10 mai 2010

Projet tricot : un petit gilet rose

Lors de ma rencontre copinettes , j'avais fait un tour à La Droguerie pour acheter de quoi me tricoter le petit gilet bambou-Liberty du Marie-Claire Idées n° 73 de juin 2009. Oui je suis un peu en retard. Toute la blogosphère branchée l'a déjà mis sur ses épaules. Mais il me faut du temps pour faire rentrer une nouvelle tendance dans ma petite tête.

J'avais envie de rose violine. Le rose pour le côté bonne mine (ça peut toujours servir lorsque le soleil vous est interdit) et le violine parce que c'est une nuance qui se marie bien avec les cheveux poivre et sel sans être le violet que portait les mamies avant. Enfin c'est ce que je me dis pour me rassurer...

Alors voilà mon choix et mon avancée à hier dimanche. Depuis j'ai attaqué le second devant.

Montage_gilet

Le joli petit cochon rose, on ne peut plus assorti au projet, est le cadeau de Isa lors de notre rencontre. Merci encore ! C'est un mètre-ruban et il suffit de tirer sur sa queue en tire-bouchon pour suivre l'avancée du tricot.

Tricoter du bambou c'est une nouveauté pour moi et c'est très agréable. Le projet monte bien. J'espère que j'ai choisi la bonne taille car mon aventure du GRR taille M bien trop grand me laisse perplexe. J'ai à nouveau choisi M car le bambou en jersey doit moins se détendre que l'alpaga au point mousse.

Je retourne à mes aiguilles...

Posté par sylviedetoulouse à 12:20 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


09 mai 2010

Que devient la Tour Eiffel ?

Emporté lors de mon petit séjour hospitalier, je n'y ai travaillé que le premier après-midi, en alternance avec le livre de Hugh Laurie (Dr House) "Tout est sous contrôle". Pas facile de rentrer dans l'histoire, le style est un peu particulier. Le lendemain après l'opération du matin j'étais trop dans les vaps pour croiser les fils.

Donc juste un petit motif.

Tour_Eiffel_8

Mais en commençant le motif situé en dessous je me suis rendue compte que je m'étais trompée d'une croix ! J'ai mis du temps à trouver l'erreur. C'est entre le I et le J où je n'ai laissé qu'un espace alors qu'il en aurait fallu deux. L'erreur avait été faite à la maison. Cela ne serait pas arrivé si je quadrillais ma toile (trop fastidieux) ; mais comme je travaille en fonction des motifs avoisinants... J'ai laissé en plan mon ouvrage.

Je vais le reprendre avec un motif de l'autre côté et en progressant je verrai si je peux tricher avec l'alphabet du bas pour me raccorder. Mais j'en doute. De plus je n'aime pas savoir qu'il y une "erreur" donc je ne fais que retarder le pénélopage.

Mais j'ai tout mon temps...

Posté par sylviedetoulouse à 11:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

08 mai 2010

De retour...

J'ai retrouvé ma maison en ce début d'après-midi sous un rayon de soleil.

Je suis vivante, je n'ai pas spécialement mal, je traîne juste un peu la patte façon Dr House (mais sans la canne !) et j'ai mal à la tête.
Côté moral c'est un peu moins bien. J'ai découvert la cicatrice de l'exérèse ce matin lors du premier soin et c'est comme si un requin avait décidé de mettre mon cuissot à son déjeuner.
Il n'y a pas de miracle à partir du moment où l'on creuse cela fait forcément un trou.
J'ai bravement regardé pendant que l'infirmière nettoyait la couture, je lui ai demandé pleine de confiance si cela allait reprendre une forme "normale". J'ai senti son hésitation en me répondant que la cicatrice allait évoluer mais qu'il avait fallu tirer sur la peau donc il resterait un creux.
Ce qu'est venu confirmer mon beau chirurgien qui a senti à ma voix chevretante (faute à l'intubation aussi !) que je ne m'étais pas attendue à cela. Il m'a dit qu'il fallait être patiente, que la cicatrice mettrait 6 mois à 1 an avant de prendre sa forme définitive. La peau étant suffisamment élastique, il n'a pas fait de greffe donc pas cet effet rustine. Il m'a dit qu'il serait toujours temps après de voir ce que l'on pouvait faire si vraiment c'était choquant.
Quant à l'autre cicatrice elle est négligeable car dans le creux de l'aîne. Par contre ce n'est pas un ganglion mais trois qui ont été enlevés car ils étaient positifs à la radioactivité. Mais on ne peut rien en déduire avant leur analyse et celle du bout de viande que l'on m'a enlevé. Donc une quinzaine de jours à se poser des questions.

