04 avril 2018

Germination

La magie d'une petite graine qui germe.

L'an passé j'avais expérimenté la culture de graines germées pour les consommer en ajout à une salade. A force de surfer sur le Net on attrape de drôles d'envies...

Un bocal, une compresse, un élastique et je me lance avec des graines (bio bien sûr !) d'Alfalfa (luzerne, comme pour les lapins) car c'est ce qui semble le plus simple.

En effet cela fonctionne et Manon et moi avons apprécié cette petite note dans nos salades.

J'ai voulu poursuivre avec des graines de Brocoli mais là ce fut un échec : moisissures. Pas top le bocal pour ce type de graines.

Puis j'ai mis en chantier le potager et d'autres cultures et mon bocal est parti dans le récupérateur de verre.

A Noël mon "infirmière préférée" m'a offert deux germoirs.
Un pour" famille nombreuse" avec trois étages

Grand germoir

et un autre très simple et esthétique pour les graines qui forme du mucilage (comme les graines de Brocoli par exemple). Elle avait ajouté deux sachets de graines : Basilic et Chia.

Petit germoir

Très vite j'ai lancé la culture.

Du Brocoli dans le petit qui a très bien fonctionné. J'ai déposé les pousses sur des tranches de pain avec du chèvre fondu. Hum, un délice !!!

Du Basilic et de l'Alfalfa en utilisant seulement deux étages. Là ce fut un échec. Les graines se sont aglutinées autour des buses d'écoulement. La germination a été très lente et le résultat ne donnait pas envie. De plus les pousses du plateau du dessous ont vite buté sur le plateau supérieur. Direction le compost.

J'ai tout nettoyé et rangé dans sa boite un peu déçue que ce joli cadeau ne porte pas ses fruits.

Et puis à force de placer des petites graines dans des bouteilles en plastique j'ai décidé de ressortir mes germoirs en relisant bien toutes les indications même si je n'ai pas eu le sentiment d'en avoir zappées.

Des graines de Brocoli dans le petit germoir. Je me suis contentée de vaporiser les graines pour maintenir le niveau d'eau.
Super et très bon goût. Avec ce principe je ne mange que les pousses (les minuscules feuilles et un peu de tige) alors que dans le bocal je mangeais la totalité, la graine ne produisant pas une grande racine. Avec la coupelle la racine est longue et reste un peu accrochée sous le tamis. Cela ne donne pas envie de la manger !

Pour le grand j'ai refait une tentative avec 3 plateaux.
Comme indiqué j'ai placé le couvercle et je n'ai pas ajouté d'eau. Lorsque les pousses sont sorties j'ai tout de même vaporisé. Le plateau du bas a vite présenté des signes de moisissures donc compost ! J'ai coupé les pousses du plateau supérieur et mis au compost le reste.
Voici le dernier plateau avec des graines de basilic qui va être consommé sous peu.

Basilic1

Basilic2

J'avais placé un peu plus de graines que la fois précédente que j'ai bien étalées avec un cure dent (car sur le doigt cela colle) après que l'eau se soit écoulée. Le bâton de Magnun est très utile aussi !
Une des difficultés de ce grand germoir c'est le principe. L'eau déplace les graines et elles de retrouve en tas autour des buses. Je me rends compte que je n'ai pas vraiment fait tremper les graines avant : à corriger !
Sur la notice de ce modèle il n'est pas précisé de rincer les graines deux fois par jour comme j'ai pu le faire avec le bocal. Or sur le Net il semblerait que même avec ce type de germoir on rince. Alors je m'interroge.
Je pense aussi qu'il n'est pas utile de remettre le couvercle. J'ai fini par l'enlever.
De plus ajouter les plateaux au fur et à mesure de l'avancée de la germination me semble préférable. Cela permet aussi de ne pas avoir toutes les pousses en même temps même si les temps de germination sont différents selon les graines.

Vous voyez je suis dans l'interrogation et je suis preneuse de toutes explications, astuces si vous utilisez ce type de germoir.

Posté par sylviedetoulouse à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 avril 2018

Les chèvres de Pâques : suite et... fin !

Je vous avais laissés avec un suspens insoutenable ici !!!

Mon enquête allait-elle me permettre de remonter la piste des deux chèvres perdues et les rendre à leur propriétaire ?

Chaussée de mes running, montre au poignet, écouteurs aux oreilles me voici partie avec la voix de Freddy Mercury ; Queen c'est chouette pour tracer la route.
Je commence par le lotissement en bas du mien qui s'est construit un peu avant les deux immeubles sous mon terrain. Un de mes circuit de marche le traverse mais sans s'enfoncer dans les différentes ramifications. C'est l'heure du déjeuner et malgré le beau soleil personne ne se trouve dans son jardin. Je fini par rencontrer une dame qui ne connait personne ayant des chèvres.
Je repars puis quitte ce lotissement sans succès.

Me voici sur le parcours que nous pratiquons le plus, les filles et moi, pour marcher ou courir : celui qui mène vers les ânes.
Il passe devant un petit centre équestre et j'espère pouvoir y trouver des infos. Justement une voiture en sort mais la réponse sera encore une fois négative. Pas de chèvre ici ni dans les environs à sa connaissance.

Prochaine étape un gîte qui doit encore être plus ou moins une exploitation agricole. Personne en vue ; je prévoie de laisser un petit mot dans la boite aux lettres au retour (j'ai pensé à prendre un petit carnet et un stylo comme un bon détective !).

Je continue mon chemin jusqu'à la dernière maison de ce parcours : la maison de la Source, celle où se trouvent les ânes. Une belle maison ancienne joliment restaurée que j'adore, sur un super terrain au milieu des bois et des champs.
Je passe devant, tout est ouvert mais personne ; je continue jusqu'à la pâture suivante où se trouve les trois moutons dans leur énorme manteau de laine mais pas de chèvre. Je n'en ai jamais vu ici.
Je fais demi-tour et en repassant devant la maison je vois une dame qui prend le soleil en téléphonant.
Je me permets de l'interrompre pour lui demander si elle connait quelqu'un avec des chèvres. Sa réponse est négative...
Mais soudain elle se souvient que près de son lieu de travail il y a un terrain un peu abandonné avec deux chèvres. Elle travaille de l'autre côté du centre dont je suis voisine.
Je suis pleine d'espoir.
Elle précise qu'il y a une chèvre noire et une beige : portrait fidèle de mes deux intruses !
Je la remercie et repart à vivre allure (en marchant) à la maison pour faire les 3 kilomètres du retour ; 8 kilomètres de marche pour enfin toucher au but... j'espère.

De retour à la maison, je fais le récit de mon enquête à Mon Petit Bout avant de partir en voiture (je commence à fatiguer et je suis pressée d'en finir !) pour l'endroit indiqué par la dame.
Sur les lieux je rencontre deux jeunes hommes qui m'indiquent le terrain sur lequel se trouvent normalement les chèvres mais tout est fermé et personne dans la maison qui doit servir de lieu de gardiennage.
Une pancarte indiquant que le terrain est à vendre fournit un numéro de téléphone. Je tente ma chance.
Un monsieur me répond qu'il y a en effet des chèvres et qu'il va contacter le propriétaire. Il a mon numéro pour me rappeler.

