19 mai 2018

Potager en permaculture : les semis 7

Depuis le 5 mai et les premières plantations de tomates, les bouteilles ouvertes et les godets restent sur la table de la terrasse couverte jour et nuit.
Les températures ayant baissé tout cela ne pousse plus beaucoup. J'espère malgré tout que les plants s'endurcissent.
Par contre un coup de vent a cassé une des tiges de courgette ronde. Dommage car je n'avais pas beaucoup de graines dans le sachet et toutes ne lèvent pas !

Semis extérieurs3
Avec le temps de ces derniers jours les plants n'évoluent pas beaucoup !

Le 24 avril et le 2 mai ayant récupéré quelques bouteilles j'avais refait des semis : maïs, courgettes rondes, poivrons longs, blettes, courges, tournesol, concombres et poirées.
Le moins qu'on puisse dire c'est que les bons résultats des premiers semis n'ont pas duré. Rien ou presque ne pousse. Pourtant les conditions sont les mêmes.

Déjà les semis du 19 avril de potirons, maïs, potimarrons, courges et poirées n'avaient pas germé (et toujours rien à ce jour). C'est pourquoi j'avais retenté quelques semis.

A aujourd'hui seules deux bouteilles de maïs (les plus récentes) semblent bien parties, la bouteille avec les tournesols également. Celle des poirées la plus récente aussi même si les tiges sont très fines mais c'est ma première levée de ces graines donc je découvre ; quant à mes deux dernières graines de courgettes rondes elles sortent bizzarement de terre !

Semis maïs 19-05-18
Pourquoi ces 2 fois 3 graines sont si bien parties et que deux bouteilles similaires n'ont rien donné quelques jours plus tôt.
Serait-ce un effet de la lune ???

Semis tournesols 19-05-18
Trois tiges qu'il va être temps de placer au potager... mais je ne sais pas encore où ?

Semis poirées 19-05-18
J'ai semé 3 graines et pourtant chaque pousse sort avec 3 tiges.
Pas sûre que je puisse les démarier lors de la plantation.
Mystère...

Les graines de blettes que j'avais récoltées sur un des pieds achetés au marché n'ont toujours pas germé. Peut-être étaient-ce des plants F1. Je poserai la question lors d'un prochain tour au marché maintenant que le vendeur est de retour. Ayant fait mes semis je ne lui ai encore rien acheté !!! Mais un pied d'artichaut me tente pour découvrir...
De même je n'ai aucune pousse de courge, de potiron et de potimarron. Je ne sais pas si ces plantes germent plus lentement. Moi qui voulais faire les trois soeurs avec des courges, potirons et potimarrons je suis mal partie !

Je laisse pour le moment les bouteilles derrière la fenêtre ; j'ai enlevé le bouchon d'une sur deux au cas où cela changerait quelque chose !

Pour me donner une autre chance, j'ai semé directement en godet mes trois dernières graines de courge et trois de potimarron. Je les ai laissés dehors sur la terrasse couverte mais je vais peut-être les rentrer car les températures sont frisquettes et cela ne va pas aider à germer.

Semis godets d 17-05-18

Puisque je remplissais des godets j'en ai profité pour préparer 12 godets de petit pois (un grain dans chaque). Ceux que j'ai semés directement poussent bien sous les petits paniers mais quelques uns ont été grignotté par des baveux donc cela me permettra de les remplacer.

Semis pois cage 19-05-18
Petits pois en cage...

Semis pois libérés 19-05-18
... petits pois libérés !

Je pense aussi faire cela avec des haricots, même si je ne les ai pas encore semés. Il vaut mieux être prévoyante...

Si la semaine prochaine il ne se passe toujours rien dans les bouteilles, je les ouvrirai, récupérerai les graines pour voir ce qu'elles sont devenues et j'aviserai d'un replantage ou pas !

Aujourd'hui je suis bénévole sur les réprésentations de théâtre toute la journée jusqu'à plus de 21h. Il en fait pas très beau cela tombe bien mais demain retour au potager avec j'espère la plantation de la suite des tomates... et d'autres choses.

A bientôt...

 

Posté par sylviedetoulouse à 09:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


17 mai 2018

Déplanter, replanter c'est jardiner !

En attendant que les températures remontent et que les saints de glace soient passés pour planter la suite des tomates ou semer des haricots je retourne faire des trous.

Je continue la haie sud devant le potager. Chaque trou est une épreuve de force entre les cailloux bitumés et les gros galets. Il faut ruser, tourner autour du trou pour choisir le bon angle pour le coup de pioche, s'aider de la masselotte et du marteau pour bouger de quelques millimètres, faire une petite place et dégager petit à petit. Patience et longueur de temps font mieux que force et que rage ; encore que de la force et de la rage il m'en faut un peu pour soulever et abattre cette pioche !
En contrebas, les personnes qui garent leur voiture sur le parking avant de rentrer chez elles doivent se demander ce que fabrique cette femme grisonnante, en sueur, avec sa pioche qui ricoche sur des cailloux !!!
Mais j'aime ce petit sentiment de contentement lorsque je sors l'ENORME galet du trou... et gagne alors plein de place pour le terreau avant plantation !

Comme c'est facile ensuite d'enfoncer la fourche au pied de la petite plante à déplacer qui attend sagement dans le coin "plantations en attente" près des rosiers.

Après le laurier sauce puis le teucrium j'ai replanté un locinéra nitida puis un autre teucrium, j'ai laissé un espace puis un teucrium.Locinéra1
Les cailloux trouvés en creusant...

Teucrium2
Toujours des cailloux !

Teucrium3
Les cailloux de ce trou n'étaient pas assez gros pour servir de barrière !

Dans l'emplacement en attente j'ai creusé un plus grand trou pour y transplanter un des deux Euonymus ou fusains du japon  crème et vert qui se trouvent dans le massif au bord de la terrasse couverte.
Il a fallu le déplanter. J'ai taillé des branches pour mieux accéder au pied. Bien que la terre soit assez meuble j'ai malheureusement cassé des racines pour le sortir de terre.
Je l'ai mis en place sur une bonne couche de terreau en dôme pour que les racines ne soient pas dans le vide. J'ai encore recoupé les tiges pour limiter l'évaporation au maximum. Je n'avais pas fait cela sur l'éléagnus de la haie ouest, les branches récentes se sont courbées et les feuilles de la base ont jauni. Je pense malgré tout qu'il tente de résister ; le temps plus frais et pluvieux a peut-être aidé.

EuonymusA

EuonymusB

Fin des trous avant d'aller répéter un quatre mains au piano avec une copine. Je m'étais entraînée avant de jouer de la pioche ! C'est un morceau plutôt facile donc même les doigts un peu engourdis j'arrive à jouer ma partie dans les graves. Cela n'aurait pas été aussi simple pour les "Contes de ma mère l'oie" de Ravel que je joue avec notre prof commune ; mais mon cours est dans une semaine...

Avant de tout ranger je suis allée ratisser un peu de tonte chez le voisin. Quelle idiote de ne pas en avoir ramassé plus il y a deux jours car la pluie avait déjà agglutiné les tas. J'en ai tout de même récupéré assez pour entourer mes plantations.
Un début de haie... à poursuivre.

Haie potager sud02

Comme le voisin du bas passait la tondeuse lui aussi de long de la bande communale pour mieux la délimiter je suis allée le voir pour évoquer cette bande et notre idée similaire à destination des jardiniers municipaux. Profitant de cette discussion je lui ai proposé de l'aider à déplacer la balançoire car j'envisageais de planter en continuité de la haie. Il m'a dit que les jeunes le feraient.
Au soir la balançoire était toujours là bien que les jeunes aient joué au foot et bousculé à nouveau les branchages !

Jeudi après-midi j'ai continué de tamiser la terre pour remplir le 2e trou des 3 soeurs. J'ai ratissé le maximum de tonte tout autour pour le recouvrir ! Il m'en reste deux à combler et peut-être encore un ou deux à creuser !!!

2e trou01

Les jeunes ayant repris leurs tirs au but je leur ai demandé de déplacer la balançoire pour que je puisse planter.
Lorsque je suis redescendue, la balançoire avait bougé. J'ai remercié et attaqué la suite de la haie.
J'ai donc repris le trou fait l'an passé ici pour y planter une des trois boutures de laurier palme. J'ai replacé le grillage protecteur, bien paillé et suis passée au trou suivant. J'essaierai d'être plus attentive à l'arrosage !

