Je vous avais laissés avec un suspens insoutenable ici !!!

Mon enquête allait-elle me permettre de remonter la piste des deux chèvres perdues et les rendre à leur propriétaire ?

Chaussée de mes running, montre au poignet, écouteurs aux oreilles me voici partie avec la voix de Freddy Mercury ; Queen c'est chouette pour tracer la route.
Je commence par le lotissement en bas du mien qui s'est construit un peu avant les deux immeubles sous mon terrain. Un de mes circuit de marche le traverse mais sans s'enfoncer dans les différentes ramifications. C'est l'heure du déjeuner et malgré le beau soleil personne ne se trouve dans son jardin. Je fini par rencontrer une dame qui ne connait personne ayant des chèvres.
Je repars puis quitte ce lotissement sans succès.

Me voici sur le parcours que nous pratiquons le plus, les filles et moi, pour marcher ou courir : celui qui mène vers les ânes.
Il passe devant un petit centre équestre et j'espère pouvoir y trouver des infos. Justement une voiture en sort mais la réponse sera encore une fois négative. Pas de chèvre ici ni dans les environs à sa connaissance.

Prochaine étape un gîte qui doit encore être plus ou moins une exploitation agricole. Personne en vue ; je prévoie de laisser un petit mot dans la boite aux lettres au retour (j'ai pensé à prendre un petit carnet et un stylo comme un bon détective !).

Je continue mon chemin jusqu'à la dernière maison de ce parcours : la maison de la Source, celle où se trouvent les ânes. Une belle maison ancienne joliment restaurée que j'adore, sur un super terrain au milieu des bois et des champs.
Je passe devant, tout est ouvert mais personne ; je continue jusqu'à la pâture suivante où se trouve les trois moutons dans leur énorme manteau de laine mais pas de chèvre. Je n'en ai jamais vu ici.
Je fais demi-tour et en repassant devant la maison je vois une dame qui prend le soleil en téléphonant.
Je me permets de l'interrompre pour lui demander si elle connait quelqu'un avec des chèvres. Sa réponse est négative...
Mais soudain elle se souvient que près de son lieu de travail il y a un terrain un peu abandonné avec deux chèvres. Elle travaille de l'autre côté du centre dont je suis voisine.
Je suis pleine d'espoir.
Elle précise qu'il y a une chèvre noire et une beige : portrait fidèle de mes deux intruses !
Je la remercie et repart à vivre allure (en marchant) à la maison pour faire les 3 kilomètres du retour ; 8 kilomètres de marche pour enfin toucher au but... j'espère.

De retour à la maison, je fais le récit de mon enquête à Mon Petit Bout avant de partir en voiture (je commence à fatiguer et je suis pressée d'en finir !) pour l'endroit indiqué par la dame.
Sur les lieux je rencontre deux jeunes hommes qui m'indiquent le terrain sur lequel se trouvent normalement les chèvres mais tout est fermé et personne dans la maison qui doit servir de lieu de gardiennage.
Une pancarte indiquant que le terrain est à vendre fournit un numéro de téléphone. Je tente ma chance.
Un monsieur me répond qu'il y a en effet des chèvres et qu'il va contacter le propriétaire. Il a mon numéro pour me rappeler.

Dans l'après-midi mon Papa et sa compagne jouent au lapin de Pâques et nous apportent du chocolat. Ils font la connaissance des chèvres qui vont passer leur temps près de nous de l'autre côté de la baie vitrée. Je sors de temps à autre pour les houspiller et tenter de préserver mes rosiers et leurs jeunes pousses toutes tendres...
C'est un spectacle de les regarder vivre ; elles restent tout le temps l'une près de l'autre et se couchent collées l'une à l'autre.

Fin de journée, toujours pas d'appel. Je relance. Le propriétaire des chèvres n'est pas joignable mais mon interlocuteur me tient au courant.

Mon Papa et sa compagne repartent suivis par Manon qui regagne la ville et me voilà seule avec les chèvres !

Le portable sonne. Mon interlocuteur (il doit louer le terrain en question) a pu laisser un message au fils du propriétaire. Comme il me demande où je me trouve il m'indique qu'il voit très bien la maison et qu'il me connait, n'habitant pas loin ; mais je ne vois pas qui cela peut être ! Un rappel quelques minutes plus tard pour me dire qu'il a eu le propriétaire qui peut récupérer ses animaux le lendemain matin. C'est parti pour une nuit d'hébergement de plus. La nuit elles ne mangeront pas mes rosiers...

Elles vont rester sur la terrasse du salon. Je vais fermer tous les volets, sauf ceux de la terrasse car elles sont couchées devant. J'allume les lumières. Elles restent là à me regarder de temps à autre sans vouloir aller se coucher dans la cabane. J'éteins tout pour aller me coucher mais elles restent là.
Le matin en rentrant dans le salon je les ai trouvées à la même place, curieuses de voir à l'intérieur puisque je n'avais pas pu fermer les volets ! Je ne sais pas si elles se sont abritées dans la cabane dans la nuit.