Dans l'après-midi mon Papa et sa compagne jouent au lapin de Pâques et nous apportent du chocolat. Ils font la connaissance des chèvres qui vont passer leur temps près de nous de l'autre côté de la baie vitrée. Je sors de temps à autre pour les houspiller et tenter de préserver mes rosiers et leurs jeunes pousses toutes tendres...
C'est un spectacle de les regarder vivre ; elles restent tout le temps l'une près de l'autre et se couchent collées l'une à l'autre.

Fin de journée, toujours pas d'appel. Je relance. Le propriétaire des chèvres n'est pas joignable mais mon interlocuteur me tient au courant.

Mon Papa et sa compagne repartent suivis par Manon qui regagne la ville et me voilà seule avec les chèvres !

Le portable sonne. Mon interlocuteur (il doit louer le terrain en question) a pu laisser un message au fils du propriétaire. Comme il me demande où je me trouve il m'indique qu'il voit très bien la maison et qu'il me connait, n'habitant pas loin ; mais je ne vois pas qui cela peut être ! Un rappel quelques minutes plus tard pour me dire qu'il a eu le propriétaire qui peut récupérer ses animaux le lendemain matin. C'est parti pour une nuit d'hébergement de plus. La nuit elles ne mangeront pas mes rosiers...

Elles vont rester sur la terrasse du salon. Je vais fermer tous les volets, sauf ceux de la terrasse car elles sont couchées devant. J'allume les lumières. Elles restent là à me regarder de temps à autre sans vouloir aller se coucher dans la cabane. J'éteins tout pour aller me coucher mais elles restent là.
Le matin en rentrant dans le salon je les ai trouvées à la même place, curieuses de voir à l'intérieur puisque je n'avais pas pu fermer les volets ! Je ne sais pas si elles se sont abritées dans la cabane dans la nuit.

Le vent a tourné et ma terrasse plein sud est offerte au vent d'Autan donc elles vont se réfugier de temps à autre sur la terrasse de ma chambre côté ouest. Mais comme je suis dans le salon elles reviennent sous la fenêtre... sans doute parce que les rosiers alentours ont leur faveur. Je dois régulièrement les chasser mais les coquines s'habituent à moi et se doutent que je ne vais pas leur faire de mal. Elles s'éloignent un peu mais reviennent en douce peu après.

Chèvres09
Elles ruminent toujours côte à côte.

La matinée avance et pas de nouvelle de la récupération...

Les biquettes s'enhardissent et harpentent la totalité du terrain. Pleine d'espoir je les vois s'approcher des ronces mais elles vont juste les picorer ; mes rosiers sont plus à leur goût.

Chèvres10
Vont-elles aller chez le voisin ?
(c'est son bac à compost sur la bande de terrain qui normalement nous sépare...)

Chèvres11
Non, elles préfèrent revenir chez moi !
Heureusement que je n'ai encore rien planté dans les buttes !!!

Vers 16h j'ai laissé un sms pour dire que personne n'était venu et que je n'avais pas de nouvelle ; cela me semblait moins intrusif qu'un coup de fil un lundi de Pâques.

Un peu avant 19h la voisine du bas vient toquer à la porte pour me dire qu'il y a des chèvres dans mon jardin !!! Comme jusque-là elles ne s'étaient pas aventurées dans le bas elle ne les avait pas vues. J'ai raconté mon histoire.

Un peu excédée après ce remémorage de mes aventures j'ai appelé avant que la soirée ne soit trop avancée. Il avait bien eu mon message mais ne pouvait pas joindre le propriétaire des bêtes. Il m'a laissé le numéro d'un certain Kévin. J'ai donc appelé et laissé un message en absence.

Kévin m'a rappelé un peu plus tard pour me dire que quelqu'un allait venir le lendemain matin. J'ai demandé si la personne connaissait les bêtes car elles ne se laissent pas approcher. J'ai senti un flou. J'ai précisé qu'il fallait plus qu'une personne parce qu'à trois nous n'avions pas réussi. Il m'a affirmé qu'il y aurait plusieurs personnes. Il a ajouté qu'il viendrait me voir la semaine suivante pour se parler.

J'ai renoncé à chasser les chèvres des rosiers car il n'y a plus de pousses vertes !

Comme la veille les bêtes sont restées couchées devant la baie vitrée le soir et je n'ai pas pu fermer les volets. Elles étaient au même endroit le matin.
J'ai appris que le beige était bien un bouc et que la femelle était pleine pour une mise à bas d'ici un ou deux mois, son propriétaire ne semblait pas très sûr.

Mardi matin je me tiens prête dès 8h car Kévin m'a annoncé une venue vers cet horaire.

Je patiente et n'ose rien entreprendre.

Une voiture a ralenti près de chez moi un peu avant 11h. Trois "rugueux" gaillards en sont sortis.
Après une première course poursuite, l'un d'eux a pu attrapper le mâle en le coinçant sur ma terrasse.
N'ayant pas pris de corde avec eux j'ai fourni une sangle. Il a été attaché dans un coin pour faire venir la femelle.
Pour elle ce fut un peu plus long et mes plantations autour de la maison ont subi les sabots et les godillots.
Elle aussi a été attrapée sur ma terrasse.
Cela n'a pas duré très longtemps au final mais il y a eu beaucoup de bêlements et de cris. Cela ressemblait à une corrida !

Ils ont fourré les bêtes dans le coffre, m'ont rendu la sangle, murmuré un "Excusez-nous" lorsque j'ai fait part des rosiers et arbustes mangés et sont partis.

Ce ne sont pas des personnes qui font cas d'un massif de fleurs donc...

Chèvres12
Les derniers instants de calme avant la corrida !

 

Je suis contente que cela soit fini mais il me reste les crottes à balayer partout et à me lamenter devant les roses que je n'aurai pas cette année.

Je vais attendre la semaine suivante pour voir si Kévin me contacte comme annoncé mais je ne me fais guère d'illusions. Pour peu qu'il me propose un des chevreaux à venir en dédomagement !!! 

PS : en faisant le tour du jardin pour constater les dégats occasionnés par les chèvres et la corrida, j'ai vu que les limaces avaient trouvé le chemin de la serre. Une des bouteilles déchapeautées est vierge des quatre pousses d'aubergine ! 

Je suis zen et je vois la beauté dans le monde !!!!

Je suis zen et je vois la beauté dans le monde !!!!

Je suis zen et je vois la beauté dans le monde !!!!

Je suis zen et je vois la beauté dans le monde !!!!

Fleurs cerisier1
Fleurs de mon cerisier le plus précoce.

Posté par sylviedetoulouse à 13:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

01 avril 2018

Les chèvres de Pâques

Une petite histoire...

