18 avril 2018

Potager en permaculture : fraises, patates, aménagement et jardinage

Le soleil est là et bien là pour toute la semaine. Comme cela fait du bien. La vie semble d'un coup plus légère... mais la terre est toujours aussi basse et la pioche bien lourde !

Dimanche j'ai taillé les buddléias. Je me suis laissée dépasser par ces arbustes issus de boutures il y a bien longtemps.
Je n'ai pas fait de photo "avant" et c'est dommage !
J'ai commencé par ceux qui sont proches de la terrasse sud qu'ils protègent un peu du vent d'Autan et du regard de la maison des voisins. C'est un peu nu maintenant mais le soleil matinal éclaire plus tôt le salon. De jolies fleurs violettes devraient tout de même apparaître à l'été.

Buddleia violets taille

J'ai continué avec le buddleia orange un peu plus loin. Le seul qui ne soit pas issue de bouture. Il a un pied énorme et pousse à tors et à travers. Beaucoup de branches mortes et d'autres terminées par un mince plumet de feuilles. La floraison n'avait pas été très jolie l'an passé. Là encore une coupe drastique.

Buddleia orange taille

Près du fil à linge, autour d'un fusain, il y a deux buddléias mauves plantés à l'époque de la piscine pour me préparer un coin tranquille. Comme avec mes autres boutures j'ai eu le défaut de ne pas couper court pour le mettre en forme au départ d'où les allures déguingandées. Je les ai raccourcis du mieux que je pouvais en cherchant les repousses les plus basses.

Buddleias taille

Tout ce tas de branchages a été mis en tas en bordure de mon terrain. J'attends que cela sèche un peu avant de le hacher avec le taille-haie puis de passer les plus fins morceaux sous la débroussailleuse pour faire un paillis.

Déchets vététaux

Il me reste à tailler le buddléia blanc le long de la terrasse couverte. Celui-ci est très vigoureux et a déjà eu droit à plusieurs tailles. Il est le mieux proportionné.

J'avais acheté deux barquettes de fraises à Lidl qui attendaient d'être plantées. Deux variétés : Korona et Elsanta. Seulement j'ai mélangé les barquettes et il faudra attendre les fraises pour éventuellement les reconnaitre !!!
J'ai opté pour les placer en bout sud des deux premières buttes en les agrandissant.
Un léger décaissage pour enlever les herbes folles et les premiers cailloux. Je pensais mettre des branchages puis des herbes mais j'ai décidé de faire simple en ajoutant de la terre.
Je fais le tour des pots de fleurs dégarnis pour récupérer la terre.
A l'entrée de la maison j'avais planté deux hostas. En pot sous le porche elles risquaient moins de subir l'assaut des "croqueurs" qu'au jardin. Cet hiver, brusquement tout avait séché.
Je porte donc les pots près des buttes, coupe les tiges et feuilles sèches et commence à gratter la terre. Oh surprise il y a des pousses. En fait les hostas sont toujours là, prêtes à repartir. J'enlève délicatement la terre du dessus, remonte les pots pour surfacer avec du terreau et les remets à leur place avec un bon arrosage.
Pourtant j'aurais du me souvenir puisque ces plants sont déjà des rescapés (voir ici) !

Hosta1

Hosta2

Du coup peu de terre à me mettre sous la pelle. J'ai ajouté le terreau qui avait servi à mes graines de salades et un sac de terreau de Lidl parfait pour juste ajouter de la matière. J'ai mis du bon terreau dans les trous de plantations, placé les fraisiers et recouvert de tonte sèche.

Fraisiers1   Fraisiers2
Korona-Elsanta ou Elsanta-Korona ???

Comme j'étais dans les fraises, j'ai nettoyé les pieds de l'abricotier et d'un cerisier où j'avais planté des fraisiers l'an passé. Laissé à l'abandon à l'automne je n'ai pas pris la peine de voir s'il y avait des stolons. J'essayerai d'être plus attentive cette année !

Fraisiers abricotier  Fraisiers cerisier
Abricotier - Cerisier avec tous les rejets au pied à couper

En repassant sur ma terrasse j'ai eu envie de me poser dans le hamac. Chaussures et chaussettes enlevées comme c'était doux de sentir l'air de cette fin de journée ensoleillée. Une petite pause lecture avant de rentrer.

Hamac 2018

Mardi j'ai enfin acheté mes pommes de terre : de l'Amandine. C'est celle que je consomme le plus souvent donc c'est parfait. Pour une première tentative je ne vais pas me lancer dans la diversité.

Alors que je me mettais en tenue pour une nouvelle séance de tonte on toque à la porte. C'était une voisine de deux maisons plus loin qui me proposait des géraniums vivaces. Elle venait d'éclaircir son massif.
J'ai trouvé l'intention très sympathique vu que je n'ai pas de rapport avec elle. Oui je suis sauvage !
Je ne savais comment la remercier. Je lui ai proposé des graines de Nigelle de Damas, ce qui lui convenait. J'ai eu l'image de troc cadeau contre cadeau comme dans certaines tribus !!! En tout cas c'était agréable.
Il faut maintenant que je leur trouve un petit coin approprié.

J'ai fait une première tonte haute sur une partie du haut du terrain. Pour les endroits difficiles il faut vraiment que j'arrive à relancer le roto-fil.

J'ai nettoyé le tour du bassin en arrachant les hautes herbes ainsi que le coin du banc avant de passer la débroussailleuse. Ce n'est pas clean et il faudra un second passage plus ras mais on y voit un peu plus clair.

Bassin 04-18 désherbage

Banc 04-18 désherbage

Puis je suis allée déposer les pommes de terre germées dans des trous d'herbe sèche. Je les ai mises en quinconce sur deux rangs pour essayer d'en placer le maximum. Une petite couverture d'herbe et il ne reste plus qu'à attendre... et espérer ! Seulement 27 ont trouvé une place et il en reste dans la boite. Je pense que je vais prolonger la bande en remontant.

Alors que je plantais mes patates de façon peu conventionnelle j'ai vu un monsieur monter la butte du coté des immeubles et venir à ma rencontre de l'autre côté du grillage.
Décidément c'est la journée "échanges" !
Il habite l'appartement dont le balcon a vue sur mon terrain.
Il trouvait que je faisais beaucoup d'efforts et que je n'étais peut-être pas récompensée. J'ai démenti et expliqué ma démarche.
Il avait eu un jardin "à l'ancienne" et était donc surpris de voir des tas avec de l'herbe sèche.
C'est là qu'on se rend compte que la permaculture est un mot inconnu de beaucoup de jardiniers.

Nous avons parlé un moment, moi cherchant à justifier le bien-fondé de ma démarche et lui septique. Je le sentais un peu nostalgique de sa vie d'avant : à la fois côté jardin mais aussi personnelle. Il m'a proposé son aide ; ayant évoqué le fumier de cheval d'un centre voisin je lui répondais que je n'avais pas de remorque. Justement lui en avait une et était prêt à m'en faire profiter.

Curieuse journée.
Habituée à mon cercle restreint de proches j'avoue ne pas savoir comment interpréter et me comporter avec de nouvelles personnes. Je n'ai jamais été douée pour cela mais avec mon renfermement de ces dernières années cela ne s'est pas arrangé !
En tout cas voilà des anecdotes amusantes à relater à mes filles en conversation privée sur FB...

Assez bavardé, il y a encore du boulot...

Posté par sylviedetoulouse à 23:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,