Bienvenue chez Sylvie

14 juillet 2019

Blues de fin de semaine

Le ciel est bleu, le soleil brille... et je m'ennuie !!!

C'est une sensation que je ne connais pratiquement pas mais avec un bras bloqué par une coque, l'autre dans son atèle la nuit et avec lequel j'essaye de rester raisonnable le jour pour laisser guérir l'entorse, je trouve le temps long.

Depuis 6 jours je suis seule. Mon aînée est repartie et la petite revient ce soir de vacances.
Pour les repas, aucun soucis mon Papa et sa compagne ont rempli mon réfrigérateur. Ma prof de piano amie est venue me rendre visite ou me passe un coup de fil.

Je passe du temps sur l'ordi à regarder les chaînes de jardinage ou autres que je suis, je lis et allume la TV le soir mais quand je pense à tout ce temps perdu et tous ces ouvrages qui m'attendent...

Alors je passe le temps...

Le matin après avoir mis 3 fois plus de temps pour enfiler un short et un T-shirt extra large d'une main et avec contorsions douloureuses je passe au coiffage. Des cheveux très longs à relever d'une main tout en coinçant une grosse pince, cela donne une coiffure pétard qui a peu de chance de faire fureur sur Insta (vu que je n'y publie pas !!!) et qui ne me rajeunit pas.

La douche est presque facile par rapport au reste, juste éviter la glissade et lever le bras gauche bien haut. Pour laver les cheveux, j'attends le retour de ma fille !

Ensuite je vais au jardin prendre une bouffée de liberté. C'est ce que je ressens même si je ne peux pas y oeuvrer à loisirs. Je fais un premier tour dans les chemins que j'ai tracés entre les hautes herbes en essayant de voir ce qui est déjà fait et non tout ce qui reste à faire !
Je me contente d'arroser, soit avec le tuyau soit avec un mini arrosoir pour les plantations éloignées afin de ne pas porter trop lourd. Donc beaucoup d'aller-retour pour la gymnastique des gambettes.
Je peux aussi planter dans les zones où la terre est déjà travaillée. Les aller-retour se font de haut en bas pour descendre des petites quantités de terreau à la fois dans un panier avec les plants. Du jardinage version trail vu la pente du terrain !!!
Je trouvais déjà que le tamisage de ma terre et la récup des cailloux pour combler un trou me rangeait dans la case "fada" mais là je pense sortir de toute nomenclature !

Ensuite un premier moment difficile : se laver la main... à une main, surtout si de la terre s'est logée sous les ongles ! Ah le pétrissage de la brosse à ongles !

Seconde difficulté : étaler le beurre sur la tartine, si on n'a pas oublié de demander à son Papa de bien vouloir couper le pain à l'avance lors de sa visite. Petit scoop : le beurre dur serait plus facile à étaler d'une main que le mou qui reste collé au couteau !!!

Bien sûr les plats préparés ne nécessitent pas de couteau ! Non je n'ai pas des petits pots de bébé ou de la purée améliorée !!

C'est après les repas que l'on apprécie encore plus son lave-vaisselle sinon je ne vous parle pas de l'empilage dans l'évier. Tournicoter l'éponge n'est pas compatible avec une entorse.

Et puis la journée s'étire... et je gamberge car je trouve que tout est encore bien gonflé même si l'infirmière est satisfaite de l'évolution de la cicatrice. Les mouvements des doigts sont limités et douloureux. La main se recroqueville et je me dis qu'elle ne pourra plus courir sur un clavier ou amener le fil sur un crochet... alors tenir une pioche ou un râteau ??? Et la droite est sensible car sans doute trop sollicitée ; peut-être restera-t-elle toujours ainsi ???
Encore dix jours avant de pouvoir poser toutes mes questions au chirurgien.

La plupart des choses restent ouvertes ou avec le couvercle juste posé et à portée de main. Ma crème de jour dont le pot est trop gros pour être coincé entre les dents comme le bouchon de mon Coc°.
Les dents et les pieds servent beaucoup et j'apprécie d'être encore souple !!!

Je me dis que c'est une mise en condition de ce qui m'attend dans quelques années... et ce n'est pas réconfortant...