En ce samedi du WE Pascal, mon Petit Bout et moi revenions de courses à midi passé.
En rentrant dans la maison nous avons une vue directe sur la baie vitrée de la terrasse sud.
Là, surprise, deux chèvres se tenaient sur la terrasse nous regardant au travers de la vitre !

J'ai beau me trouver dans un lotissement j'ai déjà vu passer pas mal d'animaux sur mon terrain. Des chevreuils et des lapins  et même un jeune cerf un soir sur cette même terrasse avant que le petit bois en bas du terrain ne soit remplacé par des immeubles ; il y a eu des vaches accompagnées du taureau qui étaient sortis de leur enclos de la ferme un peu plus loin (ferme qui n'est plus en service ; des chiens qui s'échappent de leur maison et bien sûr je ne compte plus les chats pour lesquels ma maison fait partie d'un circuit touristique. Parfois l'un d'entre eux souhaite s'installer (lire ici).

Mais des chèvres c'est une première !

Chèvres01
Deux chèvres en vadrouille devant la chambre de Manon

Chèvres02
Des chèvres et des immeubles

Elles ne se laissaient pas vraiment approcher mais revenaient vers Manon et moi dès que nous tournions le dos car elles sont très curieuses. Le terrain n'est pas clos côté route et donc largement ouvert sur un horizon dégagé mais à aucun moment elles n'ont cherché à fuir dans cette direction. Elles revenaient sur la terrasse derrière les fenêtres.

Comme je suis mitoyenne avec le parc d'un centre d'handicapés et que j'y ai déjà aperçu des poules en liberté peut-être que des chèvres faisaient partie du cheptel. J'avais inspecté la clôture qui nous sépare et n'avais pas vu de passage mais... Résultat de l'appel téléphonique : non pas chèvre chez eux.
J'ai appelé la mairie mais la permanence du samedi matin était terminée.
J'ai appelé la gendarmerie qui m'a revoyée sur les pompiers.
J'ai appelé les pompiers qui m'ont dit que ce n'était pas à eux de gérer cela mais à la police ou la gendarmerie.
J'ai appelé une autre gendarmerie. Le gendarme que j'ai eu au bout du fil avait de l'humour et m'a dit que c'étaient les chèvres de Pâques qui apportaient les chocolats ! Bref après un petit moment de détente il m'a mise en relation avec le centre qui récupère les animaux en vadrouille, le même qui avait récupéré le chat.
La personne m'a dit qu'elle ne passerait pas avant une heure et qu'elle appellerait avant pour savoir si les chèvres étaient toujours là.

Il était pas loin de 13h30 et le repas n'était pas prêt. Je me suis attelée au chili con carne tout en surveillant les bestioles. Le rosier et le jasmin de la terrasse semblent à leur goût. Heureusement ils sont très grands et il y a de la marge avant que tout soit mangé !

La pluie est arrivée et les biquettes sont revenues tout contre la vitre comme si elles voulaient rentrer puis ont fait toutes les fenêtres jusqu'à celle de ma terrasse où elles se sont alors dirigées vers la cabane dont la porte reste ouverte.

Elles étaient toujours à l'abri lorsque la jeune fille est arrivée. Heureusement nous avions pu manger quelques grains de riz et un peu de chili car nous partions pour une belle équipée !!!

Une chèvre c'est agile, c'est rapide et cela ne veut pas glisser son cou dans le lasso !!!
Nous avons tourné autour de la maison dans tous les sens sans réussir à en attraper une seule. Nous avions même ouvert la porte fenêtre de la chambre de Manon en fermant de l'autre côté en espérant les bloquer mais elles glissaient une tête, deux pattes et se sauvaient dès que nous approchions.
A un moment elles ont sauté par dessus les parpaings qui ont remplacé un pan de la barrière en bois cassée de mon voisin au nord. Elles se sont réfugiées dans un coin. La voisine est sortie, a essayé de les amadouer avec des carottes sans succès et elles ont re-sauté chez moi.

Au bout de plus d'une heure la personne devait repartir sur d'autres interventions et les chèvres ont pu reprendre leur souffle dans le jardin. Pas d'intervention possible avant mardi où l'effectif serait moins restreint et donc plusieurs personnes pourraient venir.

Il était pas loin de 16h lorsque nous avons fini de déjeuner !!! Les chèvres, une femelle noire et la beige indéterminée (il me semble voir des "coucougnettes" sous la masse de poils peut-être son fils car la noire semble la/le protéger) revenaient sur la terrasse nous regarder derrière la vitre. Je vais continuer à les appeler "elles" pour une fois que le féminin l'emporte !!! A la moindre pluie elles repartaient dans la cabane.

J'avais appelé le vétérinaire de la commune mais étant fermé c'est le numéro d'urgence que j'ai eu. Se situant à Toulouse il y avait peu de chance que la personne soit au courant de biquettes en vadrouille. En effet pas d'animaux perdus signalés !

Puis j'ai appelé le zoo qui est très proche. J'avais oublié qu'il y avait aussi des animaux domestiques. Mais après recherches j'ai été rappelée : il ne leur manquait pas de chèvres !

Je suis allée faire un peu de place dans la cabane qui est très encombrée. Je n'ai pas de paille à leur offrir. La plus petite vient régulièrement se coller à la fenêtre de Manon et elle est toute tremblante de froid. C'est certainement l'endroit le plus abrité du vent du nord qui souffle aujourd'hui mais il ne fait pas très chaud. Je ne sais pas si ce sont des animaux qui se couchent ou s'ils restent toujours sur leurs pattes. Je ne connais rien aux chèvres. J'ai des petites crottes un peu partout !

Chèvres05

L'endroit qu'elles semblent préférer, le plus abrité devant la chambre de Manon

Elles ne cherchent pas à partir, ni à descendre dans le bas du jardin, ni à se sauver vers la route. Je me demande vraiment comment elles sont arrivées là.

J'ai fermé les volets, elles étaient dans la cabane. On verra demain...

Ce dimanche matin, 7h25 j'enfile mes crocs, le manteau et je sors voir si les chèvres sont dans la cabane.

Juste le temps de les apercevoir couchées l'une contre l'autre avant qu'elles ne me voient et se lèvent pour sortir de la cabane comme prises en faute. Je rebrousse chemin pour les laisser tranquilles.
Le ciel est bleu, je pense que la journée sera ensoleillée et qu'elles vont se réchauffer.

Je n'arrive toujours pas à comprendre comment elles sont arrivées là. Pas de chèvre dans mon lotissement.
Si elles sont venues à pattes pourquoi ne repartent-elles pas après avoir été pourchassées hier après-midi ?
Quelqu'un les aurait apportées en voiture et lâchées dans le virage ???
Dans le lotissement les seules maisons non clôturées sont justement près de la mienne et de plus il reste deux terrains non construits plus ouverts.

Je m'interroge et je ne sais toujours pas comment je vais gérer le problème.
Si hier elles n'ont pas fait trop de dégâts dans mes plantations, à terme je doute que le jardin s'en sorte indemne !