Bouture laurier palme2bis 18-05-10

Pour cette haie qui me sépare des voisins j'avais pensé au début intercaler des arbustes persistants différents que je pourrais bouturer avec des cyprès de Leyland car ce n'est pas très cher et que cela pousse vite. Pour des tas de raisons je n'ai pas poursuivi cette idée de haie pendant des années. Sur les quatre cyprès plantés en même temps un a beaucoup grandi et les trois autres ont pris du retard. Ils n'ont jamais été taillé.
J'ai donc recreusé un peu le trou en attente d'un cyprès puis je suis passée au suivant où tout était à faire.
J'ai décidé d'y planter le lilas mauve qui végète un peu près du massif Provence. Placé derrière une énorme ciste il fleurit timidement. La terre est mauvaise et très sèche l'été sur cette butte donc un changement de place pourrait lui faire du bien. Le voilà donc en place dans la haie du bas.

Lilas mauve 18-05-10

Je me suis arrêtée là pour cette haie. J'ai peur d'y placer d'autres boutures de l'automne encore très petites et qui se trouveraient alors en plein soleil cet été.

Haie basse voisin 18-05-10

Je suis allée planter les deux autres boutures de laurier palme du pot dans le massif des plantes en attente. Le lilas avait fait un petit rejet que j'ai détaché et planté également dans ce massif "en attente".
J'en ai profité pour mettre en terre dans ce massif des boutures d'arbustes que je n'ai pas vraiment identifiés (type troènes je pense) que m'a donné la compagne de mon Papa et qui attendaient depuis un bon moment dans leur sceau de boue la mise en terre !

Vendredi il a fait très beau et chaud donc j'ai préféré éviter de transplanter des arbustes pour continuer la haie au sud du potager. J'en ai profité pour tondre sans récolter beaucoup de paillage et mulsher des tailles d'arbustes. Un peu plus de paillis pour la 5e bande.

J'ai pioché dans cette réserve pour entourer les pousses de pommes de terre. Sur la seconde partie de plantation plus récente où j'ai ajouté une poignée de terreau, les tiges sortent en plus grand nombre ; cela semble apporter un plus. A confirmer à la récolte...

Puis samedi la pluie et le froid ont fait leur retour.
Tant mieux pour mes transplantations, un peu moins pour les tomates qui ne vont pas grandir beaucoup.

Dimanche, très prise par la dernière répétition et le suivie du spectacle des contes musicaux en fin d'après-midi je n'ai rien pu faire contre les épisodes de grêle.

Lundi matin, avec inquiétude, j'ai fait un tour au jardin. A première vue pas de dégât. Les plantes sont toujours là. Le vert des tomates pâlit et prend des tâches de rousseur comme les semis en attente sous la terrasse couverte d'ailleurs. Je ne sais pas trop ce que cela signifie. Les pois poussent sous leur panier. Les poireaux au milieu des fèves semblent avoir gagné 1 mm d'épaisseur !!! Certaines feuilles des fèves ont été croquées mais continuent de pousser ainsi que les pommes de terre. La partie avec l'apport de terreau a largement pris de l'avance.

Dans le massif "en attente" les boutons des roses ont résisté aux grêlons.

Il serait temps maintenant que le soleil revienne...

Posté par sylviedetoulouse à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mai 2018

Potager en permaculture : buttes 2 et 4 : on plante ! + 3 soeurs et jardinage

En prévision d'une première plantation symbolique le 1er mai (mon potager a un an ! voir ici) j'ai nettoyé la butte n°4 le vendredi précédent.
Enlever le couvert de feuilles, arracher les adventices qui ont beaucoup poussé malgré ce paillis, ratisser pour faire ressortir les tiges très nombreuses de ce que je pense être la grande cigüe, cette plante à fleurs blanches en ombrelle comme la fleur de carotte. Plus je ratissais plus il y en avait à arracher !
Par contre je suis plutôt contente de la terre. Je rappelle qu'à cet endroit (voir ici) je me suis contentée de tondre, d'ajouter un peu de mulsh, puis de déposer les déchets végétaux quotidiens en les recouvrant d'herbes sèches puis d'un peu de feuilles et d'aventices arrachées au début du printemps qui n'ont pas eu vraiment le temps de se décomposer. Le sol s'est ameubli, même si les cailloux sont toujours là et j'ai trouvé des vers de terre !

J'ai prévu d'y planter les tomates (mes jolis pieds qui poussent dans les bouteilles !).
J'ai donc installé les tuteurs. Je les ai groupés par quatre de façon à ce qu'ils se renforcent mutuellement ; en effet avec ma terre caillouteuse je n'ai pas pu les enfoncer beaucoup même en ayant fait un pré-trou avec la masselotte et le marteau. Il me manque 4 tuteurs pour finir la rangée...

Etat au 18-05-02

Tout était prêt... mais le temps n'était pas à la plantation.

J'ai tondu et mulshé les feuilles pour avoir du paillage et continué la 5e parcelle quand soudain la petite roue avant gauche de la débroussailleuse a continué sa route toute seule, le cabochon qui la maintenait sur l'axe ayant pris la poudre d'escampette ! Je n'ai pas réussi à le retrouver. En attendant d'aller chez le réparateur j'ai choisi de semer des petits pois.

La butte n°2 avait déjà été nettoyée. J'ai tracé un sillon sur le flan est, je l'ai rempli de terreau et j'ai déposé les graines avant de recouvrir et d'arroser.
Pour que les oiseaux ne perturbent pas mon bel ouvrage j'ai posé des paniers à godets retournés et maintenus par des galets.
J'espère que j'aurai des petits pois cette année ; plantés très tard l'an passé, je n'avais eu que quelques gousses toutes plates !

Etat au 18-05-02

Pas de chance le réparateur n'avait pas de cabochon du bon diamètre donc il l'a commandé. Ne restait plus qu'à patienter.

Le temps s'étant raffraichi et mis à la pluie, les plantations allaient attendre.

Samedi après-midi, le soleil est de retour.
Je commence par aller faire un tour de vélo avec mon sac à dos pour rapporter des orties. Je prévois de placer des feuilles dans les trous de plantation des tomates.
Ayant récupéré le cabochon la veille, je commence par réparer la débroussailleuse. Il m'a fallu trouvé une pièce évidée pour enfoncer le cabochon au maillet sans le déformer. Je venais de faire le tri des médicaments et j'allais jeter un tube en plastique lorsque "IDEE !" il faisait juste le bon diamètre et la pièce se met en place parfaitement. Très fière de moi, (il m'en faut peu !!!) je remets l'engin sur ses roues et tire la ficelle de démarrage : RIEN !!! J'insiste. Toujours RIEN ! Je nettoie la bougie, je graisse l'axe des lames. RIEN n'y fait
J'ai pensé que la tête en bas lui avait mélangé les circuits donc je la laisse reprendre ses esprits mais je n'ai pas pu la démarrer de l'après-midi. Grosse déception. Je comptais sur du paillage et ne pas me laisser prendre de vitesse par l'herbe qui pousse beaucoup en ce moment. Et surtout je ne vois pas la raison de cette panne soudaine...

C'est très contrariée que j'ai choisi mes plus beaux pieds de tomates pour les planter.

Je creuse au pieds des tuteurs. Je déloge quelques cailloux, j'arrache encore des tiges. Un peu de terreau, quelques feuilles d'ortie, à nouveau du terreau et ma jolie pousse prend place. J'ai enlevé les cotylédons et je plante le plus près possible des premières feuilles. Je comble avec du terreau. 

Je place un pied le long de 3 tuteurs. Pour le 4e je planterai ou sèmerai des haricots rame. J'ai trouvé l'idée sur une chaîne Youtube que j'aime beaucoup : Au jardin d'Olivier. Cela devrait apporter de l'azote aux tomates et continuera à enrichir la terre.
J'ai planté 3 pieds de tomates de l'ami de mon Papa puis 3 pieds de tomates cerises puis 3 pieds de tomates St Pierre. Au centre des tipis j'ai planté une rose d'Inde. Seulement deux pieds car les autres sont encore trop petits.
J'ai stoppé là dans un premier temps ; en effet les saints de glace ne sont pas passés et je reste prudente. Malgré tout j'ai beaucoup de pieds d'avance en cas de perte !

J'ai volé un peu de paillis sur une butte voisine. J'ai coupé quelques hautes herbes à la faucille pour recouvrir le sol en complément du reste d'orties. C'est maigrichon !