C'est un billet "coup de mou" avec légers traits d'humour d'une fin de dimanche avant le retour de Manon pour adoucir mon quotidien inactif et dépendant.

J'ai cependant l'impression d'être attendue et nécessaire à quelqu'un. Pas de miaulement, pas de caresse, juste un regard insistant et patient. Alors je lui parle et raconte mes malheurs en préparant lentement ce qu'il est venu chercher.

Chat blanc14

Un matou aux yeux bleus vient réclamer une petite gâterie : lait ou crème en fonction du stock.

Chat blanc15

Il lape, s'allonge à proximité en se disant qu'il y aura peut-être un second service, puis il repart.

Posté par sylviedetoulouse à 23:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


13 juillet 2019

Potager et jardinage : jours 37 à maintenant

Ce billet a été commencé début juin, complété mais pas terminé. Il est long à lire mais a été encore plus long à écrire avec ma patte folle !
J'ai donc repris le fil et ajouté jusqu'à la chute qui signe une presque fin... à moins que Manon, à son retour de vacances, alléchée par d'éventuelles récoltes veuille bien mettre les mains dans la terre... avec double épaisseur de gants !!!

Le temps passe si vite (enfin un peu moins depuis que je suis au 3/4 manchotte !) et cultiver son jardin en fait prendre encore plus conscience : tout ce que j'aurais dû faire et que j'ai laissé en attente... et la rapidité de la pousse pour certains végétaux !

Je vis dans une jungle, par contre côté bio-diversité je suis au top !

Etat au 19-06-10 jungle

Le rotofil ne sera pas réparé avant la deuxième quinzaine de juillet, (je ne pourrai de toutes façons plus le passer maintenant) et la tondeuse-débroussailleuse a rendu l'âme : le réservoir à essence fuit, je n'ai donc pas pu la démarrer et le cable pour régler la hauteur de coupe semble grippé. Je vais reporter sa remise en état ; le réparateur est de toutes façons débordé à cette période.

Le papa de mes filles m'a prêté son coupe-bordure électrique ce qui m'a permis de rendre propre le bord de la maison. Il a remis en état "provisoire" de marche sa tondeuse pour me la passer (il utilise une tondeuse auto-portée). Cela m'a permis de tondre les allées du potager et un peu autour avant que mon mauvais karma ne vienne aussi la mettre HS (bon elle avait déjà des soucis !). J'ai pu récupérer plusieurs paniers de tonte pour pailler les pommes de terre et les tomates. C'était super appréciable de ne pas avoir à ratisser les coupes comme avec mon engin. Il faut toujours voir le verre à moitié plein !

J'avoue que cette pénurie d'outils m'a mis un coup au moral car le potager est plus compliqué à gérer (pas de paillage car pas de tontes alors qu'il y a plein d'herbe) et le reste du jardin ne me permet pas d'imaginer son aménagement et d'en profiter vraiment.

Jardin jours 37 à... maintenant

Pour le reste j'ai avancé petit à petit avec faucille, ciseaux coupe bordure et taille haie ; c'est sportif et très long ! Lorsque les herbes sont drues et épaisses le taille-haie a son utilité mais sur les parties vertes ce n'est pas le top.

J'ai réussi à dégager le coin étendage et à entasser une petite dose de foin qui pourra me servir pour pailler à l'automne si je ne l'ai pas utilisé ailleurs avant. Il en reste encore tellement derrière à couper !

Etendage 19-07-14

J'ai taillé une tranchée en bordure est de mon terrain pour délimiter ce qu'il reste à faire à la ville pour nettoyer juste avant d'être "handicapée" !

Au 19-07-14 séparation

J'ai taillé une petite partie des ronces mais il en reste beaucoup et tout sera à refaire !

Au 19-07-14

Après avoir désherbé au taille-haie la pente où j'ai pu planter des courgettes (à lire dans la partie potager), j'ai continué avec la butte qui surplombe la surface que j'appelle "coin repos du jardinier" ; ce qui est loin d'être le cas !!! J'ai désherbé aussi cette partie de la haie ouest. Les jardiniers du centre voisin tondent mais la surface près du grillage est laissée libre donc les ronces et les hautes herbes s'insinuent chez moi. Vu l'état du reste de mon jardin jungle je ne peux que me taire ! Il leur est arrivé de désherber chimiquement donc j'aime autant qu'ils ne fassent rien.
Juste une image des maïs qui poussent entre les arbustes provisoires et les boutures de cette haie ouest.