Ma fille me dit de les adopter et leur a déjà trouvé un nom : Blacky et Caramel !

Chèvres03  Chèvres04
Blacky et Caramel

Mardi je vais rappeler la gendarmerie pour que la société de ramassage soit prévenue (ne peut pas être appelée en direct) et que l'intervention se fasse avec du renfort.
Ou alors je parviens à les chasser de mon terrain sur un secteur voisin (ce qui est loin d'être gagné) mais elles risquent de revenir s'abriter dans la cabane !!!

Depuis ce matin elles mangent, surtout les rosiers et viennent nous observer derrière les vitres.
Désolée pour les reflets mais photos prises rapidement derrière la vitre.

Chèvres06
Chèvre et semis !

Chèvres07
Sur une table perchée, se tenait une chèvre mangeuse de rosier

Chèvres08
Sieste au soleil et ruminage

Dans les lotissements qui entourent le mien je ne vois pas de quelles maisons elles pourraient venir.
Je ne connais pas mon voisinage en bonne sauvage que je suis mais lors de mes marches je n'ai pas remarqué de chèvres dans les jardins.
Comme le soleil semble s'installer je vais aller marcher et m'enfoncer au coeur des lotissements et poser des questions si je vois des gens dans leur jardin : journée Sherlock Holmes !

Posté par sylviedetoulouse à 12:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

08 février 2018

Jour de neige

Tombe la neige
Tu ne viendras pas ce soir... (ni demain d'ailleurs !!!) Ah, ah, ah !!!

J'ai cet air dans la tête depuis que j'ai ouvert les volets ce matin pourtant je n'ai jamais été fan d'Adamo ; mais cela fait sans doute partie de mon patrimoine culturel !

Hier soir la neige tombait à gros flocons et ce matin 6 cm de poudreuse recouvrait le paysage.
Tout était calme, feutré, engourdi ; je savais avant de la découvrir.

Un soupçon de neige avait déjà recouvert le jardin mardi matin mais avant midi tout avait fondu.

Neige 06-02-18A

Ce matin la couche était conséquente et tout était blanc ; la neige a continué à tomber par intermittence. Mais cet après-midi cela fond déjà...

Neige 08-02-18A

Neige 08-02-18B

Neige 08-02-18D
L'olivier cotonneux !

J'adore l'odeur de l'air lorsque la neige est là. Je ne saurais la décrire mais je suis sûre de savoir la reconnaître !

Alors les souvenirs reviennent... (attention "Séquence Nostalgie") + petit coup de gueule !

Ce qui est agréable avec les souvenirs c'est que ce sont les bons qui reviennent en premier !

Lorsque je vivais à Annecy, l'arrivée de la neige me ravissait, c'était aussi pour elle que j'avais quitté mes parents et la région parisienne. Pourtant cela compliquait le quotidien.

Oui j'ai dû râler de devoir ENCORE déneiger la voiture, dire des gros mots parce qu'avec les congères et les voitures stationnées trop serrées je n'arrivais pas à me dégager ou fustiger le "75" qui se croyait plus fort que les autres et n'avait pas voulu mettre les chaînes alors que c'était obligatoire ou la BM qui ne pouvait plus parader sur cette montée glissante et bloquait tout le monde...

J'avoue que tout ce que j'entends sur l'épisode neigeux en Ile de France (puisque cela semble être le centre du monde !) me choque et encore j'écoute peu les infos.
Alors oui ce n'est certainement pas agréable d'être bloqué sur la route, de modifier l'organisation de son quotidien, de dormir dans sa voiture mais c'est UNE nuit dans une vie de confort nourri et logé. Cela me semble indécent si l'on pense à ceux qui sont actuellement inondés et aux sans-abris.
Il aurait fallu... L'Etat aurait dû... Au Canada ils... Pourquoi une région devrait investir dans du matériel qui ne servirait qu'une fois alors que la plupart des automobilistes n'ont pas de chaînes dans leur coffre, ni même une couverture au cas où. La neige étant annoncée et les infos relayées sur tous les supports on peut se demander pourquoi des personnes accro à leur portable et aux réseaux sociaux n'en ont pas tenu compte. Râler oui, améliorer certains points sans doute mais s'attendre à ce que les autres, l'Etat surtout solutionnent tous les problèmes, non.

Bientôt on va râler parce que la pluie mouille et que l'Etat ne fait rien pour préserver nos escarpins.

Je suis bien consciente que les médias jouent la surenchère et que d'autres personnes ont su ou pu profiter du plaisir de la neige parisienne.

Fin de mon agacement et retour à la nostalgie !

Lorsque je suis arrivée à Annecy le 1er avril 1980 je louais une caravane dans un camping ; j'étais en stage pour deux mois donc pas sûre de rester. Dans les premiers jours d'avril je me suis réveillée un matin avec une dizaine de centimètres de neige. Je n'avais pas de voiture à l'époque : marche à pied et bus pour me rendre au travail dans une commune voisine. Cela a donc dû poser des problèmes, surtout que je commençais à travailler à 7h30 mais ce n'est pas ce qui m'est resté en mémoire. Par contre j'ai l'image de l'ouverture de l'auvent de la caravane et de la découverte de la neige sur le terrain plutôt désert à cette époque. Petite fille privilégiée je la retrouvais aux sports d'hiver tous les ans mais en tant que parisienne c'était beaucoup plus rare.

Ensuite, ayant été embauchée, j'ai vécu sous de vrais toits dans différents endroits de la vieille ville annécienne avec une voiture à déneiger ou à dégeler le matin ou le soir sur le parking de l'entreprise et des trajets parfois épiques même en étant bien équipée mais il ne me vient que l'émerveillement à l'esprit. Regarder tomber la neige, c'est déjà de la méditation !

Pourtant je pense très fort à mon infirmière préférée qui doit se rendre par tous les temps à son hôpital sur 35 km de routes sinueuses. Même si elle aussi ressent la magie de la neige elle doit la maudire de temps en temps !

Ce matin, j'ai farfouillé dans les boites à chaussures pour retrouver mes "après-ski". Ils ont 20 ans !!! Manon était dans mon ventre et Laëtitia skiait avec son Papa pendant que je me promenais dans la station de Courchevel. Pas de ski pour moi cette année-là ! Alors shopping ! Je les adore. Je les trouve toujours aussi beaux et chauds !!!
Ils ne sortent plus beaucoup de la boite, la neige étant rare ici ! Les montagnes ne sont pas si loin mais j'y ai renoncé depuis quelques années. Je skie par procuration avec mes filles... Une, lorsqu'elle skie avec son Papa dans les Pyrénées et qu'elle me raconte un peu les péripéties de la journée et l'autre dans les Alpes où je me souviens des descentes dans les stations où elle se rend...
D'ailleurs je trouve que je vis beaucoup par procuration (tiens Goldman vient de remplacer Adamo !!!) depuis plusieurs années ! Mais c'est un autre sujet...