Etat au 18-05-05A

Etat au 18-05-05B
Au milieu de cette "salade" il y a des pieds de tomates !!!

En panne de motorisation et comme le dimanche de toutes façons j'ai pour règle de ne pas faire de bruit j'ai repris fourche, pelle et tamis. L'idée : récupérer de la terre pour garnir les trous des 3 soeurs. Faire un petit dôme de terre tamisée et le recouvrir de tonte. Lorsque je planterai j'ajouterai du terreau.
Comme je l'ai déjà dit mes tas de terre sont encore exploitables sans avoir besoin d'utiliser la pioche. Je coupe les hautes herbes à la faucille avant d'utiliser la fourche (c'est bien le seul moment où elle peut retourner ma terre si caillouteuse et compacte).

Réserve de terre

Voici la réserve de terre caillouteuse que je grignotte.
J'ai de la marge avant de retrouver un sol plat devant la terrasse couverte !

Quelques coups de pelle, du tamisage version tri des déchets. Tout ce qui est herbe et racines sur un tas, les gros cailloux dans un pot qui sera vidé dans un des creux du terrain pour remblayer et ce qui reste dans le tamis est déversé sur la pente de la butte "provence" pour adoucir et réguler cette pente. Pas mal de petits cailloux, mais comme déjà dit, avec de l'aglomérat de terre. De toutes façons les graines des adventices brassées vont vite profiter d'une pluie pour sortir de terre.

Au 18-05-06

Très fortement taillées à l'automne les cistes commencent à fleurir.
L'aération de ce massif a permis au cyprès de reprendre un peu de vigueur.

Cela s'apparente à un travail de fourmis mais j'aime cette idée que chaque élément trouve sa place en modifiant mon domaine avec mes deux mains. Quitte à en baver autant s'en sentir fière !!! Bon avec 10 fois moins de terrain ce serait plus rapide !!!

Je dépose le tas végétal en bordure de terrain, là où la ville a enfin coupé les ronces qui repoussent déjà (voir ici). Comme une idée de petite limite de propriété qui se décomposera en attente d'une suite à donner !!!

Comme le soleil était de la partie mes voisins au nord étaient aussi dans le jardin à tondre et désherber un ancien coin potager. J'ai réussi à placer quelques plans de tomates en surnombre lorsqu'ils seront prêts à les planter ! Du coup j'ai demandé si je pouvais venir récupérer de la tonte qui reste en place. Il me suffit d'enjamber les quelques parpaings qui nous séparent...

Avec ma terre tamisée j'ai pu façonner un petit tas dans le premier trou que j'ai recouvert d'une bonne épaisseur de tonte ratissée chez le voisin. Un peu de surplus est venu entourer les pieds de tomates.

1er trou01
Futur emplacement de maïs, courges et haricots grimpants

Après une petite pause goûter sur la terrasse au soleil avec mon Petit Bout venue passer quelques instants à la maison entre une visite chez son Papa et un retour chez elle pour préparer un petit voyage à Madrid dès le lendemain j'ai remis mes gants terreux et suis repartie au jardin.

Afin de changer d'horizon et d'effort j'ai opté pour remettre en état la zone "Repos du jardinier". Pas d'autre solution que de piocher à nouveau pour arracher les touffes d'herbe. Sans le rotofil je ne peux pas couper facilement les hautes herbes et les chardons qui ont pris possession de la pente. Deux, trois coups de faucille pour dégager la base et je pioche, je ratisse et j'enlève de nouveaux cailloux !
Toute la végétation dégagée est mise en tas en bordure là où je voudrais faire un massif. L'an passé alors que la végétation était presque inexistante car grillée par le soleil de l'été, les cailloux étaient bien visibles et j'avais commencé à les enlever. Mais c'était un travail de titan tellement il y en a. J'ai opté pour une autre solution. Je vais recouvrir cette petite butte de déchets végétaux et de surplus de tamisage. C'est au moment du trou de plantation que je ferai le "ménage" ! Je le creuserai un peu plus grand en reprenant mon travail de tri. Sinon je pense que ce n'est pas encore cette année que je vais planter mes fleurs en attente dans ce futur massif.
J'ai nettoyé la moitié de la surface avant d'en rester là et de prendrre une douche bien méritée !

Etat au 18-05-06A

Etat au 18-05-06B

Lundi après-midi, avec quelques appréhensions j'ai tiré sur la ficelle de la débroussailleuse qui est partie au second tirage. Un peu hoquetante mais de bonne grâce. Je l'ai félicitée et remerciée. Oui la solitude me fait parler (intérieurement) aux objets ! J'ai pu tondre autour du potager même si ce n'est pas là que c'était le plus urgent mais j'aime ce petit côté propret autour des buttes !
Je voulais surtout tondre le long de la bande communale pour bien délimiter et montrer que le reste pousse et que les agents municipaux doivent continuer à l'entretenir comme les autres parties du lotissement lorsqu'ils vont passer !

Ronces bande05

J'ai ratissé la terre et les cailloux autour des trous des 3 soeurs pour tamiser et récupérer un peu de terre pour le second trou mais surtout pour éviter que les cailloux ne volent partout avec le passage de la débroussailleuse. L'herbe avait déjà poussé autour des trous et il était temps de la couper. J'entasse toute la partie herbeuse décapée autour du pied des arbustes. Cela limitera les pousses d'adventices et ameublira et enrichira la terre en se décomposant.

Cyprès paillage

Cette partie basse du jardin n'est pas la plus herbeuse mais je voulais faire place nette pour bouger le tas de branchages, tondre en dessous et voir si mon idée d'une petite bande de prairie est envisageable.

Prairie fleurie01

Il était déjà tard, le ciel devenait sombre et le tonnerre grondait au loin. J'ai rangé mes outils sans ramasser le mulsh produit.
Un gros orage a éclaté alors que j'étais sous la douche puis la pluie a commencé à tomber. C'est super pour le jardin mais du coup cela va compliquer un peu mon travail de la terre. Le soleil finira bien par revenir...

Mardi, après la pluie du matin le ciel s'éclaicit doucement. Un petit tour au jardin. Le pluviomètre est plein à ras bord, l'abreuvoir des oiseaux aussi ainsi que le petit bassin.
Les différents verts de la nature sont encore plus éclatants. Le plaisir de me trouver là, dans mon petit jardin sauvage à cet instant...
Je vois de minuscules pousses de petits pois sous les paniers et les premières feuilles de pommes de terre sous le foin dans la première partie plantée. Deux pousses pour le moment. Comme évoqué j'ai ajouté du terreau sur le tubercule avant de replacer le foin dans la seconde partie de mes plantations de patates. Je verrai s'il y a une différence. Je commençais à désespérer et envisageais de ne pas avoir de pommes de terre pour cette première plantation. Je vais surveiller cela de près !

Pousse patate01

Pousse patate02

Les deux pousses en version "macro" !

Pendant mon petit tour j'ai eu la surprise de constater que la balançoire des voisins avait pris ses aises sur mon terrain. Je pense que c'était pour mieux tondre hier soir mais la remettre en place aurait été une politesse, déjà qu'elle se trouve sur la bande communale !!! Un des pieds est devant le cyprès alors que mon terrain a encore un mètre derrière avant la bande communale ! Je ne veux pas me fâcher mais je suis toujours surprise de l'incivilité des gens ! On va dire que c'est l'orage à venir qui les en a empêcher...
Pour ma part hier j'ai bougé les branchages que j'ai mis en continuité des dernières coupes de buddleia. Ils sont largement sur mon terrain et sont destinés à être coupés dès qu'ils auront séché.
J'avais bien remarqué que cette haie provisoire de branches de buddleia n'avait pas plu. Comme je ne voulais pas que mes trous des 3 soeurs soient malmenés, j'avais choisi cette astuce pour que cette zone ne soit plus utilisé comme un terrain de foot. J'ai remarqué du chamboulement dans la haie !
J'espère que la balançoire va repartir plus loin car je voudrais replanter une bouture de laurier palme comme l'an passé, juste dans le trou près duquel se trouve le pied de la balançoire ; seulement une sur les deux avait bien repris. Mais je pense qu'à cet emplacement il y avait beaucoup de soleil et pas assez d'arrosage ; l'autre est plus protégée. Les jeunes sont bien sortis taper dans le ballon dans l'après-midi mais personne n'a remis la balançoire en place.