Au 19-07-14

Il me reste beaucoup à couper sur la surface plane et je ne peux plus m'y atteler maintenant, mais cette pente dégagée m'a permis de faire cinq trous pour y planter 5 boutures de cistes. J'ai rempli les trous de terre tamisée puis de terreau.

Etat au 19-06-10

L'étiquette en bois ne permettant plus de lire la couleur des plantes je ne suis pas sûre que mon désir de symétrie soit respecté entre le rose et le blanc. A part pour les deux plants "blancs" que j'ai déterrés du massif "en attente".
J'ai paillé ces nouvelles plantations. Cette pente est caillouteuse au possible et il faut des plantes qui recouvrent la misère. En attendant d'autres boutures appropriées (je regrette de ne pas en avoir préparées l'été dernier !) j'ai planté mes semis de soucis et fait descendre quelques cailloux. Il restera à les ramasser pour continuer à remplir le trou vers les ronces.

Etat au 19-07-14

Dans la future haie du côté de la terrasse couverte j'ai planté quatre boutures d'Escallonia entre les arbustes déjà en place. Cela me permet d'occuper l'espace et ils pourront pousser plus librement qu'en pot. Lorsqu'ils auront pris un peu d'ampleur je les mettrai dans leur emplacement définitif... mais je ne sais pas encore où !
J'ai semé de l'Ipomée autour pensant faire grimper ces fleurs sur des tuteurs pour aider à masquer temporairement la terrasse mais rien n'a pris ! Alors mes plants de capucine restants et déjà très ensouffrance ont pris leur place. Je doute de pouvoir cacher la terrasse mais comme la table est toujours encombrée par mes semis ce n'est pas bien gênant car je n'y mange pas. La terrasse de ma chambre m'accueille plus au frais !

J'ai coupé au taille-haie les hautes herbes qui recouvraient la petite parcelle de terre devant le rosier grimpant de la terrasse sud. Il me faut rendre le sol plus propre et ajouter de la terre pour arriver presqu'à la hauteur des pavés. Ensuite déposer des cartons pour empêcher les repousses et enfin dérouler le faux gazon avant d'y installer la table et les chaises. Bien sûr il faut aussi repeindre les chaises faire un joli plateau pour la table bistrot pour remplacer le marbre cassé !!! Je ne sais pas si cette idée sera la bonne pour utiliser cette surface. Je pense que le surplus de terre se tassera, que les cartons vont se faire grignotter et que la surface va se bosseler. On verra bien...
Enfin cette idée sera pour plus tard ; les herbes ne vont pas attendre le retour de mes 2 mains pour repousser. Je vais peut-être placer des sacs de terreau vides dont l'intérieur est noir pour limiter. Avec une main et en y allant doucement... ou en faisant mes yeux de Chat Potté à ma fille pour qu'elle le fasse à ma place !!

P1090992

J'en ai profité pour tailler un peu ce rosier qui est exubérant... et très piquant. A l'automne il faudra vraiment lui faire une sévère coupe !

P1090993

Le massif de l'entrée est envahi par les mauvaises herbes. Je n'avais pas de paillage lors de la mise en place et c'est difficile de recouvrir des surfaces autour de petites fleurs voir de bulbes. Donc petit à petit je gratouille et j'arrache. Je coupe des herbes autour des arbustes mais je ne sais pas encore ce que je vais utiliser autour des fleurs qui commencent à montrer leurs couleurs.

Etat au 19-06-10 bis

J'en profite pour remplir les espaces. Des boutures de lavandes et de santolines se sont installées avec mes semis de capucines naines.
Ce massif n'est pas du tout harmonieux ni abouti. C'est plus un laboratoire pour voir grandir certaines plantes et comment se comportent d'autres !

