06 août 2017

Une rencontre

Il y  quelque jours me voilà en route pour une marche matinale à la fraîche sur mon chemin habituel.
Mon regard furète vers les dernières maisons avant les champs et les petits bois ; j'aime voir les jardins, les fleurs qui poussent, les petits changements d'une sortie à l'autre, bref je suis curieuse.
Soudain sur ma gauche entre les arbres et arbustes du bord de la route je distingue quatre formes qui se déplacent dans le champ de céréales dont il ne reste que de basses tiges.

L'image qui me vient à l'esprit est celle de bisons avançant dans la plaine !
Promis je n'ai pas bu de bon matin ! Est-ce la musique "Country" dans mes oreilles, un challenge de carte indienne que je ne sais comment interpréter, une envie d'aventure ???

J'ai fini par stopper ma marche car vu notre allure commune nous allions nous télescoper sur la route au croisement de nos trajectoires. J'avais beau venir de leur droite je n'étais pas sûre d'être en état de rédiger un constat à l'amiable !

J'ai donc vu avancer quatre bisons sangliers à 20 m devant moi passant d'un champ dégagé au petit bois sur la droite au travers des ronces qui ne les dérangeaient pas.
Je respirais à peine, consciente d'avoir un léger vent dans le dos qui risquait de trahir mon odeur, fascinée par le spectacle mais inquiète de leur réaction si jamais l'un d'eux tournait la tête.
Ils trottinaient à la queue leu leu sur leur petites pattes. Pas encore énormes mais déjà de belles bêtes et certainement suffisamment puissants pour causer des dégâts.

J'ai attendu quelques secondes qu'il ne leur prenne pas l'envie de rebrousser chemin et j'ai repris ma route en jetant un coup d'œil vers le bois sans les apercevoir.
Et voilà ma moyenne horaire qui en a pris un coup !!!
J'ai continué mon parcours comme à l'ordinaire en ne rencontrant plus que quelques promeneurs.

Il m'est arrivée de penser à croiser un sanglier depuis le temps que je prends ce parcours et à me demander ce que je ferais. Plonger dans les arbustes épineux, grimper à un arbre (déjà que j'avais du mal avec la corde à nœuds à l'école), courir plus vite que lors de mes courses... mais je n'y croyais pas vraiment ! C'était un petit film que je me faisais.

Au retour en re-passant sur les lieux j'ai réalisé que le portail de la plus proche maison était facile à escalader. Il vaut mieux une violation de propriété que des coups de groin avec de grosses dents pointues ! Mais quelle aurait été ma réaction ???

J'avais déjà aperçu des biches dans les champs, même une faisant tranquillement son jogging sur le chemin avant de m'apercevoir et de filer dans le bois le plus proche mais jamais de sanglier.

Cela ne m'a pas empêchée de repartir ensuite avec mon VTT pour rapporter encore un peu de foin...

3116

Posté par sylviedetoulouse à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,