Revenons aux petits plaisirs.
Le premier craquement de la neige qui se tasse sous la semelle des après-ski pour aller chercher la balayette dans la cabane. Les traces de pas que je laisse dans le chemin qui disparaîtront avec la fonte.
J'ai déneigé la voiture, juste ce qu'il faut pour rouler et laisser la neige sur le toit pour la voir à travers la fenêtre de toit. Une envie de boules de neige en brassant toute cette poudreuse mais personne pour servir de cible.
Aucun problème pour rouler. D'ailleurs la route de mon lotissement était totalement vierge de neige au réveil ; elle ne tient pas sur la route. Tant mieux pour tous ceux qui ont à se déplacer.

Pendant que je plongeais dans mon passé la neige a continué à fondre ; elle reste sur les toits et au creux des branches et illumine la nuit qui tombe.

Neige 08-02-18C

Posté par sylviedetoulouse à 18:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

06 octobre 2017

Salon créatif de Toulouse

Un nouveau salon et l'occasion d'une nouvelle promenade aux milieu des stands de point de croix (de moins en moins), de patch (moins également), de scrap (cela se maintient), de bijoux et de réalisations diverses.
Ma fille aînée étant à la maison pour la semaine elle m'a accompagnée. La visite a été plus courte que lorsque je m'y rends seule car je refais plusieurs fois les mêmes stands en hésitant longuement entre ce qui me fait envie, ce dont j'aurais besoin et ce qui serait raisonnable d'acheter ! Après un premier tour complet elle trouvait que cela suffisait. J'ai réussi à grapiller quelques retours en arrière...

J'avais reçu une entrée offerte par Natalia de Chou & Flowers et bien sûr je me suis rendue sur son stand pour la remercier, papoter et hésiter longuement sur mes envies de tampons. Allez sur son site et vous comprendrez ma difficulté à choisir ! Laëtitia a beaucoup aimé les motifs des tampons qu'elle a trouvé originaux.
Voici mes achats de tampons.

Achats Choux & Flowers

L'an passé j'avais découvert le stand d'un anglais qui vendait du matériel de scrap à prix intéressants entre autre les distress. Il n'acceptait que le liquide et j'avais déjà utilisé le peu que j'avais avec moi. Dommage pour les 3 packs d'encre à 10€. Cette année j'ai pris mes précautions mais belle augmentation car de 10 c'était passé à 12€. Bon cela restait tout de même moins cher que sur les autres stands. Le choix des couleurs est limité mais comme j'en ai encore très peu je trouve mon bonheur. J'ai opté aussi pour les mini pack (3 pour 10€) pour des couleurs que j'utiliserai peut-être moins. C'est un essai je ne sais pas si cela me conviendra car j'aime les grands encreurs.

Encres Distress

Pas d'achat de tissus ni de point de croix. J'ai tellement de matériel à la maison. Par contre j'ai admiré les expositions de patchwork. Voici les réalisations qui m'ont le plus séduite.

France Patchwork
Deux petits tableaux avec du jean. Désolée pour les photos râtées entre les spots, le sujet en hauteur et un mauvais réglage de l'APN !

Patch01

Patch02

Claudia Pfeil
J'ai adoré son travail, le choix des couleurs, les thèmes. Vraiment un gros coup de coeur.

Patch03

Patch04

Patch05

Patch08

Patch09 

Patch06

Patch07

Sheila Frampton-Cooper avec des patch géométriques et colorés.

Patch10

Patch11

C'était une agréable balade avec ma fille.

Posté par sylviedetoulouse à 23:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


28 septembre 2017

Histoires de chats

Mon jardin est un lieu apprécié par l'espèce féline ; pas moins de trois, parfois quatre, chats y passent, voire s'y prélassent au cours de la journée.

Leurs trajets, à des horaires différents, passent toujours par la terrasse couverte à l'est puis la terrasse au sud ou dans l'autre sens. Au passage, certains ont un regard vers l'intérieur ou pas.

Pour qui n'aime pas les chats passez votre chemin car il va y avoir plétore de photos ! Différents instants et postures en 2017 que j'ai pris plaisir à mettre en boite...

Un chat noir qui ne cherche pas le contact, (je lui ai toujours trouvé le regard fourbe) qui jette négligemment un oeil si la porte-fenêtre est ouverte et qui adore s'installer sur les coussins du banc près du bassin. Je dois d'ailleurs bien secouer les coussins si je veux m'y installer !!! Il aime boire dans le bassin ou dans un bac au pied d'une gouttière qui fuit (il faudrait d'ailleurs que je la répare...). Au début du printemps il prenait ses aises sous la terrasse couverte mais un autre s'y prelasse maintenant... C'est l'un des plus anciens chats qui passe toujours par la maison.

Chat noir01
Intégralement noir avec des reflets roux

Chat noir02
Sa place favorite

Chat noir03
Caché sous les arbustes qui bordent la terrasse couverte

Chat noir05
Test d'un second coussin...

Un chat blanc-sable grassouillet tout aussi sauvage mais qui adore s'allonger sur les pavés de la terrasse plein sud ou celle à l'ouest ou alors à l'ombre de plantations. J'adore ses postures bien que sa tête ne soit pas très belle lorsqu'il nous regarde.

Chat blanc01  Chat blanc02
Je corrige : pas grassouillet mais robuste. Vous avez vu ses pattes !

Chat blanc03
Un autre jour... toujours sur la terrasse sud envahie par les herbes !

Chat blanc04
Changement de terrasse, plus à l'ouest et à l'ombre

Chat blanc05
Retour au sud mais à l'ombre !

Chat blanc06
En postion guetteur ; je crois que le petit chat gris (présenté un peu plus loin) gambadait dans le bas du jardin.

Chat blanc07
Plein été, cela chauffe dur !

Chat blanc08
Une petite toilette ou soin d'une patte blessée car il a boité pendant un moment (photo prise à travers la vitre !)

Même si je prends garde à ne pas les déranger ils n'ont jamais cherché à se faire caresser. Ils sont de toutes façons bien gras et ne semblent pas abandonnés.

Un autre chat tigré a été aperçu pendant un moment mais je ne le vois plus depuis quelques temps. Je l'apercevais surtout le soir. Il adorait jouer avec le tuyau d'arrosage pendant que j'abreuvais mon potager. Il sautait comme un ressort sur le tuyau dès que celui-ci bougeait.

J'ai gardé mon préféré pour la fin : le petit chat gris et blanc.

Il y a quelques mois alors que j'accrochais ma lessive une petite boule de poils est venue à moi. Bien sûr j'ai caressé ce bébé matou et j'ai appelé ma fille qui était à la maison ce jour-là. Elle l'a cajolé et a demandé à ce qu'on le garde. Si un bébé chat ne semble pas me poser de problème d'allergie qu'en sera-t-il en grandissant ?
La question a été vite réglée car ma voisine a cherché son chat. Elle en a déjà un mais qui refuse de chasser les souris donc voici le numéro deux qui devrait remplir cet office.