Limite

Pour ma part je suis allée répéter le conte musical et écologique "Ma copine Gaïa" qui sera présenté dimanche après-midi. J'ai le rôle symbolique et très court de Mme Pompon qui est la maman de la famille qui débarrasse des mauvaises odeurs. Ah la vie d'artiste !!!

Un billet déjà bien long. A bientôt pour la suite...

Posté par sylviedetoulouse à 11:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mai 2018

Potager en permaculture : aménagement 3 et jardinage

Les brins de muguet ont presque tous été vendus par mon Petit Bout comme chaque année après en avoir gardé pour offrir aux proches. Elle s'installe toujours au même endroit depuis 4 ans ; cela démarre doucement dans le froid puis les retardataires sont bien contents de trouver du muguet "bio" et beau du jardin avant le déjeuner du 1er mai.
Je vais pouvoir continuer le désherbage de ce petit coin à l'entrée de la maison qui s'anime et embaume 15 jours par an !

Retour au potager.

Commençons par les pommes de terre !

J'ai allongé la bande le long du grillage ouest pour planter le reste de pommes de terre.
Arrachage de l'herbe, gratouillage, piochage puis dépôt de tonte sèche avant de poser les pommes de terre et de les recouvrir de tonte.
Il aurait fallu être plus courageuse et agrandir davantage cette bande car il reste quelques patates dans la boite... Mais j'aurais dû déplacer tout un tas de choses entreposées le long du grillage !!!
Après avoir revu différentes vidéos sur cette technique j'ai des doutes sur ma façon de procéder. Je me demande si je n'aurais pas dû ajouter un peu de terreau sur la pomme de terre avant de la recouvrir de tonte. La plupart du temps il y a de l'herbe donc de la matière fraîche en dessous ou par-dessus le terreau. Dans mon cas tout est sec.
Peut-être vais-je corriger cela pour cette seconde partie de plantation ?

Bande à patates04

Ensuite nous passons à ma "passion" des trous !!!!

J'ai déplanté le laurier sauce qui avait poussé derrière la cabane et je l'ai mis en place dans l'angle de la haie sud qui protégéra, un jour j'espère, les buttes du vent d'Autan !

Laurier sauce

Faire le trou n'a pas été simple. Impossible de récupérer la terre tellement il y a de cailloux bitumés. J'ai continué à rogner un des tas de terre en haut du terrain que j'avais entamé l'été dernier pour récupérer de la terre que je tamise ensuite avant de la mélanger avec du terreau. Pour le moment c'est faisable avec la fouche car la terre, même caillouteuse, n'est pas encore trop sèche. Mes rognures, centimètre par centimètre, sont ridicules par rapport à ce que ferait un tracto-pelle !!!
J'ai des images du film "La grande évasion" où les prisonnier grattent la terre avec des cuillers et vident leurs sacs lors de la promenade. Mais eux n'ont pas de cailloux si je me souviens bien !!!

Puisque j'étais dans les transplantations je me suis occupée des deux pousses de laurier palme trouvées dans la haie d'hortensias et d'un éléagnus qui a poussé dans le massif qui borde la terrasse couverte. Comme je voudrais à terme alléger ce massif je ponctionne des végétaux qui y ont poussé tout seuls. Les autres sont plus anciens et plus volumineux ; je doute de pouvoir les transmplanter dans les perdre. C'est aussi la raison des boutures...

Ces trois arbustes ont pris place dans la continuité de la haie ouest, le long de la partie "repos du jardinier".
J'ai une belle pente à cet endroit et la terre ne tient pas bien. Heureusement c'est l'emplacement du laurier qui est de petit format et donc n'a pas nécessité un gros trou.

Laurier palme pousse1

1er laurier palme dans la pente

Cette haie est "ordonnée" ! Un éléagnus vert, un photinia, un laurier, un éléagnus panaché, un photinia, un laurier, etc...
Donc en suivant j'ai planté l'éléagnus qui baisse un peu la tête depuis. Pas facile de transplanter à racines presque nues un sujet déjà bien avancé.

Eleagnus pousse1

Eléagnus qui fait déjà un peu la tête 48h plus tard

Le trou suivant reste vide car ce doit être la place d'un photinia et je n'en ai pas encore.
Dans mes boutures de l'automne deux semblent avoir pris mais sont encore trop petites pour être plantées ; je pense que je vais passer par l'étape "pot à l'ombre" avant. L'an passé sur les deux boutures de photinia que j'avais plantées directement dans la partie haute de cette haie une seule a résisté en végétant une année. Depuis quelques jours de nouvelles feuilles se forment donc cela semble bien parti.
Puis j'ai planté le second laurier.

Laurier palme pousse2

2e laurier palme

J'ai placé de grosses pierres dans la pente pour retenir la terre et j'ai ajouté par poignée ce qui reste dans le tamis lorsque je tamise la terre des trous après avoir enlevé les plus gros cailloux.  Ce "remblais" est composé de petits cailloux et d'aglomérat de terre argileuse qui devrait se compacter avec les pluies. Enfin c'est ce que j'espère.
J'ai paillé les trous.

Ce n'est pas cette année que cette partie de la haie m'isolera du parc du centre mais il faut bien commencer ; je regrette d'ailleurs d'avoir tant tardé !

Haie au 25-04-18
Petit à petit la haie ouest se prolonge...

Toujours dans la version taupe j'ai continué les trous pour les futurs arbres fruitiers avec la version "3 soeurs" en préparation. J'en suis à quatre trous. J'hésite à continuer sur la seconde rangée car cela m'amène au pied des tas de terre et rendrait impossible le passage d'un engin pour remonter cette terre et surtout bouger les souches qui sont posées à cet endroit (pourquoi ai-je accepté ces souches ???)
Je pense plutôt continuer sur la même ligne parallèle à la limite du terrain. Pour cela il faut que je déplace mes tas de branchages.

 

Verger03

J'ai ajouté un teucrium à côté du laurier sauce dans la haie sud. Une bouture d'il y a deux ans que j'avais mise en terre dans le massif des rosiers en attente. Creuser le trou a été très dur. La pioche a butté sur de très gros cailloux, 3 galets au total, (ceux qui protègent maintenant la petite plante) et que j'ai eu beaucoup de mal à déloger. Je ne sentais plus mes mains entre le serrage du manche et les vibrations suite aux chocs. Mais j'ai réussi !!! Je laisse passer du temps avant le 3e trou !!!

Teucrium1

J'ai continué à tondre pour récupérer du paillage.
J'ai nettoyé la base de la haie côté ouest des mauvaises herbes que j'ai déposées à l'endroit où je mulshe mes déchets , j'ai ajouté les tailles du rosier et passé la débroussailleuse sur le tout en grignottant l'herbe voisine au fur et à mesure. Ratissage, nouveau passage, ratissage et enfin un mulsh acceptable.

Tout ce mulsh produit est allé sur une 5e parcelle entre la première butte et la plantation de pommes de terre. Il me manque encore un peu de matière pour réaliser toute la longueur mais j'ai encore de la tonte à faire. J'ai juste fait une pause récup de quelques jours car les fourmis dans mes deux mains sont un peu trop présentes le jour et encore plus la nuit.

5e parcelle1

Cette 5e parcelle ne sera peut-être pas cultivée cette année. Je me contente pour le moment de poser du mulsh sur une surface qui a été simplement tondue sans aucun travail du sol. L'herbe poussant drue à cet endroit je me dis que la terre n'est pas trop mauvaise ni trop caillouteuse. 
Cela me servira aussi de réserve de paillage comme le coin "repos du jardinier" l'an passé mais que j'ai mal géré par la suite et qui est envahi par des touffes d'herbe qu'il va falloir ré-attaquer à la pioche !

Les fèves poussent doucement dans la première butte.

Butte n°1-02

Voilà pour ce petit tour de jardin à la fin du mois d'avril.

Pour le plaisir des yeux la floraison de ma ciste parme a commencé. Une petite pousse, prélevée dans les collines provençales il y a des années par la compagne de mon Papa, qui est toujours en avance sur mes cistes roses ou blanches.

Ciste parme02

Posté par sylviedetoulouse à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 avril 2018

Potager en permaculture : les semis 6

D'un côté cela pousse, de l'autre ça disparaît !

