07 janvier 2014

Mes en-cours... broderie

Ils sont tellement nombreux mes en-cours en tout genre que chaque catégorie aura son billet.

Pour les petites croix, ils tiennent dans une boite, ce qui ne signifie pas qu'il y en ait peu.

Il y avait déjà eu une liste en février 2007 où beaucoup vont se retrouver dans celle du dessous. Comme quoi rien ne change !

  1. Mon Beau Sapin Cousine et cie
  2. Amish Quilt Sampler
  3. Il neige
  4. Salexandre
  5. Thé ou café
  6. ABCdaire Laëtitia
  7. Lessive Amish
  8. Coeur février
  9. Hiver BDD
  10. Eté BDD
  11. ABCdaire Côté Sud
  12. Maison n° Alphabet
  13. Corner Basket Sampler
  14. MIB
  15. Composition motifs Savoir Faire Vally
  16. Souvenir Sampler
  17. Dictionnaire des motifs d'Anne

Posté par sylviedetoulouse à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


04 janvier 2014

Rétrospective 2013

nuages_bilan_competences

Rétrospective cela sonne mieux que bilan. Surtout qu'au boulot c'est aussi le moment du bilan !

Côté loirsirs créatifs cela va être rapide ! Un seul châle au crochet . Pas de petites croix (il faut que je trouve une solution avec des lunettes intermédiaires à mes progressives) ; pas de patch. Bon je peux me consoler en me disant que j'ai avancé un peu sur plusieurs projets tricot ou crochet et que peut-être qu'en 2014 ils seront achevés et viendront ainsi étoffer un bilan 2014 !

Côté lectures je regrette de ne pas avoir noté les livres lus car j'avoue avoir oublié le titre dès la dernière page tournée. Je vis pleinement l'histoire, le style le temps de la lecture (heureusement que je suis entre deux terminus dans le métro) mais une fois terminée, j'attrappe un autre livre et c'est un autre monde, même si je reste avec le même auteur. Je peux en retrouver deci-dela parmis ceux que j'ai achetés mais pour les emprunts à la bibliothèque c'est perdu ! Je pense avoir lu une trentaine de livres. Donc en 2014, je fais la liste...

Côté piano je note une amélioration lors des prestations même si le travail à la maison est réduit au minimum ; à peine deux fois par semaine le WE. Mon Petit Bout n'a pas repris à la rentrée et je suis donc seule maintenant à attendre mon passage sur scène. Au dernier concert de l'été nous avions joué notre dernier 4 mains et j'avais enchainé avec un ancien morceau travaillé pendant ma jeunesse. Du coup, même avec le stress je n'avais pas paniqué comme ) l'habitude et avait rendu une partition correcte. Aussi pour le concert de Noël j'ai repris un impromptu n°3 de Schubert  (une version bien plus grandiose que la mienne : les doigts bougent à peine !!!) et j'ai enchainé les 7 pages sans trop de fausses notes et en les interprétant après un quatre mains de mise en route avec ma prof. La méthode semble convenir mais je vais vite arriver à la fin de mon stock de morceaux de jeunesse !!!

Côté CAP c'est là où il y a le plus à dire.

Beaucoup plus de courses cette année 9 courues et une forfait pour cause de côtes cassées... et toujours aucun podium mais heureusement ce n'est pas mon but !
En tout cas plein de premières fois qui donnent envie d'une seconde, puis d'une troisième...
1160 km dont 120 km en course. A noter que cela m'a fait dépenser presque 79000 calories donc je ne vous dis pas ce que j'ai ingurgité pour ne rien avoir perdu en silhouette !!!
Une course de 12 km dans la neige, une autre de nuit plus longue (18 km)... dans la boue, j'allonge la distance à 30km et 850 D+ pour un trail, une première course avec mes deux filles de 4 km(dossards repris pas de photo !), un 10 km en régression, un premier semi-marathon , un petit trail cassoulet toujours de 14 km où je ne ferai pas mieux que l'an passé et finir sur deux 5 km avec mes filles.