Quelques temps plus tard alors que je commençais mon potager je l'ai vu venir vers moi. Il avait un peu grandi mais était encore très joueur et chasseur. Un papillon, un oiseau posé plus loin tout était prétexte à jouer. Portant mes gants je l'ai gratouillé et il est resté à jouer avec des brindilles pendant que je jardinais.
C'est devenu presqu'un rendez-vous quotidien lorsque je descendais au jardin le matin. Il me voyait depuis les abords de sa maison et courait vers moi. J'adorais ce petit rendez-vous !!!

Il lui arrivait aussi de "monter" à la maison et de rentrer. Là je n'étais pas d'accord. Il a mis quelques temps à comprendre surtout que ma fille, lorsqu'elle était présente, était moins intransigeante que moi. Dès qu'il fait beau la maison est ouverte et ce n'est pas toujours facile d'expliquer la limite à un chat... qui n'est pas le votre. Je le retrouvais parfois dans le salon à fureter !!!

Chat gris01
Première instrusion au mois d'avril

Chat gris02
Pas tenté par les coussins.

Chat gris03
Un coup de zoom pour ne pas le déranger.

Chat gris04
Qui se cache dans la haie, couché sur le brise-vent qui aurait besoin d'être remis en place ?

Chat gris05  Chat gris06
Tranquille mais toujours en alerte

 

Chat gris07
Mais non je ne vais pas toucher à ce cable qui pendouille, pour qui tu me prends ?

Chat gris08
Je ne vous fais pas craquer ?

Chat gris09
Lorsque Maman n'est pas là, Manon laisse le chat rentrer dans la maison et prend quelques photos avec mon APN !

Chat gris10  Chat gris11
Entre grimace et câlin, selfie avec le chat

Mais il sait y faire avec sa jolie frimousse ; il y a eu une fois pendant les vacances où il a profité de la fenêtre ouverte pour entrer. Comme ma fille était encore au lit je suis allée la réveiller suivie du chat. Il a fini dans son lit... Dommage pas de photo !

Petit à petit il a compris et le tapis qui est au pied de la porte-fenêtre de la terrasse couverte est devenu son lieu favori pour s'allonger tout cet été. Comme j'ai installé mon ordi sur le bar de ma pièce principale et que la fenêtre est ouverte nous nous voyons réciproquement. Je le gratouille, il s'installe, je me lave les mains et retourne à mon clavier.
Une fois qu'il ne semblait pas satisfait par mes caresses j'ai fini par comprendre qu'il avait soif et depuis il a son petit pot d'eau (que le chat noir utilise aussi !)

Chat gris12
Bah quoi c'est ma place ce tapis sur la terrasse !

Chat gris13
Mi ombre, mi soleil tout près de la terrasse où nous déjeunions en famille. C'est un chat qui aime la compagnie !

Chat gris14
Place favorite même si la fenêtre est fermée (photo prise à travers la vitre)

Chat gris15
Chat qui a grandi et gagné en longueur !

Dès que je suis dehors et qu'il est dans les parages il vient me voir. il semble être bon chasseur, il y a beaucoup de plumes dans le jardin. Un jour j'ai retrouvé un pigeon mort. Mon jardin est devenu son territoire. Il n'est pas le seul car il passe sous le grillage pour aller se promener dans le centre pour handicapés qui jouxte mon terrain. Ma voisine m'a d'ailleurs raconté que le personnel le nourrissait et le câlinait !

Mais depuis quelques jours il est moins présent. Si je le vois et l'appelle il vient sans se presser pour une caresse mais ne reste pas. Un jour je l'ai vu passer en trombe sur la terrasse poursuivi par le chat noir. Toute cette gente féline cohabitait bien aux beaux jours. Mais voilà qu'un matou se croit plus "propriétaire" qu'un autre ! Ou alors il a grandi et n'a plus les mêmes besoins "affectifs" ou alors il ne m'aime plus car il croit que le chat noir a pris sa place...

Hier, alors qu'il était de passage dans le jardin et qu'il a dédaigné faire un détour pour une caresse j'ai tenté une explication mais il est vite reparti pour d'autres aventures. Le soir il a cependant posé une "offrande" sur ma dernière bande potagère et gratté le paillis !!!

Moi qui suis plutôt chien je trouve que je me soucie beaucoup des attitudes et des pensées de félins qui osent troubler mon territoire...

Posté par sylviedetoulouse à 12:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

16 août 2017

Fete du fil... et VTT

Le 15 août et le jour qui précède ou qui suit selon le calendrier a lieu un salon des loisirs créatifs à Labastide Rouairoux dans le Tarn. J'y suis allée pour la 4e fois ce lundi sous un magnifique soleil. Il y a en même temps des puces de couturières dans ce village qui fut autrefois un haut lieu du tissage et dont il reste un musée que j'avais visité la première année. Pour tout savoir c'est ici.

Salon2

Salon1

Le salon se tient dans un gymnase près du musée textile devant lequel un petit parc se rempli de déballages de couturières et de quelques stands qui n'ont pu trouver place à l'intérieur.

Je croyais avoir déjà parlé de cette manifestation mais je n'ai trouvé aucun billet sur mon blog : étrange !

C'est aussi l'occasion d'une jolie balade en Montagne Noire.

La première année je n'avais pas été plus loin que le pourtour de l'expo mais l'année suivante j'ai découvert la voie verte qui relie Mazamet à Bédarieux soit environ 80 km d'une petite route établie sur l'ancienne voie ferrée. Cette année-là j'avais des sandalettes et ce fut plus une balade qu'une randonnée.
L'année d'après j'avais prévu et emporté ma tenue de running. Je déteste ne pas avoir l'équipement adéquat pour l'activité que je fais ! Ne voulant pas reprendre le même parcours je suis allée me perdre en voiture sur les hauteurs et ai retrouvé le chemin au niveau de Corniou.
Lundi j'ai emporté mon super VTT, la tenue appropriée pour me changer après le salon, prête à découvrir plus que ne le permet la marche ou le running.

Mais revenons au salon. Des expositions de patch, de broderies, des créations textiles, des ventes de tissus, de laines, de produits régionaux et des puces de couturières dans le parc. De quoi passer un bon moment, d'admirer de jolies réalisations, de se laisser tenter par de nouveaux achats qui patienteront longtemps dans une boite...

Patch Marie Suarez1

Patch Marie Suarez2

Deux quilts de Marie Suarez qui m'ont particulièrement plu.

Patch concours 2016-2

Patch concours 2016-1

Patch concours 2016-1détail
Détail l'assemblage de tissus et de fils

Deux oeuvres textiles exposées lors du Concours international du Carrefour Européen du Patchwork 2016.

J'ai été plus que raisonnable cette année : juste deux sachets de laines fantaisies diverses (des fins de pelotes) pour des idées de petits bricolages. C'est d'ailleurs une bonne idée pour recycler des fins de laine à condition qu'elles soient fantaisies sinon cela représente peu d'intérêt. Et mon torchon fétiche...