Je suis très contente des semis en bouteille. C'est une formule qui me convient bien.
C'est propre pour passer du temps dans la maison, cela ne demande pas d'arrosage, les semis n'ont pas trop filé, j'ai opté pour ne pas les rempoter avant plantation. On verra si les plantes se séparent facilement.
J'ai enlevé la partie supérieure de la bouteille une fois que les pousses avaient fait leurs premières vraies feuilles (en plus des cotylédons). J'ai ajouté un peu de terreau pour les tomates et les courgettes.
Comme le temps s'est mis au beau je sors ces bouteilles sur la table de la terrasse couverte tous les jours. Les autres restent à la maison, attendant leur tour.

Semis extérieurs1

Semis extérieurs2

Ma petite forêt de tomates !

Pour le moment : 

Tomates de l'ami de mon Papa : 9 sur 12 - 75%
Tomates St Pierre : 18 sur 22 - 82%
Tomates cerise : 20 sur 16 - 125% !!! J'ai dû mal séparer les graines :-)
Poivrons longs : 4 sur 10 - 40%. J'en ai re-semé depuis.
Poivrons ronds : 18 sur 20 - 90%
Aubergines : 40 sur 40 - 100%. Je me suis un peu lâchée et je pensais pas que tout prendrait !
Courgettes longues : 7 sur 7 - 100%
Courgettes rondes : 4 sur 8 - 50%. J'en ai refait aussi sinon je ne pourrai pas cuisiner beaucoup de courgettes farcies !!!
Concombres : 9 sur 12 - 75%

Voilà pour les semis en bouteille jusqu'à la mi avril. Je ne compte pas les bouteilles ouvertes qui avaient reçu la visite des croqueurs ou qui avaient grillé sous le plastique de la mini serre puisque je les ai remplacées.

Depuis il y a eu des potirons, maïs, potimarrons, courges, poirées, blettes en petites quantités au fur et à mesure des bouteilles ! Mais pas encore de levée.

Afin d'expérimenter autre chose, j'ai aussi semé en godet ; des tomates et des roses d'Inde pour commencer.
Jusqu'à la première pointe verte les semis sont restés dans ma mini serre puis je les ai rentrés à la maison pour ne pas me les faire croquer. La levée a été assez rapide mais il fallait penser à arroser et à tourner les caisses pour la lumière ; les caisses de poisson ont des trous, ce qui est bien en extérieur mais pour la maison ce n'est pas le top vu que je n'ai pas de plateau à mettre dessous. De plus les tiges ont vite filé. Il va falloir tout repiquer ! Je les ai sortis aujourd'hui pour la première fois. Je voudrais que ces semis prennent un peu de vigueur avant le délicat repiquage...

Semis godets1

Devinez d'où vient la lumière ?

Semis godets2

Pas faciles à repiquer ces fines tiges !

Côté réussite :

Tomates de l'ami de mon Papa : 28 sur 32 - 87%
Tomates St Pierre : 10 sur 16 - 62%
Tomates cerise : 14 sur 20 - 70%
Roses d'Inde : 7 sur 24 - 29% Pas assez rapide certains départs de feuilles ont été mangés !

Donc j'ai une nette préférence pour les semis en bouteille ; plus faciles et d'un meilleur rendement. A voir la suite avec le repiquage puis la comparaison lors du résultat des plantations.

De toutes façons je ne pourrai pas tout planter. Je choisirai les plus beaux plants et chercherai à donner les autres. A défaut je les planterai dans un coin du terrain, au petit bonheur, au milieu des cailloux, sans soins. Cela fera peut-être des fleurs pour les abeilles voire quelques légumes en tout cas de la végétation pour pailler plus tard et faire du bien à la terre !

Toujours en godet j'ai semé récemment des tournesols, de la betterave, encore des roses d'Inde mis dans une première caisse, de l'aneth, de la capucine et des épinards placés dans une seconde.
Dans deux pots j'ai semé du basilic. Les graines sont collées sur un disque de papier. On pose le disque sur le terreau, on arrose et on laisse faire. J'avais acheté cela l'an passé chez Lidl ! 
J'ai placé tout cela dans la mini-serre.
J'ai aussi utilisé un pot de crème que j'ai gardé à la maison en posant le couvercle transparent jusqu'à la levée.

Il y a deux matins je sors les deux caisses et les deux pots pour les arroser puis les laisser un peu à l'air libre. Il y a des débuts de pousses pour les tournesols et les roses d'Inde.
Deux ou trois heures plus tard je viens vérifier que le soleil ne les assèche pas.

Il n'y a plus rien !

Les surfaces des godets sont labourées, les disques de papier ont disparu et quelques caca de pigeons parsèment le tout.
C'étaient mes dernières graines de capucine !

Plus rapides que les limaces, ce sont les pigeons ou d'autres volatiles ! Mes petites graines non levées ont du leur plaire ! Je n'avais pas du tout pensé à eux en sortant les semis.

J'ai remis les deux caisses dans la mini serre.

Hier je constate des prémices de levées pour les tournesols et les roses d'Inde. Je laisse le tout dans la serre ouverte avant de la refermer pour la nuit.

Ce matin je découvre que les tournesols ont été croqués. J'ai vérifié les pots de la première caisse un par un pour déloger les croqueurs ; je les ai placés dans une nouvelle caisse (qui sent encore le poisson) sur la table de la terrasse. Les godets de la seconde caisse restent vides. Je les laisse dans la serre sans espoir de levée : de la terre à récupérer !

Semis godets3

Ce soir dodo à la maison et nouveaux semis dans les jours à venir mais certainement en bouteille.

Le basilic du pot de crême pousse doucement.

Du côté du repiquage de mes salades cela ne pousse pas vite. Décidemment les salades et moi cela ne fonctionne pas. Mais je suis têtue et je vais refaire un semis.

Les radis ont de belles feuilles dans leur caisse mais la racine reste très fine. Je me demande si j'arrose assez.

Ah la vie de jardinière n'est pas simple !

Par contre les graines de fèves dans la butte n°1 sont bien sorties.

Encore d'autres travaux au jardin à venir dans un prochain billet.

Arbre de Judée 2018

Posté par sylviedetoulouse à 17:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


18 avril 2018

Potager en permaculture : fraises, patates, aménagement et jardinage

Le soleil est là et bien là pour toute la semaine. Comme cela fait du bien. La vie semble d'un coup plus légère... mais la terre est toujours aussi basse et la pioche bien lourde !

Dimanche j'ai taillé les buddléias. Je me suis laissée dépasser par ces arbustes issus de boutures il y a bien longtemps.
Je n'ai pas fait de photo "avant" et c'est dommage !
J'ai commencé par ceux qui sont proches de la terrasse sud qu'ils protègent un peu du vent d'Autan et du regard de la maison des voisins. C'est un peu nu maintenant mais le soleil matinal éclaire plus tôt le salon. De jolies fleurs violettes devraient tout de même apparaître à l'été.

Buddleia violets taille

J'ai continué avec le buddleia orange un peu plus loin. Le seul qui ne soit pas issue de bouture. Il a un pied énorme et pousse à tors et à travers. Beaucoup de branches mortes et d'autres terminées par un mince plumet de feuilles. La floraison n'avait pas été très jolie l'an passé. Là encore une coupe drastique.

Buddleia orange taille

Près du fil à linge, autour d'un fusain, il y a deux buddléias mauves plantés à l'époque de la piscine pour me préparer un coin tranquille. Comme avec mes autres boutures j'ai eu le défaut de ne pas couper court pour le mettre en forme au départ d'où les allures déguingandées. Je les ai raccourcis du mieux que je pouvais en cherchant les repousses les plus basses.

Buddleias taille

Tout ce tas de branchages a été mis en tas en bordure de mon terrain. J'attends que cela sèche un peu avant de le hacher avec le taille-haie puis de passer les plus fins morceaux sous la débroussailleuse pour faire un paillis.

Déchets vététaux

Il me reste à tailler le buddléia blanc le long de la terrasse couverte. Celui-ci est très vigoureux et a déjà eu droit à plusieurs tailles. Il est le mieux proportionné.