Etat au 19-06-10

Etat au 19-06-10

Les taupes ou les rats taupiers, je ne sais pas qui est coupable, ont mis à mal la surface de ma terrasse ouest en pavés. J'ai enlevé certains pavés, comblé les trous de galerie avec de la terre tamisée et du sable de l'Île de Ré que j'avais rapporté dans des bouteilles de Coc°. Ce sable fin et doré m'a fait rêver quelques instants avant que les pavés ne le recouvre. Le sel ne plaira peut-être pas à ces terrassiers !
Ce n'est pas parfait mais cela fait plus propre. Il me reste tout le bord du massif à repaver ; j'attends que le temps reste sec plus longtemps pour finaliser cette partie... jusqu'au prochain chamboulement !
Eh bien ce ne sera pas pour tout de suite ; le chamboulement n'a pas été celui que je craignais !!!

Au 19-07-14 réparée

J'ai coupé aux ciseaux les herbes autour du cerisier n°2 et de l'arbre de Judée et placé un épais paillage à leur pied.
J'ai nettoyé ce qu'il reste du massif des agapanthes que je n'ai pas transplantées à temps, ne sachant où les replacer.
J'ai nettoyé le coin du banc près de bassin et j'avais prévu de m'attaquer à la remise en état du bassin le lendemain mais la chute a tout stoppé.

Au 19-07-14 nettoyage banc

Potager jours 37 à maintenant 

Afin de planter dans la butte n° 1, j'ai arraché les pieds de blettes qui montaient en graines (j'ai déjà des graines qui n'ont jamais voulu germer). J'ai planté du thym citron, de la sariette et une troisième aromatique mal en point dont je ne retrouve pas le nom en bout de butte près de la plante curry. J'ai mis en place 5 aubergines et 8 poivrons ronds entre les romarins que je n'ai toujours pas déplantés (trop tard, à voir pour l'automne). Seules 3 aubergines poussent et tous les poivrons ont disparu sauf un qui résiste mais ne grandit pas. J'ai remplacé les aubergines par 2 courges.

Etat au 19-07-14

La butte n°2 vit sa vie. Les poireaux grossissent doucement (à gauche). Du côté des oignons certaines tiges commencent à jaunir donc l'arrachage se profile. Un oignon est monté en graines très rapidement J'ai prélevé deux oignons rouges pour la première salade grecque de l'année ; surprise ils n'étaient pas rouges à l'intérieur mais cependant très bons. Je me rends compte que j'aurais pu en planter plus en les serrant. A retenir pour l'an prochain ! Les fraisiers souffrent de la chaleur. il faut vraiment que je les regroupe tous dans une parcelle bien à eux.

Etat au 19-07-14

Dans la bande n° 3 libérée des petits pois et pois gourmands (faibles récoltes) j'ai placé ma grille en V de fer à béton et planté les concombres. Là encore désolation après quelques jours. Vite des graines dans des godets pour pouvoir quelques jours plus tard remplacer les plants défaillants. A la suite j'ai semé une ligne de haricots tarbais et une autre de haricots à rame. J'ai recouvert de paniers pour contrer les oiseaux et j'enlève dès qu'une pousse sort. Il faudra installer des tuteurs avec des fils. J'espère que Manon voudra bien mettre la main à la pâte lorsque les tiges commenceront à monter ??? Pour le moment la levée est très faible alors j'ai re-semé en godet pour pouvoir boucher les trous.

Etat au 19-07-14

La parcelle n° 4 a toujours une ligne de carottes au centre. Je ne m'attends pas à une vraie récolte vu la petitesse des fanes ; c'est une première dans une terre encore trop caillouteuse.
D'un côté j'ai planté 4 poivrons et une aubergine achetés au marché vu les ratés de mes semis. J'ai tout de même mis en terre à la suite mes plants magrichons d'aubergines et un de poivron.
De l'autre côté j'ai planté des haricots nains Améthyst que j'ai fait lever en godet en poquet de 3 graines puis j'ai continué le rang avec des graines directement dans la terre par poquet de 2.

Etat au 19-07-14

Dans la bande n° 5 les tomates de Lid° commencent à porter des tomates vertes. Certains de mes propres plants rescapés reprennent des forces et d'autres ont été remplacés par les derniers semis en bouteille qu'il me restait. J'ai remplacé les oeillets d'inde croqués par un mix de capucines naines, de soucis et d'autres oeillets d'inde. La salade de tomates du jardin n'est pas pour tout de suite !!!

