03 mai 2017

On se bouge et retour au jardin

Ces premiers mois de l'année ne m'ont pas vue très active. Aucune motivation, pas envie de bouger, de faire des efforts, un aquabonisme forcené ! Juste une certaine production de cartes en janvier et février.
Je me secouais juste lorsque mon Petit Bout revenait à la maison pour être une Maman "normale" !!! C'est une spirale sans fin. Moins on en fait, moins on a envie d'en faire...

Au mois de mars, j'ai fini par m'ébrouer quelque peu et reprendre la marche pour peut-être enchaîner sur la course en avril. Une nouvelle paire de running était ma carotte (toujours le même modèle, de l'année précédente car je n'ai pas besoin de la dernière nouveauté ; seule la couleur change !)

Asics

Un tout petit objectif de 30 km dans le mois que j'ai tout de même réussi à dépasser (38 km) ; une rhino surinfectée a mis fin à ce sursaut d'énergie.

Toujours malade début avril, je vois l'herbe pousser chaque jour un peu plus. Il fait beau, il est temps de remettre en route tondeuse et rotofil mais je tergiverse ; j'ai laissé tout cela sans entretien tout l'hiver, cela ne va jamais redémarrer, il faudra faire réparer et mes finances sont au plus bas. Bref je me lamente et retombe dans ma léthargie. Et puis ce perpétuel recommencement m'ennuie. Je vois le verre à moitié vide !!!

Mi avril, lors d'un retour à la maison mon Petit Bout me propose d'aller marcher autour d'un lac voisin. Elle a fait du ski avec son Papa et a quelques courbatures qui ne sont pas compatibles avec un petit run. Il fait beau, le rythme est un peu moins soutenu que lors de mes déambulations en solitaire mais reste très acceptable pour une marche papotage bien agréable.
Je reprends vie... et nous réitérons le lendemain !

Manon retourne à sa vie toulousaine mais je ne veux pas perdre cette toute nouvelle et fragile motivation donc dès le lendemain je rechausse mes runnings. Il fait toujours beau et je me fixe l'objectif de 50 km de marche pour le mois d'avril. J'en ferai 62 ! J'ai repoussé la reprise de la course d'un mois.

Le temps printanier donnait envie de déjeuner dehors ; il fallait remettre le jardin en état.

Pas de joli gazon ici, mais de l'herbe pour une nature sauvage ! Aller étendre le linge dans le bas du jardin ressemble à un passage dans la jungle ! L'herbe m'arrive à mi-cuisse...
Je me résouds à batailler avec la ficelle du rotofil. Quelques essais mais miracle il démarre et me voila partie balancer mon engin au dessus des herbes. Vu la hauteur pas question d'attaquer à la base. Pas de joli green en vue mais cela a déjà plus d'allure. J'ai dégagé un agréable petit coin repas sous l'abricotier pour le prochain déjeuner avec ma petite demoiselle. Voilà qui récompense des efforts fournis.

Tout semblait trop bien parti et le rotofil a décidé d'en rester là alors qu'il y avait la partie la plus difficile à défricher : les vallons des monticules de terre toujours pas mise en place !

Puisque la mécanique me boude, je reprends le travail manuel. Après avoir désherbé le coin banc près du bassin je me dis qu'il serait bon d'adoucir la pente qui y mène donc je me lance. Ce sera un travail de longue haleine. Première étape arriver au niveau du cerisier et du mirabellier pour voir... un petit bout de fait ! Comme toujours, je tamise la terre qui me servira pour un autre projet, je jette les herbes au compost et les petits cailloux dans un creux de mon terrain vallonné !

Banc
Une taupe est déjà venue semer la zizanie !

Un autre jour, une autre étape : désherber un petit massif de fleurs totalement envahi par les mauvaises herbes. Pas facile de s'y retrouver !!! Mais le plaisir lorsque je découvre les boutons du rosier et toutes les repousses des Nigelles.

Agapanthes 05-17
Photo très moyenne et massif un peu fouilli !

Le rotofil a bien voulu reprendre du service et j'en profite pour dégager une autre partie du terrain.

Dans les jours suivants je me décide à passer la débroussailleuse (une tondeuse ne tiendrait pas longtemps ici !) pour parfaire ce qui est déjà coupé et tondre une partie du bas du terrain dont l'herbe est plus rase. A nouveau quelques efforts sur la ficelle mais la chance est encore avec moi et elle ronronne doucement avant de demander elle aussi une pause un peu plus tard. Mes engins sont capricieux !!!
C'est idiot mais j'ai le sentiment de revivre au fur et à mesure que mon environnement redevient moins négligé. Et puis l'effort appelle l'effort. Je ne sais pas faire les choses à moitié. Le plus dur est de commencer...