Dossards_2013
Côté T-shirt j'ai de quoi mettre !!!

Si j'ai parfois une hésitation avant de chausser les runnings pour m'entrainer plutôt que de rester tranquillou à la maison j'avoue être toujours rentrée contente d'avoir franchi le pas. L'envie de participer à une course est plus présente une fois la course finie qu'au moment du départ où je doute beaucoup. Je reste trop concentrée sur l'effort à fournir pour vraiment profiter ; encore que sur le dernier 5 km avec mes filles j'ai eu le sentiment de pouvoir être un peu spectatrice mais de là à refaire le parcours les yeux fermés !!! Il faut que j'apprenne la légèreté (dans tous les sens !) même si je suis dans le dur.
Par contre ce qui est amusant, moi qui suis sauvage et me renferme de plus en plus en dehors de ma présence au travail (j'ai vraiment coupé tout contact) je vais plus facilement vers les autres lorsque je suis sur une course. J'ose demander un renseignement, dire un petit mot... Oh rien d'extraordinaire mais vu mon habituel côté insociable c'est à relever.

Dans la catégorie CAP je vais ajouter la natation. Même si le mois de décembre m'a vu très peu barboter par flemme de quitter le bureau le midi pour aller me mouiller j'ai nagé plus de 200 km en 2013. Ma GARMIN n'étant pas prévue pour la natation (un prochain achat peut-être) je n'ai pas de vrai suivi. Moi qui aime tant les tableaux cela me mine !!! Mais j'ai trouvé un site pour suivre mes ébats aquatiques : cela m'amusera...

Côté boulot je l'ai déjà évoqué dans le billet précédent donc wait and see...

Et côté vie tout simplement c'est, comment dire, neutre, lisse, quotidien ; pas malheureuse, juste la vie qui passe : les filles et moi ou moi toute seule qui n'attend plus rien !

Mais 2014 c'est aussi des projets et de bonnes résolutions à venir... à défaut de tenir !!!

Posté par sylviedetoulouse à 19:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 décembre 2013

Entre 2013 et 2014

Noël est passé ainsi que ma semaine de vacances, 2013 se termine pour laisser la place à 2014 entre deux journées de boulot et mon blog reste silencieux.

J'avais pourtant fait quelques photos de ma déco de fin d'année en vue d'un petit billet mais...

Allez petites vignettes souvenir...

Avent1

Avent2

Avent3

Avent4
Les 4 bougies de l'Avent

Calendrier_Avent
Le calendrier de l'Avent des filles

Sapin2
Le sapin petit et de guingois !

A l'aube de 2014, je prends déjà une résolution : renouer avec mon blog. Cela me manque de ne plus avoir de journal de bord ; c'est comme si le temps passait sans moi. Non que je souhaite laisser une trace pour la postérité mais juste noter quelques évènements et leur ressenti pour aiguiller mes souvenirs.

Donc Noël. Le Réveillon passé avec mes filles, mon Papa et son amie. Quatre jours de vacances avant pour lâcher prise et dormir. Significatif de ma "fatigue" la nuit du vendredi au samedi j'ai dormi 10 h d'affilé au lieu des 6 h habituelles. Mon subconscient lachait prise !
Une soirée bien agréable où les trois filles de la maison ont mis la main à la pâte pour un dîner simple mais goûteux. Un Père Noël généreux pour chacun d'entre nous.
Nous avions commencé, en ce début de vacances, de grands travaux de nettoyage et de rangement de la maison bien nécessaires et je prenais enfin plaisir à me retrouver chez moi avec des envies de déco. Ce qui ne m'était plus arrivé depuis des mois. Il y a encore fort à faire surtout pour le tri et et ma notion très particulière de faire le vide ! Mais j'ai tout 2014 pour cela !!!

Le matin de Noël mes filles m'ont proposé d'aller courir toutes les trois avant qu'elles ne rejoignent le domicile paternel pour un second Noël ; puis le lendemain elles sont parties quelques jours à Annecy avant que je ne les récupère dimanche soir peu avant minuit à l'aéroport.