Etat au 19-07-14

La nouvelle parcelle n° 6 évolue bien. J'ai pratiquement récolté toutes les pommes de terre Amandine en primeur. Beaucoup de petites et quelques plus grosses. Mais vu la qualité de la terre à cet endroit je suis satisfaite du résultat. La terre s'est bien améliorée. Au fur et à mesure j'ai mis en place des courges séparées par quelques fleurs.
Je n'ai pas vu le moindre doryphore et j'aime beaucoup ma ligne de lin même si la canicule soudaine m'a empêchée de profiter pleinement des jolies fleurs bleues. J'espère pouvoir récolter des graines.
La seconde ligne de pomme de terre reste en place pour le moment. Les tiges ne sont pas bien hautes mais encore vertes avec quelques arrosages ; j'espère que les pommes de terre continuent de grossir.

Etat au 19-07-14

J'ai désherbé et taillé le pourtour des trous n°1-2-3 pour que les poireaux arrivent à grossir. Du côté des framboisier/murier ce sera une année pour rien. La première framboise avait déjà été croquée lorsque je l'ai vue rosissante mais j'ai eu droit à la 2e ! Délicieuse. Le murier ne produit pas. Quant au pommier je pense qu'il est définitivement mort. Du coup je suis un peu déçue de mes achats (pommier et murier) chez ce pépinériste. A voir à l'automne pour autre chose...

Au 19-07-14  Au 19-07-14

Trou n° 1                                                    Trou n° 3

Dans le trou n°4 les 4 pieds de tomates cerises poussent bien mais plus lentement que l'an passé. Mes semis sont restés trop longtemps en attente dans les bouteilles et il leur faut du temps pour se remettre.

Au 19-07-14

Dans le trou n° 5 j'ai planté 4 tomates cerise poire jaune. Deux jours plus tard deux pieds avaient été croqués ! J'ai remis 2 nouveaux pieds qui ont aussitôt disparu. Les pieds restants ne grandissant pas beaucoup, je doute de goûter cette nouvelle variété ! J'ai remplacé par 2 potimarrons.

Au 19-07-14

Le trou n° 6 a tout d'abord reçu 3 courges Butternut ; une seule reste vivante. Deux nouvelles courges avec encore une perte mais j'ai découvert une pousse spontanée d'un cucurbitacé inconnu près de la première !!! Est-ce qu'une graine était restée en dormance lors de semis, une graine de melon venue lors du dépot de compost journalier ? Mystère à suivre... Pour combler le 3e espace une nouvelle courge. A force d'en planter un peu partout je ne sais plus qui est qui ne pouvant pas faire d'étiquette ! Surprise si cela pousse !!!

Au 19-07-14

Dans le trou n° 7 c'est toujours la même chose. Des premiers plants issus de bouteille pas trés en forme qui meurent ou se font grignotter que je remplace par des semis récents en godet.

Au 19-07-14

Pour pouvoir enfin mettre en terre les plants de courgettes qui avaient triste mine dans leur bouteille j'ai taillé les herbes d'une pente où l'an passé j'avais mis tardivement mes derniers plants de tomates et d'aubergines en faisant des mini terrasse. J'ai repris l'idée et préparé 4 paliers. Ce sera la pente n°7 !