Le vent a tourné et ma terrasse plein sud est offerte au vent d'Autan donc elles vont se réfugier de temps à autre sur la terrasse de ma chambre côté ouest. Mais comme je suis dans le salon elles reviennent sous la fenêtre... sans doute parce que les rosiers alentours ont leur faveur. Je dois régulièrement les chasser mais les coquines s'habituent à moi et se doutent que je ne vais pas leur faire de mal. Elles s'éloignent un peu mais reviennent en douce peu après.

Chèvres09
Elles ruminent toujours côte à côte.

La matinée avance et pas de nouvelle de la récupération...

Les biquettes s'enhardissent et harpentent la totalité du terrain. Pleine d'espoir je les vois s'approcher des ronces mais elles vont juste les picorer ; mes rosiers sont plus à leur goût.

Chèvres10
Vont-elles aller chez le voisin ?
(c'est son bac à compost sur la bande de terrain qui normalement nous sépare...)

Chèvres11
Non, elles préfèrent revenir chez moi !
Heureusement que je n'ai encore rien planté dans les buttes !!!

Vers 16h j'ai laissé un sms pour dire que personne n'était venu et que je n'avais pas de nouvelle ; cela me semblait moins intrusif qu'un coup de fil un lundi de Pâques.

Un peu avant 19h la voisine du bas vient toquer à la porte pour me dire qu'il y a des chèvres dans mon jardin !!! Comme jusque-là elles ne s'étaient pas aventurées dans le bas elle ne les avait pas vues. J'ai raconté mon histoire.

Un peu excédée après ce remémorage de mes aventures j'ai appelé avant que la soirée ne soit trop avancée. Il avait bien eu mon message mais ne pouvait pas joindre le propriétaire des bêtes. Il m'a laissé le numéro d'un certain Kévin. J'ai donc appelé et laissé un message en absence.

Kévin m'a rappelé un peu plus tard pour me dire que quelqu'un allait venir le lendemain matin. J'ai demandé si la personne connaissait les bêtes car elles ne se laissent pas approcher. J'ai senti un flou. J'ai précisé qu'il fallait plus qu'une personne parce qu'à trois nous n'avions pas réussi. Il m'a affirmé qu'il y aurait plusieurs personnes. Il a ajouté qu'il viendrait me voir la semaine suivante pour se parler.

J'ai renoncé à chasser les chèvres des rosiers car il n'y a plus de pousses vertes !

Comme la veille les bêtes sont restées couchées devant la baie vitrée le soir et je n'ai pas pu fermer les volets. Elles étaient au même endroit le matin.
J'ai appris que le beige était bien un bouc et que la femelle était pleine pour une mise à bas d'ici un ou deux mois, son propriétaire ne semblait pas très sûr.

Mardi matin je me tiens prête dès 8h car Kévin m'a annoncé une venue vers cet horaire.

Je patiente et n'ose rien entreprendre.

Une voiture a ralenti près de chez moi un peu avant 11h. Trois "rugueux" gaillards en sont sortis.
Après une première course poursuite, l'un d'eux a pu attrapper le mâle en le coinçant sur ma terrasse.
N'ayant pas pris de corde avec eux j'ai fourni une sangle. Il a été attaché dans un coin pour faire venir la femelle.
Pour elle ce fut un peu plus long et mes plantations autour de la maison ont subi les sabots et les godillots.
Elle aussi a été attrapée sur ma terrasse.
Cela n'a pas duré très longtemps au final mais il y a eu beaucoup de bêlements et de cris. Cela ressemblait à une corrida !

Ils ont fourré les bêtes dans le coffre, m'ont rendu la sangle, murmuré un "Excusez-nous" lorsque j'ai fait part des rosiers et arbustes mangés et sont partis.

Ce ne sont pas des personnes qui font cas d'un massif de fleurs donc...

Chèvres12
Les derniers instants de calme avant la corrida !

 

Je suis contente que cela soit fini mais il me reste les crottes à balayer partout et à me lamenter devant les roses que je n'aurai pas cette année.

Je vais attendre la semaine suivante pour voir si Kévin me contacte comme annoncé mais je ne me fais guère d'illusions. Pour peu qu'il me propose un des chevreaux à venir en dédomagement !!! 

PS : en faisant le tour du jardin pour constater les dégats occasionnés par les chèvres et la corrida, j'ai vu que les limaces avaient trouvé le chemin de la serre. Une des bouteilles déchapeautées est vierge des quatre pousses d'aubergine ! 

Je suis zen et je vois la beauté dans le monde !!!!

Je suis zen et je vois la beauté dans le monde !!!!

Je suis zen et je vois la beauté dans le monde !!!!

Je suis zen et je vois la beauté dans le monde !!!!

Fleurs cerisier1
Fleurs de mon cerisier le plus précoce.