Donc après 4 jours de vacances avec elles j'ai eu 4 jours seule. Je pensais faire tant de choses comme toujours. Le résultat est décevant avec un gros coup de mou le dernier WE. Il faut avouer que l'idée de repartir travailler n'aidait pas. Période difficile au boulot. Beaucoup d'interrogations, des départs, des questions sans réponses ; un bâteau un peu à la dérive. Si faire l'effort de pagayer ne me pose pas de problème, je cherche surtout à savoir dans quel sens et pour aller où ? Nous essayons de garder le moral dans notre petite équipe qui diminue à vue d'oeil à grand renfort de croissants ou de chocolat mais c'est un peu le bureau des pleurs dans mon antre !!!

Du coup j'ai vraiment apprécié de retrouver mes filles le dimanche soir ; réconfortée par leur présence j'ai pu remettre le réveil en route pour 6h45. Avec les vacances mon temps de transport se raccourcit de moitié !

Comme l'année passée je suis sortie courir avec la frontale pour un dernier galop sur 2013 après ma journée de boulot ; 35 minutes sous les étoiles avec Agnès Obel dans les oreilles...

En cette nuit de passage entre 2013 et 2014 mes demoiselles sont parties chacune de leur côté faire la fête. Même la petite avec ses 15 ans passera un Réveillon loin de Papa ou Maman. Je dois avouer que j'étais réticente à la laisser aller dans une maison inconnue avec des copains et copines de sa classe. Autant je lui fais confiance autant je suis méfiante pour tout ce qui peut se passer dans une fête d'ado. Mais bon le Papa était ok alors !!! Elle a eu droit malgré tout à un tableau détaillé de tout ce qui pouvait se passer dans une soirée et de veiller l'une sur l'autre avec sa copine. La consigne étant de m'appeler si elle trouvait que cela dérapait. J'ai tellement le sentiment que cela peut arriver à leur insue. Boire un peu, faire la fofolle, flirter avec les garçons cela me semble normal mais que quelqu'un glisse cette petite pilule dans un verre pour faire perdre le contrôle me hérisse le poil !

Elle a tout de même voulu un gros câlin hier soir avant de passer dans la cours des "grandes" !

En attendant minuit je vais continuer à bavarder...

Côté course à pied j'aurais pu aussi faire un petit billet voire deux puisque deux nouvelles courses se sont ajoutées à mon "palmares" 2013 !

N'étant pas une rapide je n'avais jamais couru de 5 km car je me dis que les premiers seront arrivés avant que j'ai pris mon petit rythme. Mais ma fille, cadette depuis le 1er novembre, voulait bien courir cette distance. Les 4 km de la Toulousaine de cet été ne lui avaient pas déplu.

Jeudi soir, un tour sur le Net pour s'inscrire, elle sous les couleurs de son club et samedi je récupérais les 2 dossards pour la course du Confluent.

T_shirt_recto 

T_shirt_verso

Au réveil ce dimanche 17 novembre, pluie, 6° pas évident de motiver une ado...ni sa maman d'ailleurs à quitter la couette. Nous restons au chaud le plus longtemps possible dans la voiture puis un petit (trop petit) échauffement et c'est parti. J'avais prévu de démarrer sur 9.5 km/h puis de monter au delà de 10 km/h et de voir. Sauf que nous avons fait la première moitié à 10.6 km/h. Ma fille semblait à l'aise mais moi je commençais à douter de tenir ce rythme.

Les marcheurs étaient partis en même temps que nous. Mais je parle de vrais marcheurs. C'est impressionnant. A mi-parcours ma fille a doublé un petit groupe et je suis restée derrière. J'ai voulu recoller mais je me suis faite redoublée par les marcheurs ensuite et cela a été le début de la fin. Le bonnet de mon ado dodelinait au loin devant moi... Les jambes avançaient bien, le souffle était déjà un peu plus court mais surtout la tête a fait ses caprices. A ce moment-là je ne peux m'empêcher de penser au chien de Tintin avec le Milou-ange et le Milou-diable qui hésite à satisfaire un mauvais penchant. Moi c'est pareil, le mauvais penchant étant de marcher. Eh oui marcher sur un 5km il faut le faire !!! Oh pas longtemps, juste histoire de dire mais marcher tout de même pour repartir de plus belle.