J'ai planté 5 courgettes Black Beauty, 4 courgettes rondes de Nice et 4 courgettes Zuchini. Entre chaque plant j'ai placé une bourrache pour que les fleurs à venir attirent les insectes qui poliniseront les fleurs de courgettes. L'an passé la récote avait été minime par manque de polinisation. Entre ces fleurs et la jungle du jardin j'espère que ce sera efficace.
J'ai coupé le fond de bouteilles de Coc° que j'ai retournées et enfilées sur un baton. Cela me permettra de localiser le pied de la courgette une fois qu'elle va ramper et d'arroser plus localement sans mouiller les feuilles. C'est un essai, à voir si c'est efficace.
Je n'ai pas paillé de suite mais deux jours plus tard il manquait déjà 4 pieds à l'appel. C'est vrai qu'ils n'étaient pas au top et les baveux s'en sont régalés. Pourtant entre la terre bien sèche plein sud et les résidus de taille bien durs cela ne les a pas freinés !!! Encore quelques jours et seules deux irréductibles restaient vivantes.
J'ai acheté 3plants de courgettes puis j'ai semé des graines en godet et presque tout a levé. J'ai pu regarnir les trous de plantation.
L'an prochain je ne préparerai les cucurbitacés qu'en godet directement dehors sur ma terrasse vue l'époque et la rapidité pour que cela démarre. Par contre dans cette terre remuée les adventices s'en donnent à coeur joie et arracher les herbes n'est pas le top pour l'entorse de ma main droite. Je sens que Manon ne va pas aimer son retour de vacances !!!

Etat au 19-07-14

Mon semis en barquette de laitue a complètement raté : une seule pousse. J'en ai refait un nouveau d'une autre variété en plaçant la barquette dehors (avant la phase de canicule !) car je pense que le premier était trop à la chaleur à l'intérieur de la maison. Je suis vraiment nulle en salades !!! Meilleurs résultats : j'ai pu repiquer en godets et enfin mettre en terre une première série dans des bacs pour limiter les baveux. Bientôt des salades ???

Je vais en rester là pour ce long tour de jardin. Merci d'avoir cheminé avec moi...

Posté par sylviedetoulouse à 23:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

05 juillet 2019

La chute de l'histoire... ou l'histoire de la chute

Le mois de juin où j'avais été particulièrement absente venait de se terminer et je comptais sur le mois de juillet pour reprendre une routine épistolaire quand "Patatras" !

Lundi 1er juillet après une grosse journée de jardinage à manier pioche, râteau, ciseaux et taille-haie j'ai pris une douche réconfortante avant de cheminer à pied jusqu'au Lid°... que je n'ai jamais atteint ! A 150m de la maison je me suis retrouvée affalée sur le trottoir sans m'être tordue les pieds ou avoir eu l'impression de trébucher. Après m'être relevée j'ai regardé à gauche et à droite si personne ne m'avait vue me répandre puis j'ai voulu attraper mon sac à main resté au sol. Impossible. Ma main gauche avait un angle étrange et était toute molle au bout de mon bras. Retour à la maison pour appeler mon Papa pour qu'il m'emmène aux urgences.

Pour la suite, je me suis lâchée dans les détails et même si j'essaye d'y mettre de l'humour, les âmes sensibles ne souhaitent pas forcément en savoir plus.

En attendant j'ai nettoyé à l'eau la belle égratignure du genoux et j'ai laissé couler l'eau, tiède vu la canicule, sur mon poignet qui gonflait de plus en plus.
Urgences, radio avec un "Vous ne vous êtes pas ratée" de la radiologue puis médecin pour annoncer une double fracture du poignet qui entraîne une opération, 6 semaines de plâtre puis de la rééducation avec un total de 3 mois pour retrouver l'usage de ma main et en attendant une gouttière plâtrée provisoire. Je suis repartie dans la jolie tenue en in-tissé des infirmières en ayant évité de peu le découpage de la robe que je portais au prix de quelques contorsions douloureuses !
Dans un premier temps l'opération était prévue pour le lendemain matin donc je devais rester à jeun et revenir pour 8h. De retour à la maison appel du docteur pour un rendez-vous avec le chirurgien le mercredi matin pour une opération l'après midi et une sortie le vendredi pour cause de pose de redon.

Lorsque Manon est revenu de son job au Mac Do après minuit je l'ai mise au courant du chamboulement des semaines à venir. Comme mon poignet droit ressentait quelques fourmillements pour avoir maintenu l'autre bras pendant plus de deux heures et bien jardiné auparavant Manon m'a fait un petit massage à l'huile essentielle de Gauthérie et j'ai porté mon attelle pour la nuit. Lors du massage j'avais ressenti quelques points sensibles mais dans ma chute je me doutais bien que la main droite avait du tenter une parade !