Achats 2017

Dans le village il y a aussi la boutique des toiles de la Montagne Noire. Depuis ma première visite j'y achète un torchon bien solide. Non pas que je manque de torchons mais c'est l'occasion d'un petit souvenir utile de mon escapade de la mi-août. Voici ceux des années précédentes.

Torchons1-2-3

Ayant emporté de quoi pique-niquer j'ai pris quelques forces avant d'enfourcher le vélo et de partir à la découverte car "à l'aventure" serait un peu pompeux sur ce chemin tout tracé !!!

Je suis partie en direction de Mazamet car mes pas m'avaient portée dans l'autre direction les deux dernières années. Par chance l'office du tourisme étant encore ouvert à mon arrivée vers midi j'avais pu récupérer une petite carte du tracé avec quelques informations. Il était annoncé 25 km pour rejoindre Mazamet depuis le centre du village. Je pensais faire une quinzaine de kilomètres avant de faire demi-tour. Une trentaine de kilomètres me semblait une bonne distance après les 24 km faits avec Manon ici et ensuite 27 km lors d'une seconde sortie sur une partie du GR 86 avant son départ en vacances.

Me voilà partie. Il fait grand soleil, la chaleur ne se ressent pas trop en vélo et la route est presque toute à moi. C'est le début de l'après-midi et vu le soleil c'est encore l'heure de la sieste !

VTT01

Dès les premiers mètres un tunnel se présente, vestige de l'ancienne voie ferrée.

VTT02

Puis c'est un passage sous une arche au milieu d'abruptes parois.

VTT03

Le chemin continue sous le couvert des arbres en passant sous d'autres ponts. Je trouve cela facile malgré quelques petites montées et envisage d'aller plus loin que mes prévisions.

VTT04

La rivière Le Thoré au niveau du Bout-du-Pont-de-Larn. Il aurait été dommage de ne pas pédaler jusque là. Il reste un peu plus de 2 km pour rejoindre Mazamet alors je poursuis ma route.

VTT05

En arrivant aux abords de Mazamet le chemin est moins sauvage même s'il reste agréable donc à la borne 1km (le comptage se faisant depuis Mazamet) je fais demi tour.
J'ai mis 1h11 pour faire un peu de plus de 22 km avec quelques arrêts photo et pauses désaltérantes.
Le retour ne va pas être aussi facile.
Le vent d'Autan s'est levé et je l'ai en pleine face. En marche ou course ce n'est pas agréable mais en vélo c'est l'enfer. Même lors des passages sous les arbres ma vitesse reste basse. J'ai peut-être un peu présagé de mes capacités physiques...

VTT06

Ce petit pont me plaît et un chemin y montant arrive sur ma droite je me lance ; comme quoi la motivation donne des ailes !

VTT07

Une autre vue du chemin avec des promeneurs depuis le pont.

VTT08

La plupart du temps le chemin longe la petite rivière Le Thoré en l'enjambant de temps à autre. Le faible débit offre des petites plages de galets...

VTT09

... et quelques petites cascades ! L'envie de descendre faire trempette ! J'ai chaud, je suis fatiguée, j'en ai un peu marre de pédaler mais il faut bien revenir à la voiture !!!

VTT09b

Chaque curiosité est l'occasion de faire une halte. Au retour je lirai tous les panneaux explicatifs dédaignés à l'aller, trouvant là une excuse pour reprendre quelques forces.
Un ancien aqueduc. Maintenant les eaux coulent dans une rigole pour rejoindre la rivière.

VTT10

Des éoliennes sur un mont voisin.

VTT11

Une petite cabane et son joli muret de pierres : encore une raison de mettre pied à terre !

VTT12

Un pont qui enjambe la route et la rivière et surplombe une ancienne usine avec sa grande cheminée.

VTT13

Enfin je vois le bout du tunnel !

VTT14

Un peu plus de deux heures et quart pour le retour et 45,3 km au compteur !
A l'aller toutes les petites montées (raides parfois mais courtes) se sont faites à vélo mais au retour j'ai craqué pour les deux dernières. Mes gambettes refusaient l'obstacle !
Comme en course la motivation reste mon cheval de bataille. C'est toujours difficile de faire un aller retour n'ayant plus la découverte pour moteur.
Comme en course je ne sais pas adopter une allure plus économique. Je pédale puis je fais une pause ou je cours puis je marche. C'est plus dommageable en vélo car il y a vraiment arrêt ! Un aller un peu trop "rapide" et j'ai puisé dans mes possibilités.

Après avoir tout rangé dans la voiture j'ai repris la route pour la maison. Ah le plaisir d'appuyer sur l'accélérateur pour franchir une côte en toute facilité ! Un peu de circulation mais pas de gros bouchon comme j'avais pu de constater le matin. De mon côté tout allait bien mais dans l'autre sens une file ininterrompue d'une bonne cinquantaine de caravanes ; des gens du voyage se rendant sans doute à Lourdes pour le prochain pèlerinage.

Maintenant que tout est fini (pas la moindre courbature !) je suis ravie de ma sortie bien sûr et me dit que ce serait super de partir de l'autre côté...

Posté par sylviedetoulouse à 17:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

06 août 2017

Une rencontre

Il y  quelque jours me voilà en route pour une marche matinale à la fraîche sur mon chemin habituel.
Mon regard furète vers les dernières maisons avant les champs et les petits bois ; j'aime voir les jardins, les fleurs qui poussent, les petits changements d'une sortie à l'autre, bref je suis curieuse.
Soudain sur ma gauche entre les arbres et arbustes du bord de la route je distingue quatre formes qui se déplacent dans le champ de céréales dont il ne reste que de basses tiges.

L'image qui me vient à l'esprit est celle de bisons avançant dans la plaine !
Promis je n'ai pas bu de bon matin ! Est-ce la musique "Country" dans mes oreilles, un challenge de carte indienne que je ne sais comment interpréter, une envie d'aventure ???

J'ai fini par stopper ma marche car vu notre allure commune nous allions nous télescoper sur la route au croisement de nos trajectoires. J'avais beau venir de leur droite je n'étais pas sûre d'être en état de rédiger un constat à l'amiable !

J'ai donc vu avancer quatre bisons sangliers à 20 m devant moi passant d'un champ dégagé au petit bois sur la droite au travers des ronces qui ne les dérangeaient pas.
Je respirais à peine, consciente d'avoir un léger vent dans le dos qui risquait de trahir mon odeur, fascinée par le spectacle mais inquiète de leur réaction si jamais l'un d'eux tournait la tête.
Ils trottinaient à la queue leu leu sur leur petites pattes. Pas encore énormes mais déjà de belles bêtes et certainement suffisamment puissants pour causer des dégâts.

J'ai attendu quelques secondes qu'il ne leur prenne pas l'envie de rebrousser chemin et j'ai repris ma route en jetant un coup d'œil vers le bois sans les apercevoir.
Et voilà ma moyenne horaire qui en a pris un coup !!!
J'ai continué mon parcours comme à l'ordinaire en ne rencontrant plus que quelques promeneurs.