Les larmes que je contenais sont sorties en vrac lorsque mon père est venu me chercher. Je lui ai dit qu'avec cette cicatrice j'allais de plus en plus ressembler à ma mère qui en a une particulièrement marquée sur le haut de la jambe suite à un accident de vélo contre un bus vers ses 6 ans. Et à l'époque il n'y avait pas la chirurgie actuelle. En veillissant il me semble prendre tout ce qui est négatif chez elle. Bientôt je serai rivée à mon lit et à un écran de télévision.

Mais comme mon père n'aime pas trop que je craque, j'ai ravalé mes larmes, je suis allée chercher les papiers au secrétariat et j'ai pris le chemin des longs couloirs de ma démarche saccadée.

Depuis j'ai préféré rester seule comme ça je peux utiliser les kleenex à volonté.

Mes pensées partent dans tous les sens. Je me dis que je vais devenir anorexique comme ça, en n'ayant plus que la peau sur les os, il n'y aurait plus de creux. L'autre raison étant un problème de jambes lourdes allant en s'accentuant ces derniers mois malgré la froidure, héritage maternel là aussi, j'appréhende la disparition de ces trois ganglions qui devrait reforcer ce problème. Donc devenir poids plume améliorerait la situation. Je ne peux pas rester couchée toute la journée ou marcher sur les mains (je n'ai jamais réussi !).
A moi la joie des bas de contention aux beaux jours, port du pantalon long pour cacher des chevilles disgracieuses, noir le pantalon pour que les vilains UV ne viennent pas poursuivre leur besogne et tout cela en marchant à l'ombre !!
Les WE où je vais courir ou marcher, j'ai presque des jambes normales mais je ne peux pas faire cela tous les jours, en tout cas pas pour le moment.
Je me dis aussi que les vacances d'été en camping vont être un peu compliquées. Pas de soleil, pas de mer, pas de maillot de bain car même en apprivoisant la cicatrice avec les soins quotidiens je ne suis pas sûre d'avoir le courage de la montrer. Pour les longueurs de piscine découverte de cet été, je sens que c'est fichu également !
Et alors pour le côté sentimental là je peux déjà envisager le couvent...

Pour terminer sur une note d'humour. Le premier après-midi après m'être faite "radio-activée" pour situer le ganglion sentinelle j'ai eu droit à la scéance "épilation du maillot" de retour dans ma chambre. Et qui est arrivé au moment où une femme n'est pas forcément à l'apogée de son charme ? Mon beau chirurgien bien sûr ! Je savais bien que le lendemain il en verrait tout autant pour me découper mais tout de même.

J'ai des tas de petites croix ou de morceaux de tissus qui m'attendent mais là j'ai un peu de mal à m'y mettre. Cela va venir, j'ai trois semaines d'arrêt. On verra tout de même au bout de quinze jours si je prends ces 3 semaines. A ce moment-là les fils seront enlevés et mon cas... statué.

Merci pour tous vos petits mots, ceux que j'ai pu lire avant de partir à l'hôpital et ceux trouvés au retour.

A plus...

Posté par sylviedetoulouse à 16:35 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

06 mai 2010

On y est !

Voilà je suis en vacances en arrêt (c'est mon tour !!!) alors que pour le moment tout va bien. Drôle d'idée tout de même d'aller se faire "charchuter" alors que l'on a mal nulle part ! C'est là toute la sournoiserie de cette maladie !!!

