Le froid, la pluie, une "agitation" moindre avec cette première semaine de vacances scolaires, l'ambiance morose m'ont encore plus poussée à me replier sur moi-même.
Manon avait de toutes façons cours à la fac puis elle est partie vers les montagnes avec son Papa, glisser sur les pentes enneigées et retrouver sa soeur.
Je vais rester presque 3 semaines sans voir ma seconde fille. Depuis quelques temps je ne la "vois" que pour un déjeuner dominical puis elle va travailler dans sa chambre avant de faire son sac avec le linge propre et repartir dans son studio.
Moi qui ai partagé tant d'activités avec mes filles j'ai beaucoup de mal à me contenter de ces "visites".
Je sais que c'est dans la logique de la vie et loin de moi l'idée de les retenir mais je n'avais pas mesuré l'impact de ce manque de partage. Je pensais retrouver mes petites activités manuelles avec plus de liberté et me satisfaire de leurs récits de vie. Mais ce que je n'avais pas compris c'est que mon énergie venait surtout d'elles, du fait de me sentir utile et que ma petite personne n'a jamais été suffisemment motivante sur la distance.
Oui je suis très forte pour me lancer dans quelque chose, vaincre les premières difficultés mais lorsque une sorte de routine s'installe et qu'elle ne concerne que moi, je ne vois plus l'intérêt.
Il y a longtemps, alors que je vivais seule à Annecy depuis plusieurs années, je ressentais déjà cela par moment. Mais j'étais jeune (et belle !!!), j'avais encore une vie à construire et une bonne dose d'espoir. Le temps a passé, les blessures et les doutes sont venus recouvrir l'espoir et la combativité.

Pour voir la vie ainsi, je ne dois pas me considérer et m'aimer suffisemment ! Et ma solitude depuis des décénies a tendance à confirmer ce côté pas "aimable" dans le sens pas digne d'être aimée !

Par chance les annonces par mail ou via FB dans les domaines qui me plaisent m'ont un peu sortie de ma léthargie côté yoga donc...

  1. Côté sport : RAS, aucune envie de mettre le nez dehors. Pourtant les récits des débuts en ski de fond de mon aînée ont réveillé des souvenirs de glisse et de poussées de bâtons au milieu des sapins. Mes filles n'ont toujours juré que par le ski de piste, le vrai ski, celui où on va vite... Mes propositions de ski de fond ou de raquettes pour varier n'ont déclenché que des cris outragés. Et voilà que mon Annécienne se régale à démarrer cette nouvelle activité de montagne. Pas question de laisser tomber le ski mais c'est un autre plaisir qu'elle découvre, un peu dans la lignée du running qu'elle pratique de plus en plus. Cela m'a fait chaud au coeur. Oui je sais, encore un plaisir par procuration !!!

  2. Côté Yoga : une séance tous les jours ! Un "cours" de 15' sur le Net puis j'enchaine avec un travail en alternance de la souplesse des jambes ou de l'ouverture des hanches de 20' environ. Ce dimanche un bel enchainement de Yin Yoga de 45'. Je termine mes séances par mes 5' de méditation qui sont presque devenues 10' sans que j'en prenne vraiment conscience ! Les genoux se font un peu oublier et j'ai le sentiment de reprendre comme une sorte de maîtrise de mon corps. Oui je sais ce genre de propos me fait toujours sourire lorsque je le lis ailleurs et pourtant c'est ce que je ressens.

  3. Côté maison : RAS

  4. Côté féminité : RAS

  5. Côté textile : J'ai repris mon crochet ! Oui, vous avez bien lu. Un plaid dont je n'avais jamais parlé ici... mais je vous en dis plus dans un prochain billet ! J'avoue que regarder les JO à la TV y a bien contribué !

Même s'il est bon de voir le verre à moitié plein je suis bien consciente de la faiblesse de mes efforts pour me sortir de cette "non envie" généralisée.

5d67173e3bf8c92e376b18c653da30fc