J'avais acheté deux barquettes de fraises à Lidl qui attendaient d'être plantées. Deux variétés : Korona et Elsanta. Seulement j'ai mélangé les barquettes et il faudra attendre les fraises pour éventuellement les reconnaitre !!!
J'ai opté pour les placer en bout sud des deux premières buttes en les agrandissant.
Un léger décaissage pour enlever les herbes folles et les premiers cailloux. Je pensais mettre des branchages puis des herbes mais j'ai décidé de faire simple en ajoutant de la terre.
Je fais le tour des pots de fleurs dégarnis pour récupérer la terre.
A l'entrée de la maison j'avais planté deux hostas. En pot sous le porche elles risquaient moins de subir l'assaut des "croqueurs" qu'au jardin. Cet hiver, brusquement tout avait séché.
Je porte donc les pots près des buttes, coupe les tiges et feuilles sèches et commence à gratter la terre. Oh surprise il y a des pousses. En fait les hostas sont toujours là, prêtes à repartir. J'enlève délicatement la terre du dessus, remonte les pots pour surfacer avec du terreau et les remets à leur place avec un bon arrosage.
Pourtant j'aurais du me souvenir puisque ces plants sont déjà des rescapés (voir ici) !

Hosta1

Hosta2

Du coup peu de terre à me mettre sous la pelle. J'ai ajouté le terreau qui avait servi à mes graines de salades et un sac de terreau de Lidl parfait pour juste ajouter de la matière. J'ai mis du bon terreau dans les trous de plantations, placé les fraisiers et recouvert de tonte sèche.

Fraisiers1   Fraisiers2
Korona-Elsanta ou Elsanta-Korona ???

Comme j'étais dans les fraises, j'ai nettoyé les pieds de l'abricotier et d'un cerisier où j'avais planté des fraisiers l'an passé. Laissé à l'abandon à l'automne je n'ai pas pris la peine de voir s'il y avait des stolons. J'essayerai d'être plus attentive cette année !

Fraisiers abricotier  Fraisiers cerisier
Abricotier - Cerisier avec tous les rejets au pied à couper

En repassant sur ma terrasse j'ai eu envie de me poser dans le hamac. Chaussures et chaussettes enlevées comme c'était doux de sentir l'air de cette fin de journée ensoleillée. Une petite pause lecture avant de rentrer.

Hamac 2018

Mardi j'ai enfin acheté mes pommes de terre : de l'Amandine. C'est celle que je consomme le plus souvent donc c'est parfait. Pour une première tentative je ne vais pas me lancer dans la diversité.

Alors que je me mettais en tenue pour une nouvelle séance de tonte on toque à la porte. C'était une voisine de deux maisons plus loin qui me proposait des géraniums vivaces. Elle venait d'éclaircir son massif.
J'ai trouvé l'intention très sympathique vu que je n'ai pas de rapport avec elle. Oui je suis sauvage !
Je ne savais comment la remercier. Je lui ai proposé des graines de Nigelle de Damas, ce qui lui convenait. J'ai eu l'image de troc cadeau contre cadeau comme dans certaines tribus !!! En tout cas c'était agréable.
Il faut maintenant que je leur trouve un petit coin approprié.

J'ai fait une première tonte haute sur une partie du haut du terrain. Pour les endroits difficiles il faut vraiment que j'arrive à relancer le roto-fil.

J'ai nettoyé le tour du bassin en arrachant les hautes herbes ainsi que le coin du banc avant de passer la débroussailleuse. Ce n'est pas clean et il faudra un second passage plus ras mais on y voit un peu plus clair.

Bassin 04-18 désherbage

Banc 04-18 désherbage

Puis je suis allée déposer les pommes de terre germées dans des trous d'herbe sèche. Je les ai mises en quinconce sur deux rangs pour essayer d'en placer le maximum. Une petite couverture d'herbe et il ne reste plus qu'à attendre... et espérer ! Seulement 27 ont trouvé une place et il en reste dans la boite. Je pense que je vais prolonger la bande en remontant.

Alors que je plantais mes patates de façon peu conventionnelle j'ai vu un monsieur monter la butte du coté des immeubles et venir à ma rencontre de l'autre côté du grillage.
Décidément c'est la journée "échanges" !
Il habite l'appartement dont le balcon a vue sur mon terrain.
Il trouvait que je faisais beaucoup d'efforts et que je n'étais peut-être pas récompensée. J'ai démenti et expliqué ma démarche.
Il avait eu un jardin "à l'ancienne" et était donc surpris de voir des tas avec de l'herbe sèche.
C'est là qu'on se rend compte que la permaculture est un mot inconnu de beaucoup de jardiniers.

Nous avons parlé un moment, moi cherchant à justifier le bien-fondé de ma démarche et lui septique. Je le sentais un peu nostalgique de sa vie d'avant : à la fois côté jardin mais aussi personnelle. Il m'a proposé son aide ; ayant évoqué le fumier de cheval d'un centre voisin je lui répondais que je n'avais pas de remorque. Justement lui en avait une et était prêt à m'en faire profiter.

Curieuse journée.
Habituée à mon cercle restreint de proches j'avoue ne pas savoir comment interpréter et me comporter avec de nouvelles personnes. Je n'ai jamais été douée pour cela mais avec mon renfermement de ces dernières années cela ne s'est pas arrangé !
En tout cas voilà des anecdotes amusantes à relater à mes filles en conversation privée sur FB...

Assez bavardé, il y a encore du boulot...

Posté par sylviedetoulouse à 23:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

13 avril 2018

Potager en permaculture : les semis 5

Il faut que je me secoue un peu pour les semis sinon je n'aurai que des tomates ou presque à planter dans mes buttes !

Un temps gris, venteux puis pluvieux à ne pas mettre une jardinière dehors donc j'ai préparé mes semis au salon !

J'ai retrouvé un fond de sac de billes d'argile ce qui m'évite d'aller dehors casser des pots et prends aussi moins de temps.

J'ai préparé 4 bouteilles de 3 graines de concombre et 4 bouteilles de 2 graines de courgettes rondes. Il me restait deux bouteilles qui ont été garnies d'une graine de potiron chacune.

Semis maison2

J'ai profité d'avoir mis de la terre partout (non j'ai travaillé proprement !) pour repiquer les salades.

Semis maison

J'ai vraiment beaucoup de mal avec les salades. Le nombre de graines ayant levé est très faible. J'ai préparé 12 godets+1 (qui ne rentrait pas dans la caissette) dont 7 avec des pousses riquiqui qui risquent de mourir rapidement ; mais il fallait que je les sorte de la mini serre car la terre verdissait et il y avait des moucherons.
Pratiquement un mois pour ce résultat je pense que c'était trop long et que les conditions n'étaient pas bonnes. Trop chaud au départ dans la chambre et trop humide tout du long ; il faut que je me documente pour changer cela.

Semis salades 13-04-18
Maigre levée et déjà filée !

Semis salades 13-04-18 repiqués
Repiquage incertain.

Les semis en bouteilles ouvertes se portent bien. J'ai ajouté du terreau pour les tomates pour que de nouvelles racines se créent. Le temps ne me permet pas de les sortir souvent et je pense qu'ils vont un peu filer mais c'est mieux que d'être croqués !

Evolution semis maison1
Des tomates, un poivron, une aubergine

Evolution semis maison2
Des poivrons

J'ai rentré dans la maison les caissettes de la serre car les premières pousses d'oeillets d'Inde se sont faites manger par les escargots (j'ai retrouvé les coupables le long des pots !) ; donc la serre n'abrite plus que les radis qui continuent de bien pousser.

Il y aurait plein d'autres semis à faire mais je me demande où je vais placer tout cela.

Par contre les boutures de laurier ne semblent pas prendre. Peut-être faut-il plus de temps je ne me souviens pas.

Deux superbes fleurs se sont ouvertes sur le second rosier offert pas mon Papa. Par contre je n'ai pas d'indication de nom pour ces rosiers. Je suppose juste que ce sont des rosiers buisson à grandes fleurs sans parfum.

Rosiers Papa3

Rosiers Papa4

Posté par sylviedetoulouse à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 avril 2018

Potager en permaculture : aménagements 1 et jardinage

Lundi après-midi, le soleil était de la partie et je me suis décidée à tenter la mise en service de la débroussailleuse. Elle n'a pas tourné depuis la fin de l'été et est restée dehors ne pouvant pas la rentrer dans la cabane par faute de place. A une époque j'avais installé une bâche pour la recouvrir mais le vent qui souffle par ici a mis fin à cette protection.
Mais surtout je crois que je n'avais pas envie de m'en occuper !
Après les dernières coupes et tontes, la débroussailleuse et le roto-fil ont été lavés au jet et mis à sécher... puis ils sont restés là. De même les outils adossés à la cabane ont passé de longs mois sans huilage de manche en bois ou de graissage des parties en fer.
Le sentiment de devoir tout faire toute seule a eu raison de mon courage !
Donc il ne restait plus qu'à espérer que St Fiacre (patron des jardiniers) me prenne en compassion et relance le moteur de la grosse machine...