Dire que je suis totalement zen serait mentir. Mais je suis plus en attente de ce que l'analyse trouvera que de l'opération et là il faudra patienter encore un peu. Pour le reste j'ai du mal à savoir réellement ce qui m'attend malgré mes incartades sur le Net ! Il y a un côté curiosité qui masque l'appréhension je suppose. Savoir, comprendre pour pouvoir mesurer l'inquiétude à sa juste valeur.

Hier matin je disais au-revoir à mon Petit Bout et ce matin j'ai emmené mon Ado Préférée au bus : elle passe le bac blanc de français ! Pas le contexte idéal mais j'ai tout de même fait mes petites recommandations d'usage... pour qu'elle reste zen, elle aussi !

Penser à tout, ne rien oublier, prévoir. C'est déjà mon lot quotidien mais hier c'était encore pire au boulot. Je suis sûre qu'au moment où on va me demander "Comptez jusqu'à 10", je vais me dire "Zut, j'ai oublié de...." Paradoxe entre le fait de ne pas se sentir indispensable et de vouloir tout contrôler !!!
Alors le sac, j'ai la broderie, les bouquins, l'I-pod...

Mon rêve du moment, (long le moment déjà !) c'est une épaule d'homme solide et accueillante pour poser ma tête et des bras qui m'entourent pour me protéger de tout. Je demande souvent si je réaliserai ce "fantasme" encore une fois avant de...

Merci à vous toutes qui m'avez laissé des petits mots d'encouragement et de soutien... et à bientôt.

Hamac
Ensuite à moi le hamac...

Posté par sylviedetoulouse à 10:05 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

02 mai 2010

Tour Eiffel... en petites croix

Quelques croix de plus ce WE avant de ranger ma toile dans sa pochette.

Tour_Eiffel_7

Une pochette que j'emporte avec moi jeudi prochain pour remplir les moments vides entre deux soins.
J'avais pensé choisir un ouvrage à débuter (le plaisir symbolique de la page blanche) parmis tous ceux qui sont en attente mais je n'avais pas la bonne toile ou il manquait des fils et je n'arrivais pas à me décider sur un modèle. Alors pourquoi ne pas continuer celle-ci, qui m'accompagne depuis le début de ce nouvel état qui est le mien.

Ce WE pluvieux ne m'a pas permis de poursuivre la remise en état du jardin et j'envisage le coupe-coupe lorsque je pourrai à nouveau y retourner pour travailler ; le roto-fil déclarera sans doute forfait devant tant de haute verdure !!!
Pourtant c'est beau toute cette pluie sur la campagne si verte du printemps. Samedi alors que je faisais le taxi pour mon Ado Préférée, j'ai pu admirer, bien à l'abri dans la voiture, les champs, les bosquets, les arbres brillants d'humidité au long de la route que j'aurais souhaité plus longue pour profiter encore un peu. Je comprends que l'on ait un faible pour la Normandie...
Ou alors, c'est parce que le soleil et moi nous ne pourrons plus nous accorder... que j'ai des envies d'Irlande.

Bonne semaine.

Posté par sylviedetoulouse à 22:55 - - Commentaires [13] - Permalien [#]


01 mai 2010

Sorbet fruits rouges sur ciel d'orage

Depuis 4 mois je n'avais pas montré ce projet.

Eh bien il n'a guère avancé ; quelques petites fleurs en attente d'encadrement...
Il y a encore du boulot !

Au_01_05_10

Maintenant ce sera pour les froidures prochaines donc quelques mois devant moi...

Posté par sylviedetoulouse à 19:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Elle est revenue !

Lundi matin, l'empereur, sa femme et le petit prince...

Ah non ce n'est pas la bonne chanson !