Le lendemain matin le bras gauche dans son attelle était gonflé et sensible mais c'est le droit qui s'est révélé le plus douloureux. Lorsque j'ai enlevé l'attelle le poignet a commencé à gonfler puis les fourmis l'ont envahi comme au plus fort de mes crises du canal carpien. J'ai passé la journée à mettre la main en bas pour pouvoir supporter la douleur.

Arrive enfin le mercredi matin. Levée tôt pour m'aider à me préparer Manon était un peu ronchon pour jouer à la Maman (elle n'est pas du matin !) mais elle s'est bien acquittée de sa tâche. Mon Papa m'a emmenée. Il avait déjà vu ce chirurgien suite à un doigt cassé. Ce spécialiste de la main et du poignet m'a expliqué ce qu'il allait me faire (pose d'une plaque), une immobilisation jusqu'après le 15 août puis de la rééducation. Bien sûr il a demandé ce que je faisais : travail de bureau, pianiste et tout ce que fait une femme seule avec maison et jardin.Il ne s'est pas aventuré sur les suites... juste annoncé que la plaque serait à retirer au bout de 6-8 mois. Pour le poignet droit il a demandé une radio et constaté une entorse avec certainement un petit écoulement sanguin qui est venu comprimer le canal carpien. Comme la double immobilisation des deux bras poserait vraiment un problème je vais porter mon attelle le plus souvent possible en espérant que cela suffise au rétablissement.

Puis ce fut visite à l'anesthésiste, entrée, placement en chambre, attente, descente au bloc avec une halte en salle d'anesthésie locale avant le show. Mon bras gauche était pris en charge mais c'est le droit qui me faisait des misères ; je le laissais pendre le plus possible le long du brancard puis de la table en cherchant la fraîcheur du métal pour calmer les fourmillements.
C'était ma première anesthésie partielle : c'est impressionnant. Mon bras mourrait tout doucement pendant que le mécano vidait sa boite à outils. Une fois le champs mis en place je n'ai eu que les voix, les torsions au niveau de l'épaule, les coups de marteau, la visseuse, les tractions pour tenter vainement de suivre. Ce qui m'a surprise c'est que seul mon bras avait de l'importance ; je n'existais pas. Lorsque le garrot sous mon aisselle a été actif et que je disais que cela serrait beaucoup le chirurgien m'a répondu que si cela me gênait c'est l'anesthésiste qui réglerait cela, lui ne s'occupant plus que de mon bras. Je n'ai plus rien dit et j'ai compté les trous de la plaque perforée au plafond pendant 29 minutes d'opération. J'ai entendu les anecdotes des uns et des autres comme autour d'une machine à café mais sur le plan opératoire rien, que du technique. Cela me convient. Par principe je fais confiance. Je pense qu'à un moment il a dû changer ses plans et fixer mes os autrement. Dès la consultation du matin en voyant la radio j'avais compris que cela ne se présentait pas de façon simple !
Puis le matériel a été remballé et mon bras énorme et emmailloté a été posé sur mon torse en m'obligeant à le tenir avec l'autre main. J'ai mis un moment à comprendre que ce bras était totalement libre et ne connaissait qu'une direction : le point le plus bas qui passe parfois par le visage en cassant un nez !!! Je n'avais pas compris l'anecdote avant !

Après un court passage dans la salle de réveil j'ai regagné ma chambre. Après le contrôle de l'infirmière j'ai pu me lever. Tenir la nuisette sexy, le redon, le bras qui vit sa vie et baisser sa culotte avec une main à peine valide et fourmillante à souhait c'est... à vivre !!!

L'endormissement du membre a duré longtemps. J'ai remis l'attelle à droite après le dîner et c'est devenu de plus en plus supportable. La douleur du bras opéré est apparue vers 2h du matin. Le comprimé de morphine n'a pas calmé mais j'ai pu m'endormir. Un second plus tard a eu le même effet. Mon avant-bras me semblait pris dans un étau. Heureusement avec le petit déjeuner j'ai pu prendre l'anti inflammatoire et c'est devenu supportable. Le droit ne me gênait presque plus.

Jeudi devait être une journée neutre avant le pansement du vendredi matin suivi de la pose de la coque sur mesure et de la sortie. Mais en milieu de matinée changement de programme je sortais avant midi ! Ce fut un peu compliqué parce que mon Papa n'était pas disponible et Manon non plus surtout que je ne pouvais pas prévoir d'horaire.