Il a fallu tirer sur la ficelle un petit moment avant d'entendre un premier toussottement puis elle a ronronné. Ouf ! J'étais soulagée. Je n'ai pas re-tenté le démarrage du roto-fil (mais j'ai peu d'espoir sans l'aide d'un expert) et je comptais bien sur cette super tondeuse pour venir à bout des hautes herbes.

J'ai commencé par le tour des buttes du potager ; cela fait tout de suite plus propre. J'ai ensuite ratissé cette herbe. A certains endroits elle est très fournie et j'ai pu recouvrir deux buttes, la n°1 où j'ai planté les fèves et la n°3 (celle des ronces) au repos en atttendant les plantations qui poussent gentiment dans mes bouteilles.

Etat au 09-04-18Abis

Etat au09-04-18B

Avec la traditionnelle vue depuis l'angle bas du jardin !!!

 

J'ai tondu également la surface que je réserve au "repos du jardinier". Tout le travail de nettoyage de l'an passé avec la couverture de cartons pour éviter les herbes est à refaire ! Il aurait falllu beaucoup plus de cartons pour contrer les repousses. Je ne sais pas encore comment je vais organiser cette surface. J'avais envisagé de la border en partie par un petit massif avec mes rosiers et d'autres fleurs ou arbustes que j'ai déjà et qu'il faut transplanter. Seulement il ne faut pas trop tarder pour cette opération sinon les chaleurs seront là avant que les plantes aient pu se remettre de l'opération.
La bande que je prévois est rempli de cailloux et l'an passé j'étais loin d'avoir terminé de les enlever. Donc un gros boulot à venir à effectuer avant les plantations du potager.

Etat au 09-04-18

Etat au 09-04-18 projet
La même vue avec mon projet du moment !

Comme déjà annoncé j'ai envie de planter des pommes de terre (eh oui toujours pas fait !). Une fois la débroussailleuse passée près du grillage j'ai continué le nettoyage en arrachant les herbes que j'ai mises en tas en bout de buttes pour qu'elles se décomposent. J'ai gratté un peu la terre qui n'est pas mauvaise (coucou les vers de terre) mais il y a beaucoup de cailloux. Je n'ai travaillé qu'une petite bande qui ne contiendrait qu'une rangée de pommes de terre pour ne pas être trop près du grillage et donc pas de petits pois contre le grillage et de lin devant ou alors il faut que j'élargisse.
J'hésite sur la marche à suivre.

  1. Je fais au plus simple : je dépose un matelas d'herbe tondue et séchée puis les patates et je recouvre d'herbe. Au fur et à mesure de la pousse je butte avec de l'herbe. Mon soucis est la pulvérisation de désherbant le long du grillage côté parc du centre
  2. Je place un carton en L sur la terre et le long du grillage pour contrer les pulvérisation ; je fais un trou en croix dans le carton pour y placer la patate et je recouvre le tout d'herbe. Je peux éventuellement placer de l'herbe sous le carton pour que la patate repose sur l'herbe et non la terre.

Bande à patates1

J'en suis restée là car de gros nuages noirs se profilaient à l'horizon. J'ai eu raison de rentrer car un superbe orage est arrivé avec éclairs, coups de tonnerre et beaucoup de pluie.

Jeudi dernier j'avais déplanté des pieds de coquelourdes qui s'étaient re-semés hors massif de l'olivier. J'ai également déterré des ficoïdes qui étaient passées de l'autre côté des grosses pierres qui bordent ce massif et qui se feraient tondre lors d'un prochain passage. Et puis l'agave ayant fait un bébé je l'ai replanté un peu plus loin. Ce massif aurait besoin d'être structuré mais ce ne sera pas pour cette année car je manque d'idées précises. Est-ce que Stéphane Marie de "Silence ça pousse" pourrait faire quelque chose pour moi dans sa rubrique "Pas de panique" ????

Coquelourdes déplacées
4 coquelourdes entre deux Stipa sur un fond d'adventices !

Ficoïdes déplacées
Les ficoïdes qui devraient rejoindre les autres au milieu de Stipa,
d'un iris que j'ai oublié d'enlever l'été dernier et l'agave mère.

Agave déplacée
Le bébé agave

J'ai aussi taillé le rosier jaune entre le séjour et la chambre de Laëtitia. Il est exubérant et agressif, même si le bas a été "éclairci" par les chèvres ! J'ai laissé à ses pieds les herbes arrachées et les feuilles volantes du chêne en attendant de savoir quoi faire à cet endroit. Toujours pas de solution pour le pavage de cette partie suite à mes déboires de rachats de pavés en "S" pour combler ce "trou" dans la terrasse. En attendant je prévois d'y placer les semis de sortie dans la journée. Mais vu le vent qui est revenu en force ils restent derrière la vitre !

Rosier jaune taille

Depuis hier le vent, la pluie et des températures qui baissent me font rester à la maison. Pourtant je me sentais pleine d'entrain...Jardinière nuage2

Posté par sylviedetoulouse à 15:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

07 avril 2018

Potager en permaculture : les semis 4 et butte n°1

Pas facile d'être "ensemencière" !

Lundi, en ouvrant la mini serre pour l'aérer j'ai constaté qu'un baveux était passé par là et avait croqué toutes les pousses d'aubergine d'une des bouteilles que j'avais transformée en pot ! La bouteille étant tout en haut, c'était donc un alpiniste !

Mardi je prépare quatre nouvelles bouteilles de semis d'aubergines.

Jeudi, enfin une belle journée de printemps. Lorsque je pense à ouvrir la mini serre, le mal est déjà fait. Les pousses des bouteilles-pots ont grillé.

Semis grillés

Placées tout en haut elles recevaient le soleil directement sous le plastique. Il a fait très chaud dans cette partie.
J'en profite pour dé-scotcher les autres bouteilles et tout laisser ouvert.
Les radis dans leur bac à poisson tout en bas poussent bien et quelques oeillets d'Inde sortent de terre dans les pots.

Caisse poisson 03 levée1

Caisse poisson 01 levée1

Caisse poisson 02 levée1

Vendredi les baveux ont fait une croque-party et deux bouteilles-pots de tomates et deux de plus d'aubergine sont vides. A ce rythme je n'aurai plus rien d'ici peu. Il faut réagir.

Semis mangés

Je décide de rentrer toutes les bouteilles-pots à la maison.
Dans les contenants visités j'enlève le reste de racines et sème à nouveau des graines d'aubergine et de tomate (des St Pierre puisque je n'ai plus de graines de tomates de l'ami de mon Papa).
Je vais placer tout cela dans des bacs ou des cagettes que je vais récupérer et je les sortirai dans la journée... je ne sais pas encore où.
Il faut que j'ajoute de la terre autour des frêles tiges pour les renforcer. Mais il y a tellement de vent depuis deux jours que je ne m'aventure pas dans le jardin !

Quant à la serre il faut que je lui trouve un autre emplacement : moins de soleil direct et un peu plus loin des voraces. Il est sûr que sa position près du bac à compost et sur un lit de carton et de feuilles attirait ces petites bêtes. Je suis restée dans l'idée de la froidure de mars en l'abritant du nord par la cabane. Erreur !
Peut-être sur la terrasse de ma chambre près de la porte-fenêtre à l'ouest un peu abrité du soleil par le chêne (qui n'a plus beaucoup de feuilles !). Non, je ne me lèverai pas la nuit pour surveiller !!!
A part les radis et les oeillets d'Inde, les tomates semées dans les godets ne sont pas encore sorties donc n'intéressent pas encore les limaces.

Ne voulant plus tarder à semer les fèves j'ai attaqué le nettoyage de la butte n°1. J'ai enlevé le foin et les herbes arrachées qui séchaient, déterré les derniers adventices et tenté de remettre en forme cette parcelle à la main car trop peu de terre sur les branchages pour m'y risquer à la griffe.
J'ai déposé tout ce végétal à chaque bout de la butte pour qu'il se décompose. J'aimerais allonger mes buttes donc autant améliorer la terre en attendant.
J'ai laissé en place les 5 pieds de romarin de la première partie de la butte. Au départ je voulais les transplanter dans une spirale aromatique mais cela me prendrait trop de temps pour en construire une. On verra plus tard.
J'ai juste fait des trous entre ces pieds de romarin, ajouté du terreau, enfoncé une fève dans chaque trou et replacer de la terre.
Au bout sud de la butte j'ai laissé le thym et la plante curry. A cet endroit la terre manque énormément. J'ai récupéré de la terre dans différents pots de fleurs mortes pour combler un peu. Je n'ai placé des graines que sur un côté de la butte dans cette seconde partie ; je voulais semer des petits pois mais je n'ai encore rien fait !
Au total j'ai semé une quarantaine de fèves.