Lundi matin, disais-je, en glissant ma clef dans la serrure du bureau, surprise c'était déjà ouvert. Or je n'avais pas vu de voiture sur le parking. Comme nous avons été cambriolé il y a peu (eh oui au boulot aussi, je dois porter la poisse !) j'ai glissé une tête prudente dans le couloir. Vision sur l'imperméable rose de ma collègue accroché sur SON cintre... mais pas de collègue.

J'ai eu le temps de me plonger dans la longue liste de mes mails après une semaine de congés et d'un premier tri des papiers avant de la voir revenir dans le bureau.

Comme elle regagnait sa place sans saluer j'ai opté pour un "Bonjour, comment vas-tu ? " optimiste. J'ai eu un bonjour et une avancée vers moi pour se faire la bise (tout le monde se bisoute le matin au bureau, même le boss !). Ayant fait un pas vers un rapprochement j'ai continué par un "Comment vas-tu ?" "Un peu mieux" fut la réponse. Je relance par un "Et alors que dit le médecin ?" "Je n'ai pas envie d'en parler" m'a renvoyée à ma place.

Arrivées espacées des collègues, très surpris de la voir et contents pour elle car ils en déduisent qu'elle va mieux mais qui repartent vite vers leur bureau car ils ne savent pas trop comment réagir devant ce retour non annoncé.

Arrivée du boss, rapide bonjour depuis la porte et il la convoque dans son bureau. Je vais faire un petit tour vers des lieux plus amicaux et évoquer ce retour avec Céline, la standardiste et faire le point sur l'intérimaire qui devait attendre près de son téléphone. A peine 5 mn plus tard, le boss nous rejoint très en colère face au comportement de ma collègue. Elle est restée sur sa position de dire qu'elle était dans son droit. C'est dans ce contexte que je lui annonce que je vais devoir m'absenter très prochainement. Bien sûr il m'a dit de prendre soin de moi.

La journée s'est écoulée très mi-figue, mi-raisin. Je ne sais pas bouder et rester dans mon coin impassible. De plus il y avait du travail et des mises au point à faire donc nous avons du échanger mais j'avais un peu le sentiment d'un sens unique, voire même d'une impasse où on n'a pas la place de faire demi-tour ; reste à repartir en marche arrière !!! J'ai tout de même eu droit à des "Et ça tu ne l'as pas fait !", "Ah ça non plus ?" qui me sont un peu restés en travers de la gorge. Je me suis sentie coupable ; un comble tout de même.
Tous les collaborateurs venaient me voir pour un truc ou un autre, n'osant pas s'adresser à elle et je ne savais plus où donner de la tête. A 17 h pile j'étais pourtant soulagée de la voir partir.

Le mardi a semblé un peu se dégeler mais à aucun moment elle n'a eu un mot aimable pour le boulot que j'avais fait à sa place pendant 11 semaines ou pour l'intérimaire qui m'avait un peu soulagée. Très sûre d'elle, elle jetait un regard dédaigneux sur ce qui avait été fait en son absence, relevant les éventuelles erreurs laissant entendre que c'est là que l'on voit qu'elle sert à quelque chose...

J'ai apprécié le mercredi solitaire dans le bureau. Je n'ai pas de problème pour ne pas parler d'une journée : j'y suis habituée. Mais c'est tout autre chose lorsque vous avez une personne à 4 mètres de vous toute la journée !

Côté boss, il a décidé de ne plus lui adresser la parole, ce qui engendre des situations un peu comiques. Il parle, je transmets à ma collègue si cela la concerne, elle répond et le boss repasse par moi pour continuer la "discussion".