Une jeune infirmière est venue faire le pansement sous la supervision d'une autre. J'ai fortement pensé à mon aînée dans cette situation à ses débuts. Bien sûr enlever le drain n'est pas agréable, les désinfectants piquent et bouger le bras est douloureux mais elle s'est bien débrouillée ! Côté couture, heureusement que mes surjets sont plus fins ! Mais là encore je fais confiance surtout suite à l'avant-après de la cicatrice sur ma cuisse pour le mélanome. Par contre je pensais que l'ouverture serait moins longue.

Puis deux personnes sont arrivées pour la coque : là encore une débutante supervisée. Je suis un cobaye pour la médecine !!! J'ai découvert cette technique inconnue de chauffer une plaque de plastique pour la mouler sur le bras puis la découper et la préparer en attelle facilement amovible pour pouvoir faire les soins.

Ma voisine de chambre a eu son plateau repas et moi aussi. Lorsque j'ai dit que je sortais on m'a répondu gentiment que j'allais tout de même manger quelque chose avant !

Manon est arrivée un peu plus tard, quelques formalités et nous voilà dans la fournaise avant de retrouver la maison.

Depuis je m'adapte plus ou moins bien. Manon travaille au moment des repas donc il faut anticiper : impossible de couper, d'ouvrir, de mélanger... Comme avec les médicaments le poignet droit a dégonflé et les fourmis sont moins virulentes j'ai tendance à vouloir utiliser ma main en oubliant l'entorse !!! Je tape d'une seule main avec des pauses... ; ce billet, vu mon bavardage va me prendre la journée ! De toutes façons à part la lecture et la TV ou les vidéos toutes mes activités sont impossibles.

Le problème est que Manon part dimanche matin à Malte avec des copines pour une semaine. Du coup Laëtitia descend quelques jours. J'aurai mon infirmière particulière même si j'ai pris rendez-vous avec une autre infirmière pour les soins.
Ensuite on verra au jour le jour... Tout devient si compliqué d'un coup qu'il faut résoudre les problèmes les uns après les autres !

Il est plus raisonnable d'arrêter là pour reposer la main droite. Je vais essayer de corriger toutes les fautes car cela chamboule complètement ma frappe habituelle avec les dix doigts.

Bravo aux courageux qui sont arrivés au bout !!!

A bientôt... j'espère !

Posté par sylviedetoulouse à 20:23 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

24 juin 2019

Toujours là mais pas bavarde !

Ce mois de juin est particulièrement chargé et je ne vois pas le jour. Je prépare des billets que je n'arrive pas à terminer ; je n'avance pas dans mes ouvrages !

L'association me prend (à mes petites camarades aussi) un temps fou. Une tonne de problèmes à résoudre : techniques, humains, légaux, financiers, prévisionnels... Tout cela au milieu des spectacles de fin d'année. Moi qui croyais avoir signé pour gérer un simple tableau Excel...

Le potager et le jardin ont des ratés et du retard mais je les aurais mes tomates bien rouges... un jour !

Un petit billet court qui ne dit pas grand chose mais j'y travaille...

Merci et à bientôt...

34cb5f0cf626e179a47a585a2f73b195

J'aimerais bien pouvoir me vautrer dans mon hamac...

Posté par sylviedetoulouse à 20:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 juin 2019

BOM Provençal : bloc 5

Pas bavarde ces derniers jours, j'ai aussi bien tardé à réaliser ce bloc du mois de mai.

Plutôt au jardin je ne prenais pas le temps de farfouiller dans mes boites pour dénicher les tissus provençaux qui iraient bien ; puis j'ai attendu un jour tranquille pour découper et assembler à la machine les petits carrés colorés et le temps a encore passé avant que je pose le dernier point de surjet ce matin.

Provençal Bloc05-19-06-10

Bloc n° 5

Provençal quilt 19-06-10

juste mis côte à côte sans assemblage
j'attends la fin...

Il ne me reste plus qu'à espérer finir celui du mois de juin dans les temps...

Provençal01-18-01-27

Posté par sylviedetoulouse à 14:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,