Je suis allée récupérer un peu de tonte dans un des passages herbeux du lotissement pour recouvrir la butte mais le vent de ces derniers jours a chassé cette trop légère protection !

Butte n°1-01

Je n'ai toujours pas redémarré le rotofil et l'herbe continue de pousser.

J'ai déjà évoqué ici la bande de terrain communal qui sépare en L mon terrain et celui du voisin du bas. Si la partie du bas a déjà été investie par mon voisin, qui sinon n'aurait pratiquement pas de partie plane devant sa maison, le haut est resté en l'état. Comme depuis 17 ans que j'y habite la commune n'a jamais entretenu cette partie, les ronces l'ont colonisée.
A plusieurs reprises j'étais allée au bureau de l'urbanisme, plan en main pour le signaler ; ma voisine avait elle aussi réclamé un nettoyage. Sans succès.
La semaine passée cette voisine ayant croisé les agents municipaux qui tondaient les autres bandes séparatrices du lotissement elle leur a fait remarquer cette partie non entretenue. Ils étaient surpris pensant que ce terrain nous appartenait. Ils ont pris des photos et ont promis de remonter l'information.

Une photo de cette bande prise l'été dernier lorsque j'ai coupé toutes les ronces qui étaient sur mon terrain pour en garnir une butte de permaculture ici.

Ronces03

Mercredi matin, j'entends vrombir un taille-haie. Deux messieurs attaquaient les ronces qui grimpaient le long du lampadaire dans la vision de ma fenêtre de cuisine. Je suis allée discuter avec eux, ravie de voir enfin disparaitre cette haie de ronces qui ne donnaient même pas de bonnes mûres ! Je leur ai signalé que dans cette bande ils allaient trouver des parpaings, des briques et divers gravats datant de la construction de la maison voisine intervenue bien après la mienne. J'ai demandé si l'entretien continuerait à se faire car les ronces repousseraient vite. Ils ne savaient pas. Je les ai laissés travailler car il y avait de quoi faire.

Une petite heure plus tard je n'entendais plus de bruit et pour cause il n'y avait plus personne et tout le reste des ronces était intact ! L'éradication semblait mal partie...

Ronces bande01
Le lampadaire est dégagé...

Ronces bande02
...mais il reste beaucoup de ronces !

En fait j'étais mauvaise langue. Ils sont revenus en début d'après-midi avec le rotofil pour terminer.

Ronces bande03
Avec le camion du voisin en stationnement ce soir-là !

Ronces bande04
Un petit golf ????

Et voilà maintenant une portion de terrain en friche vouée à je ne sais quel avenir ?

A suivre...

Posté par sylviedetoulouse à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 avril 2018

Potager en permaculture : les semis 3

Vendredi dernier en attendant l'arrivée de mon Petit Bout pour le début du WE j'ai continué mes semis. Je venais enfin de me ré-approvisionner en terreau pour plantation et pour semis.
Je progresse en fonction de ma consommation de Coca light et des disponibilités des bouteilles ! J'avance par lot de quatre bouteilles.

Le mercredi j'avais réceptionné la commande de graines faite sur le site de "La Bonne Graine" après un petit tour de vélo et j'avais de suite préparé 4 bouteilles de 4 graines chacune de tomates cerise qui ont rejoint les copines derrière la vitre du salon.

Le vendredi j'avais enfin 4 bouteilles pour continuer avec des tomates St Pierre toujours avec 4 graines par bouteille.

Le samedi précédent le poissonnier m'avait donné 4 bacs en polystyrène que j'avais laissés dehors sous la pluie après rinçage pour que le fumet maritime s'échappe... Je les avais lestés d'un gros cailloux.
J'ai utilisé des godets que je récupère de toutes les plantations achetées au fil des années. Je les ai débarrassés des escargots puis rincés à l'eau de pluie qui se trouve dans les différents récipients laissés sur l'herbe. Cela fait très : "Je travaille avec les moyens du bord !". Un fond de terreau pour plantation, une couche de terreau pour semis, un premier arrosage, les petites graines et un émiettage de terreau pour semis avant le dernier arrosage.

Un premier bac à poisson avec 8 godets de 4 graines de tomates de l'ami de mon Papa (fini) + 1 godet de 4 graines et 2 pots de 5 graines d'oeillets d'Inde.

Caisse poisson 01

Un second bac à poisson avec 5 godets de 4 graines de tomates cerise + 4 godets de 4 graines de tomates St Pierre + 2 pots de 5 graines d'oeillets d'Inde.

Caisse poisson 02

Je vais pouvoir comparer le semis en bouteille fermée et celui en godet directement dans la petite serre.
Pour les semis en bouteille, j'espère ne pas avoir à les repiquer avant plantation ; je vais prochainement ajouter du terreau pour recouvrir les tiges et leur permettre de mieux s'enraciner en créant de nouvelles racines.
Pour les godets il y aura du tri et du repiquage. Le problème sera de savoir où je vais pouvoir entreposer les pots ensuite...

Dans le troisième bac j'ai mis une couche du terreau vraiment grossier de Lidl qui me restait (je ne le conseille pas, ou alors pour une sous couche pas chère ou un mélange avec une autre terre !), du terreau de plantation et une couche de terreau pour semis, un arrosage, un sachet complet de graines de radis Saxo 2 (Lidl), un saupoudrage de terreau pour semis et un dernier arrosage.
L'an passé j'avais semé dans une butte des radis de la ferme de Ste Marthe qui avaient mis longtemps à pousser et étaient immangeables ; donc je tente le semis en caissette avec ces radis pas chers. Si c'est une bonne méthode je poursuivrai avec le reste du sachet de l'année passée.

Caisse poisson 03

Ces trois bacs ont pris place sur les étagères de la serre qui affiche presque complet. 

J'ai profité d'avoir les mains dans la terre pour ajouter dans le massif de ma terrasse des bulbes qui auraient dû être plantés à l'automne et qui ont commencé à pousser dans le sachet ; des jonquilles et des tulipes. Si cela ne donne rien ils seront en place pour l'an prochain ! Cela me permet d'enlever un peu des glands qui sont tombés sur cette parcelle et qui ont déjà bien germés. Il va y avoir des coupes de mini chênes à faire !
Un trou avec 3 jonquilles puis un trou avec trois tulipes...

Massif terrasse ouest bulbes01

Il y a du travail pour remettre en forme la terrasse après le passage des taupes !

Massif terrasse ouest bulbes02
Les jonquilles avaient commencé à fleurir dans le sachet !

Massif terrasse ouest bulbes03
Il reste encore des glands

Massif terrasse ouest bulbes04
Les feuilles ont vite fait de se re-déposer !

J'ai fini en ratissant les feuilles pour les étaler sur la butte n°3 qui avait été un peu travaillée et laissée en l'état. Il faut maintenant que j'ajoute de l'herbe coupée pour le mélange azote/carbone. Malheureusement le rotofil après un laborieux démarrage s'est arrêté et n'a plus voulu repartir. Le WE pascal ayant été occupé par des bestioles non invitées je retenterai plus tard.

Dimanche, tout en surveillant les biquettes de l'oeil, j'ai placé dans la serre les semis qui avaient déjà levé dans la maison. J'ai enlevé tous les bouchons et pour les premières tomates et les aubergines (qui ont poussé très vite) j'ai oté le haut de la bouteille. Elles sont maintenant comme dans un pot, directement dans la serre.

Evolution semis serre03

J'ai poussé les bacs dans le fond des étagères pour placer les demies bouteilles devant. Il n'y a que sur l'étagère du haut que je peux poser les bouteilles entières. Pas sûre qu'il y ait du coup plus de luminosité que derrière la baie vitrée !!!

Evolution semis serre01

Evolution semis serre02

 

Evolution semis serre04

 

Il va falloir trouver une autre solution pour les pots à venir...

Posté par sylviedetoulouse à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,