Lors de mon absence il y aura le jeudi de l'Ascension et son éventuel pont.
En début d'année nous avions défini quelques jours entre nous trois du service administratif pour savoir qui faisait quoi. Comme mes filles ne faisaient pas le pont j'avais passé mon tour. Ma collègue en avait profité pour s'octroyer la semaine (vu qu'elle ne bosse pas le mercredi) et Céline hésitait, mais je pouvais très bien assurer le standard pour le vendredi. C'est pourquoi tout début février elle m'a dit qu'elle aimerait prendre le vendredi puis le lundi. Pas de problème.
Du fait de mon absence obligatoire à venir et comme il faut une présence pour le vendredi j'ai donc dit à ma collègue qu'il faudrait re-discuter des congés évoqués (et non posés je précise).
Elle est très procédurière donc elle a recherché dans les mails si Céline avait demandé ce fameux vendredi. Bien sûr la demande a été faite au début de son absence donc elle n'a pu y répondre. Il s'en passe des journées en presque 3 mois d'arrêt ! Elle a donc fait un mail disant que je lui avais accordé cette semaine et que la balle était dans mon camp. Conciliante Céline lui a proposé de conserver le début de la semaine et de revenir pour le vendredi. Pas de réponse. J'ai donc remis tout cela entre les mains du boss. C'est lui qui accorde les congés de toutes façons. Je connaissais d'avance sa réponse. Elle passerait après ses collègues qui avaient assuré la permanence pendant son absence et donc dû renoncer à des RTT.
Elle aurait évoqué une éventuelle réservation pendant cette semaine, les positions auraient été différentes. Mais elle reste dans son silence offusqué qui ne laisse pas beaucoup de possibilités. Elle n'a pas voulu voir que la situation était inversée et qu'elle pouvait rendre à autrui ce que l'on avait fait pour elle.

Son retour cause plus de soucis que son absence car les comportements des collègues sont partagés. L'ignorer, comme le boss, ne convient pas mais faire "comme si" n'est pas facile. De plus elle est revenue avec un applomb extraordinaire, comme s'il ne s'était rien passé.

En discutant de tout cela avec mes filles je me suis fait la remarque que depuis plus de 2 ans c'est ma collègue qui est le sujet principal de mes récits de boulot. Tout d'abord son absence, puis son éventuel retour qui entravait toute organisation, puis sa présence embarrassante (puisque j'avais hérité d'entrée du poste qui lui était destiné) la prise en comptes de ses horaires aménagés et 4/5e, puis une relative cohabitation émaillée de piques, puis son arrêt de semaines en quinzaine et maintenant une incertitude sur les suites de cet arrêt. Elle est lion (comme mon ex) et tout doit tourner autour d'elle !

J'ai décidé de rester zen jusqu'à mercredi soir et de ne pas me prendre la tête. J'ai préparé mon absence en informant les personnes avec lesquelles je travaille directement. Je n'ai pas voulu tourner autour du pot. J'annonçais une petite intervention et du repos donc les personnes demandaient si c'était grave et comme je ne sais pas faire la "secrète" j'ai dit ce qu'il en est... et tout le monde d'avoir un regard pour d'éventuelles tâches sur leur peau !! Si cela peut servir...

Hier midi Céline est revenue avec un bouquet de muguet pour moi, pour me porter chance...
Ce matin j'avais préparé le petit déj' avec un mini bouquet de muguet du jardin pour chacune de mes filles (dans mes verres à Téquila boum, boum qui ne servent plus... ) ; années après années les pots offerts par mon Papa, que j'ai plantés, grossissent ; mais il y a beaucoup plus de feuilles que de brins aux blanches clochettes !
A mon tour je vous offre ces quelques brins que j'espère de bonheur...

Brins_de_bonheur
Nouvel usage des verres à vodka

Posté par sylviedetoulouse à 16:53 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

25 avril 2010

Fin des vacances

Pas du tout envie de retourner bosser demain et les filles ne sont pas plus enthousiastes pour aller au collège ou au lycée !

Nous voilà bien !

Belle journée aujourd'hui. Du soleil, de la douceur et un premier déjeuner en terrasse.

J'ai tout d'abord fait des petites croix pendant que mes demoiselles profitaient de leur dernière grasse matinée puis petit déjeuner en élaborant le planning de la journée. Là, les filles voyaient diminuer le temps devant leur ordi comme peau de chagrin !
Vouloir faire en un jour tout de qui n'a pu être fait dans la semaine !

