Jeudi matin j'ai profité d'un ciel couvert et d'une température plus douce pour travailler au potager.
Toujours pas de tonte possible ; je m'impatiente et me désespère de toute cette herbe qui pousse, qui pousse...

J'ai récolté les derniers petits pois de la butte n°2 puis coupé tous les pieds en laissant les racines (qui m'ont semblé très petites !). Je les ai mis en tas en bout de butte en attendant un possible broyage.
J'ai remonté le paillage sur les pieds des poivrons et des aubergines qui commencent à prendre de la hauteur à part deux plants qui sont en perdition : un poivron long et une aubergine je crois.
J'ai égalisé un peu la surface de la terre. Elle est très en pente et je pense qu'un apport de terre tamisée à la base serait un plus pour obtenir une surface de plantation vraiment utile.
J'envisage de semer des haricots nains en ajoutant du terreau dans la ligne ou les trous de plantation.
Je me demande si je vais semer en ligne ou en poquet. Les haricots améthyst semés en ligne au mois de mai m'ont semblé avoir plus de difficultés à pousser que les haricots verts ou jaunes semés en poquet l'an passé.
Je vais peut-être expérimenter les deux techniques pour une même variété... 

Dans la butte n°1 j'ai récolté les dernières fèves et j'ai coupé les pieds qui ont subit le même sort que les plants de petits pois.
Cette butte est vraiment en piteux état. Elle manque de matière, le peu de terre ayant disparu entre les branchages qui ressortent. Ils sont en train de se décomposer car très friables mais sont encore loin de faire de l'humus propre à enrichir ma terre sèche et argileuse..
J'ai enlevé tout le paillis que j'ai regroupé en bout de butte. Je ne pense pas le remettre tel quel mais plutôt le repasser sous la débroussailleuse avec ce que j'ai à mulsher.
Les boutures de romarin de 2 ans ont bien poussé et ne souffrent pas trop de ces conditions difficiles (peu de terre et pauvre de surcroît)
Les poireaux sont moins à la fête. Le bout nord de la butte offre les meilleures conditions. Plus de terre sans doute qui s'est un peu améliorée ; une surface plus plane qui doit mieux retenir l'eau. Plus on va vers l'autre bout de la butte plus c'est désertique avec des poireaux chétifs au milieu des hérissons de branchages !
J'ai décidé de faire un apport de terre tamisée pour redonner de la matière et de l'allure à cette butte. J'ajouterai du terreau autour de chaque poireau et ensuite un bon arrosage pour tasser tout cela avant de bien recouvrir de mulsh.
Après trois brouettes de terre tamisée j'ai simplement comblé un petit quart de la butte au sud ! J'ai aussi ajouté le surplus de tamisage sur la butte Provence et des gros cailloux dans les creux du terrain... Tout doucement (très doucement !) le grand creux se rempli. Je vais y arriver...
Le soleil était revenu, la chaleur aussi et je devais reprendre figure humaine pour mon cours de piano...
Au retour j'ai préféré la lecture dans le hamac à l'ombre du chêne, vu la température...

Petits pois-fèves fin 18-06-28
Fin de récolte

Vendredi j'ai enfin récupéré le cabochon !
Je me suis empressée de le mettre en place et de démarrer la débroussailleuse.
Par chance ce début de journée était couvert et pas trop chaud.

J'ai tondu tout le bas du terrain : le potager, le futur verger où poussent les Milpas et la bande de séparation côté est. Vu la hauteur de la végétation à certains endroits j'ai dû faire deux passages : un premier en version haute et le second au ras de l'herbe. Je vais avoir de quoi ratisser le soir après séchage. Enfin du paillis !!!

Comme la veille le soleil est revenu en fin de matinée et j'ai arrêté de tondre pour déjeuner.

J'ai préparé ma première courgette ronde (en la découpant bien selon le pointillé !!!) avec de la chair à saucisse, des oignons et du riz. Elle était délicieuse.

Samedi matin je profite de la tiédeur du petit matin pour attaquer le jardin. Trop tôt pour tondre et réveiller le quartier, je commence le ratissage de la tonte de la veille et remets du paillis sur les bandes n°3 et 4.