Je désherbe, je décape, je nettoie, je ratisse, je fais le tri de plantations, bref je m'active et les projets occupent mes pensées pendant que je courbe l'échine.

Si je faisais un petit massif au bord de ma terrasse ? J'ai des althéas en pot depuis l'an passé qui aimeraient bien avoir les racines en pleine terre et puis des petites boutures qui ont déjà deux ans et se trouvent à l'étroit dans leur pot. Bien sûr la terre est mauvaise à cet endroit, le terrain est en pente et je voulais ajouter encore quelques pavés pour parfaire l'arrondi de la terrasse.
Allez je me lance.

Quelques piquets fabriqués dans du branchage, une vieille ficelle et je marque l'emplacement des futurs pavés à ajouter. Le tuyau d'arrosage me sert pour délimiter le massif et je place mes quatre althéas pour juger de l'effet. Sympa ! Il n'y a plus qu'à creuser.

Je pioche, je tamise la terre, j'entasse les mauvaises herbes en bordure du terrain en bas pour un retour à la terre et je comble le creux devant mon massif avec le reste.
Bien sûr je suis impatiente de voir le résultat mais j'aime tout ce travail de fourmi, mettre les mains dans la terre (avec les gants tout de même !)

Du terreau et du compost dans les trous, autour la terre récupérée qui est insuffisante pour mettre toutes mes plantes à niveau mais je complèterai lorsque je poserai les pavés... un jour ! J'ai ajouté des boutures de lavande, de teucrium et une récup de petite plante dont j'ai oublié le nom. De la paille de lin et je suis contente du résultat. Pas de gazon autour mais l'herbe repoussera au milieu des petits cailloux. Ainsi j'ai une petite réserve pour mes futurs fonds de pots !!!

Massif terrasse ouest
C'est vraiment histoire de mettre une image car mes photos sont moches !

Tous ces petits travaux m'ont mise en appétit. J'envisage à nouveau un potager.
La permaculture me trotte dans la tête. J'ai lu des articles, vu des vidéos. J'hésite, je me tâte. Il y a tout et son contraire. pourquoi ne pas essayer pour se faire une idée. De toutes façons ma terre est tellement pauvre qu'il me faut du terreau pour planter. Cela permettra toujours d'enrichir ma parcelle !
Je voulais faire aménager tout mon terrain avant de me lancer dans des projets mais j'ai revu mes envies à la baisse et décidé de faire avec les moyens du bord. Petits coins par petits coins ; ce sera sans doute un peu décousu, fouilli mais plus dans mes possibilités et ma personnalité sans doute.

Dans le bas du terrain à l'endroit où il y avait eu la piscine lorsque les filles étaient petites j'avais déjà fait un petit potager en ajoutant un peu de terre pour y planter quelques légumes. Tout cela s'est dilué sous les herbes.

1er mai, journée du travail : normalement on se repose. C'est le jour que j'ai choisi pour démarrer mon potager en permaculture à ma façon.
Après une belle vente de muguet par mon Petit Bout, un déjeuner partagé "j'ai descendu" dans mon jardin avec mes outils pendant que Manon bossait ses cours.

J'avais bien tondu ma parcelle précédemment. Un ratissage pour récupérer la tonte. Des piquets taillés dans des branchages, de la ficelle, un décamètre et voilà mon futur potager délimité. A terme je prévois trois bandes de permaculture nord-sud mais je vais déjà en construire une. Je me base sur la méthode de Philip Forrer (une vidéo explicative ici). Ensuite j'y mettrai ce que je trouverai. J'ai un tas de résidus végétaux que j'entasse et que je n'ai pas le droit de brûler ; je compte bien les exploiter avec ce projet.

Première étape décaisser. A nouveau mon opération de tri, terre, herbes et gravats. Il y a des restes de terre du potager et donc ma terre récupérée n'est pas si mauvaise que dans le massif des althéas.
Il y a eu des épisodes pluvieux pour faire des pauses et je n'ai pas pu terminer ma bande.

Potager permaculture 01
Vue depuis la terrasse sud de la maison

Potager permaculture 02

En plein travail

Potager permaculture 03
Résultat à l'issue de cette première journée.

Mardi la pluie m'a tenue à la maison mais le temps de mercredi plus clément m'a permis de continuer. A suivre...

 

 

 

 

 

 

Posté par sylviedetoulouse à 23:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,