Il faut dire que jeudi j'avais rendez-vous avec l'anesthésiste et j'ai découvert l'univers du l'hôpital de Rangueil : une ville dans la ville ! Impressionnant.
Le vendredi, prise de sang avec deux piqûres (une dans chaque bras !) par deux personnes différentes pour établir la carte. Je pensais que ma carte de donneur de sang suffisait ! Déni un tant soit peu méprisant de l'anesthésiste ! J'espère qu'ils ont trouvé le même groupe dans chaque éprouvette !!! L'après-midi j'ai vu mon médecin traitant pour le mettre au courant et faire le point.
Maintenant je suis tranquille jusqu'au 6 mai...

Ce dimanche fut surtout une journée jardinage avec taille, dernières plantations dans les pots, ratissage des tontes séchées et un grand feu pour brûler le gros tas de déchets : nous serons bien conservées car cela sent la fumée dans toute la maison vu que le voisin s'y est mis après nous ; je ne l'ai pas vu de suite et j'avais tout ré-ouvert !

Remise en état de la terrasse couverte pour pouvoir y déjeuner. Ponçage des meubles, nettoyage.

Mon Ado Préférée nous a préparé des cookies pour le goûter et j'ai fait encore quelques croix avant de tout ranger dehors et dedans pour repartir pour une semaine non-stop.

Le jardin a un petit air sympa et c'était bien de partager cela à 3 même si les filles rouspétaient un peu !

Hier en revenant de ma virée en ville, j'avais passé un coup de rotofil sur le haut du terrain, il était trop tard pour faire tout le jardin. J'espère pouvoir faire le bas le soir dans la semaine ou au pire le WE prochain car ensuite, pendant au moins trois semaines, les mauvaises herbes pourront s'en donner à coeur-joie !

Demain à nouveau le réveil à 6h. Même si j'étais réveillée tôt cette semaine, je pouvais prendre le temps ! Dur !!!

Encore plus de boulot en prévision car il faut que je rattrape ma semaine de congés et que je prévois mon absence prochaine. Je saurai demain si ma collègue est revenue ou prolonge à nouveau son arrêt. Puis mettre mon boss au courant pour mon opération et comment gérer mon absence. Pas simple cette situation.

Hier midi j'ai retrouvé des copines à Toulouse. Un très chouette moment.
J'ai acheté du fil à tricoter en bambou à la Droguerie pour me faire un petit gilet avec un biais en Liberty ; un modèle d'un ancien Marie-Claire Idées. Des photos à venir...
Merci encore Isa pour le sympathique cadeau qui a rejoint ce projet sur deux aiguilles en accord de couleurs.

Un petit montage côté jardin pour vous souhaiter une bonne semaine.

Montage_jardin_1
Il reste des mauvaises herbes, n'est-ce-pas ???

Posté par sylviedetoulouse à 23:07 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

24 avril 2010

Quelques croix de plus...

Vite une photo avant d'aller en ville retrouver des copines.

Tour_Eiffel_6

J'ai l'autorisation de mes filles, ravies d'être toutes seules à la maison pour manger devant la TV, voir des séries gnangnan, réviser les pubs et pianoter à tout va sur leur ordi... à condition que je ne rentre pas trop tard pour ne pas se sentir abandonnées !!!

Posté par sylviedetoulouse à 10:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

23 avril 2010

Un petit oiseau...

... et des clefs sont venus s'ajouter sur ma toile.

Tour_Eiffel_5

J'ai du mal mesurer mon morceau de lin car il ne me reste pas beaucoup de marge sur le pourtour.
Si je veux encadrer il faudra que je couse un tissu pour rabattre à l'arrière, en le cachant sous le cadre ; si je préfère un encadrement tissu il sera assez près de la broderie.
Je ne sais pas ce que j'ai trafiqué !

D'autres petites croix peut-être demain...

Posté par sylviedetoulouse à 00:54 - - Commentaires [6] - Permalien [#]