J'avais déposé branchages, tailles et coupes d'herbe à la faucille sur ma zone de battage mais j'ai des iris qui sont sortis de terre en plein milieu. Comment sont-ils arrivés là ? Mystère. Ce n'est pas la bonne période pour les déplanter et si je continue à jouer avec la débroussailleuse sur cette surface je vais certainement les ratiboiser !
Du coup je me demande si le coin "repos du jardinier" que je n'ai pas pu agencer avant l'été ne serait pas la bonne surface pour mulsher jusqu'à cet automne. J'ai donc déplacé tous mes déchets végétaux de quelques mètres. Je n'ai laissé que les branches sur le haut ; j'attends que cela sèche encore pour réduire avec le taille-haie.
La terre sous ce manteau végétal qui reçoit régulièrement du paillage semble s'être améliorée. Il y a sans doute beaucoup de cailloux mais je me demandais si je n'allais pas profiter de cette surface pour planter tout ce qui me reste de mes semis. Même si cela ne pousse pas très bien cela fera de la matière. Je pense aussi ne pas tuteurer les tomates mais les laisser courir sur le sol. Une expérience.
Je suis un jardinier sur you-tube ici qui pratique une agriculture naturelle selon Masanobu Fukuoka. En laissant les tomates libres elles courent sur le sol et les gourmands s'enracinent pour renforcer la plante. Il plante normalement au milieu de la végétation qui protège la plante. Dans mon cas je vais un peu pailler car cette surface après la tonte n'aura plus beaucoup de végétation.

Un peu de tamisage pour continuer à garnir la butte n°1.

Il était l'heure de la tonte. Ce fut laborieux car l'herbe était très haute devant la maison même en réglant la débroussailleuse au plus haut. Il faudra faire un second passage d'ici quelques jours plus ras. Sur le côté ouest j'ai pu faire une vraie tonte et donc produire pas mal de mulsh que j'ai laissé sécher.
Il reste encore beaucoup à tondre mais trop chaud pour continuer.

J'ai arrosé le soir tard. Comme il y avait du vent je n'ai pas été trop dérangée par les moustiques.

Le potager et les Milpas en avait bien besoin entre la chaleur et le vent d'Autan qui dessèche tout.

Dimanche j'ai continué à ratisser pour ajouter du paillis au potager et sur le massif des agapanthes. J'ai arraché dernièrement toutes les nigelles défleuries qui s'écroulaient et étouffaient les agapanthes. Je ne récolterai pas de graines cette année mais j'en ai tellement de l'an passé que je survivrai, sans compter les graines qui sont déjà certainement tombées et qui germeront au printemps prochain.

Encore une brouette de tamisage pour la butte n°1 ; bientôt au bout ! puis il y aura la n°2 !!!

Comme je tamisais j'ai préparé un mélange terre de jardin-terreau pour des pots. J'avais semé des Belles de jour dans une barquette. Cela fait déjà un moment qu'elles poussent à l'étroit. J'ai rempli deux gros pots et repiqué ces futures fleurs ; je ne sais pas du tout ce que cela va donner. J'avais aussi semé des Belles de nuit mais aucun résultat. Il faut dire que les graines récupérées traînaient dans des sachets depuis plusieurs années. Si je fais un coin prairie l'année prochaine je jetterai toutes ces graines au sol...

Belles de jour (semis)

J'en ai profité pour mettre en pot les deux dernières boutures de laurier fleur qui faisaient encore leurs racines dans les verres. Un laurier rouge et l'unique pied de laurier rose double qui me tient à coeur.
En parlant des lauriers ils ont repris de la vigueur après la coupe sévère ce printemps. La floraison sera faible mais de nombreuses petites pousses le long des tiges me permettront de refaire une taille à l'automne pour étoffer ces arbustes.

Mise en pots lauriers

Avec la nature il ne faut pas désespérer. J'avais semé en godet quatre graines de courge butternut. Rien ne sortait mais je continuais d'arroser la terre et miracle trois petites pousses vertes ont montré le bout de leur nez. Une est un peu atrophiée je ne sais pas si elle va continuer sa progression !

Courges butternut godet

Les godets qui restent sans germination sont vidés dans un bac au bout d'un certain temps et je réutilise ce terreau en mélange lors de la plantation en pot.
Il y a quelques temps j'ai enfin mis en pot les trois clématites achetées l'an passé à Lidl. Et qui pousse au pied d'une des fleurs ? Un curcurbitacé. Je ne sais pas encore son petit nom ! J'attends qu'il ait pris plus de vigueur avant de le transplanter au potager.

Clématite-cucurbitacé1

Clématite-cucurbitacé2

J'ai ajouté un 3e cucurbitacé dans le trou n°6 en récupérant une pousse spontanée au milieu des plants de concombres. Je ne sais pas si cela prendra car il fait vraiment trop chaud pour planter en ce moment même en le faisant le matin ou le soir.
Dans le trou n°5 le plan "réparé" est toujours vert mais a bien du mal à grandir.

Pour finir une vue d'ensemble du coin Milpas ou je suis fan de ces pousses de maïs même s'il n'y a pas encore d'épi...

Verger04

... et du potager remis en état.

Etat au 18-07-02