Il m'est arrivée de penser à croiser un sanglier depuis le temps que je prends ce parcours et à me demander ce que je ferais. Plonger dans les arbustes épineux, grimper à un arbre (déjà que j'avais du mal avec la corde à nœuds à l'école), courir plus vite que lors de mes courses... mais je n'y croyais pas vraiment ! C'était un petit film que je me faisais.

Au retour en re-passant sur les lieux j'ai réalisé que le portail de la plus proche maison était facile à escalader. Il vaut mieux une violation de propriété que des coups de groin avec de grosses dents pointues ! Mais quelle aurait été ma réaction ???

J'avais déjà aperçu des biches dans les champs, même une faisant tranquillement son jogging sur le chemin avant de m'apercevoir et de filer dans le bois le plus proche mais jamais de sanglier.

Cela ne m'a pas empêchée de repartir ensuite avec mon VTT pour rapporter encore un peu de foin...

3116

Posté par sylviedetoulouse à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mai 2017

Fête des mères

Hier pour la fête des Mères, mon Petit Bout m'a chouchoutée.

Sa soeur lors de sa venue ici m'avait invitée au restaurant alors la petite a préparé le déjeuner de ce dimanche.

Le matin je suis allée marcher puis j'ai joué à la Maman coquette dans la salle de bain pendant que ma petite demoiselle faisait quelques courses et préparait le repas.

Le vent d'Autan soufflait depuis plusieurs jours et si nous voulions déjeuner dehors il fallait nous protéger. J'ai installé la petite table sur ma terrasse le long du mur abrité par un gros laurier palme.

Fête Maman 2017 01

 Juste un léger souffle d'air pour nous rafraichir en prenant l'apéritif...

Fête Maman 2017 02

... puis une délicieuse salade thaï concoctée par ma fille...

Fête Maman 2017 03

En dessert des fraises et des macarons pour lesquels elle était partie en course. J'ai adoré celui au chocolat avec une fine tranche de chocolat à l'intérieur et celui au praliné.

Fête Maman 2017 04

C'est une copine de lycée de ma fille ainée qui a monté sa petite entreprise "Atelier Bianca" son FB ici. Elle va sur les marchés avec son petit van aménagé qui lui permet de cuisiner. Elle travaille surtout sur commande. Dimanche dernier pour les 19 ans de Manon son Papa avait passé commande de macarons, ce qui a donné l'idée à Manon pour ce repas.
Pour mes lectrices qui sont dans le coin et qui auraient une gourmandise à satisfaire...

Mais ce n'est pas tout j'ai eu aussi un cadeau.

Fête Maman 2017 05

Fête Maman 2017 06

Manon a trouvé cette boutique de cosmétique en ville et m'a offert un shampooing spécial cheveux gris et un galet pour un bain moussant à prendre au retour d'une longue journée de jardinage avec la délicate inscription "MUM. En cadeau pour tout achat il y a aussi un morceau de savon découpé dans une grosse motte.
Je ne connaissais pas cette marque donc je suis allée voir sur le Net. Je vous en reparlerai après essai...

C'était une belle journée. Merci à mon Petit Bout.

Posté par sylviedetoulouse à 16:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

14 mai 2017

Les jours passent si vite...

A peine arrivée et déjà repartie !

Mercredi après une partie de la journée dans les comptes de l'association j'allais chercher ma grande fille à l'aéroport. Elle rentrait à la maison pour quelques jours. Une averse et un superbe arc-en-ciel depuis la terrasse avant de la retrouver.

Arc en ciel1

Arc en ciel2

Arc en ciel3

Une soirée bavardage au resto chinois offert par ma grande demoiselle puis un jeudi shopping créatif pour lui montrer le magasin Action, la pluie ayant chamboulé nos projets d'aller en ville retrouver sa petite soeur.
Un dernier cours de piano pour moi avant un petit concert samedi soir.
Au retour mes deux filles étaient à la maison !
Le soir la grande allait voir des copines avec la voiture de la petite qui passait la nuit à la maison !

Le vendredi matin le Papa est passé Manon pour la conduire au métro car elle laissait sa voiture ici pour sa soeur. C'est sa semaine de concours blancs et elle enchaine les épreuves pour de longues matinées !
Après un petit déjeuner avec mon aînée et quelques courses j'ai repris une séance de marche pendant qu'elle allait courir. C'était sa reprise après son semi-marathon d'Annecy fin avril. Quand à moi avec mes séances de jardinage intensif j'avais laissé les running qui marchent de coté !
Le soleil revenu nous a permis de déjeûner sur la petite table bleue sous l'abricotier et de manger les premières cerises directement sur l'arbre ! Nous avons bien fait car il n'y en a plus une seule. Les oiseaux et la pluie ont eu raison des dernières. Pour l'autre ceriser, plus garni, il faut attendre encore un peu.
Puis elle a pris la route pour retrouver d'autres copines. Le soir nous dinions chez mon Papa et sa compagne. Manon est rentrée en fin d'après-midi ramenée par son Papa et Laëtitia nous a retrouvées directement chez mon Papa un peu à labours. Soirée famille bien agréable.

Après une grasse matinée j'avais mes deux demoiselles pour le petit déjeuner. Du papotage, des chamailleries où je retrouve mon rôle attendu de Maman qui gronde et c'est déjà le moment de partir... chez le Papa pour qu'il profite aussi de ses filles pendant 24h car Laëtitia reprenait l'avion dimanche en début d'après-midi.
Après leur départ je suis allée faire quelques courses au marché puis j'ai tourné en rond dans la maison malgré un joli soleil qui m'attendait pour une petite marche... si j'avais été courageuse !
Pas question de jardiner avant le concert du soir donc pioche et pelle sont restées dans la cabane.
J'avais aussi des comptes à boucler avant la préparation du budget lundi mais pas moyen de me concentrer sur ce fichu tableau Excel !
Une dernière répétition du morceau sur mon piano avant de me rendre dans la petite salle de cinéma. Un mini concert très sympathique avec flute, trompettes, guitares et piano où le trac ne m'a pas trop perturbée pour une fois pour jouer une partie de la 4e sonate de Clémenti à quatre mains avec ma prof. La sonate complète sera jouée en concert privé chez ma prof en juin lors de la petite réunion des élèves adultes d'Ewa. Environ 25 minutes non stop !!! Soit le stress m'anéanti avant la fin soit je plaque l'accord final complètement zen ! A suivre...

Après la pluie de ce matin, le soleil est revenu, j'ai bouclé mon tableau Excel et je vais aller me défouler en piochant ma seconde butte de permaculture tout en surveillant de l'oeil les limaces qui ont déjà grignoté 3 salades. Je me demande si je ne vais pas faire des anneaux avec les ronces si présentes sur une partie du terrain et les placer autour des salades. Par contre les autres ont déjà bien grandi avec l'alternance pluie et soleil. Petit plaisir de voir tout cela grandir...

A bientôt.

Posté par sylviedetoulouse à 15:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,