miaule un coup pour réclamer la suite, de même si je lui demande s'il en veut encore. C'est le plus long moment que nous aurons passé ensemble. Comme c'est dehors je ne ressens pas de signes d'allergie et je me lave bien les mains à chaque fois !

Les deux heures passent au gré de ces petits moments partagés et une camionnette se gare dans le chemin. Un transfert de cage, quelques derniers gratouillis. Pour la première fois il a les oreilles qui se couchent un peu effrayé par les bruits métalliques des grilles. Je lui souhaite de trouver une famille et il est parti.

J'avoue un coup au coeur. J'ai lavé la caisse au jet et je suis rentrée commencer ce petit long billet.

Comme m'a dit mon Papa lorsque je lui ai relaté la fin de mon aventure féline : "Si tu n'avais pas été allergique je suis sûre que tu l'aurais gardé car il y avait un coup de foudre."

Si j'ai eu envie de faire quelque chose pour ce chat (bon d'accord, il était insistant !) c'est que j'ai eu le sentiment qu'il avait besoin de moi, qu'il m'avait choisie, que j'étais utile pour lui.

Etre choisie et nécessaire à quelqu'un même si c'est un animal...

Voici le chat de l'histoire (photo pas terrible car prise de derrière la vitre très rapidement)

Chat