Je n'ai trouvé personne à gratter devant moi pour me motiver puisque mon égo ne semblait pas assez fort pour me pousser à bien faire. Je suis sûre que si j'étais partie sur un 10 km je n'aurais pas eu envie de marcher avant le 7e. C'est vraiment dans la tête. Il faut que je trouve le bouton pause pour déconnecter mon neurone. Bien sûr une fois arrivée, dans les minutes qui suivent je m'en veux et c'est là que je me sens prête à en découdre !!!

Mais comme toujours je suis contente d'avoir couru et de plus avec ma petite demoiselle... enfin au début.

Ma fille est arrivée en 28' 12" (28' à sa Garmin) et moi en 29' 53" (29' 40" à ma Garmin). Donc le 5 km à refaire encore et encore pour me passer cette envie de marcher...

Et à l'affichage des résultats surprise de voir la demoiselle en 3e position de sa catégorie. Donc après avoir retrouvé la voiture pour nous changer chaudement retour pour les récompenses. Va-t-il falloir ajouter une étagère dans la maison pour les coupes ???

Manon 174e/262 - 52F/123 - 3CA/5 - la première CA est à 21' 32" et la seconde à 26' 34" (avec un peu de travail d'endurance ce serait jouable pour grimper d'une marche !)
Sylvie 202e/262 - 74eF/123 - 13e V2/25

smiley_runner

Le dimanche 8 décembre dans le brouillard et par température négative j'ai embarqué mes deux filles pour aller gambader pendant 5 km dans la campagne toulousaine.

Courir pour une association les a motivées puisqu'elles étaient concernées. C'était pour la sclérose en plaque, maladie qu'avait ma Maman et donc leur Mamie.

La petite avait envie de passer sous les 28' , la grande espérait tenir l'allure des 4 km de la Toulousaine (9.6 km/h) et moi... ne plus marcher.

Plaisir de retrouver Josette (V5) qui prenait le départ pour le 10km, 5 minutes après nous.

Un petit échauffement et c'est parti. Nous prenons chacune notre allure. Je reste sur 10km/h. La petite est en vue et la grande est derrière. Au troisième kilomètre je la retrouve à ma hauteur. Ai-je levé le pied ? Non c'est elle qui avance très bien. Nous courons de concert et je suis obligée de forcer l'allure mais les jambes vont bien. Nous ne faisons que rattraper du monde et c'est bien agréable même si cela semble se faire au ralenti ! Au 4e km, certains marchent et j'ai une tentation d'une fraction de seconde, pas plus !

Ma fille coupe les virages mieux que moi et je la sens s'échapper. Elle va doubler sur le fil la personne qui la devance et la place entre nous à l'arrivée.

Je suis contente, même très contente. Elle a couru bien mieux qu'elle ne le pensait (elle est dans une période un peu négative où elle se dévalorise facilement ; elle tient malheureusement cela de sa Maman !!!) et je n'ai pas marché. La petite est tout de même déçue, elle est partie trop doucement et elle a eu beau faire comme le lièvre de la fable...

A part le 2e km à 9.92 km/h où j'ai dû lever le pied au passage d'un chemin boueux et glissant avec la gelée, tous les kilomètres ont été en progression pour finir le dernier à 11 km/h.

Nous pensions rentrer vite au chaud à la maison mais à l'affichage des résultats, voilà que Manon est première de sa catégorie (bon c'est la seule !!!) Donc podium et nous restons jusqu'au bout. Cela tombe bien, n'étaient récompensés que les premiers dans les catégories. Séquence émotion lors du speech du représentant de l'association de la SEP. Je referai un coucou à Josette ravie de sa course et nous partirons après l'avoir applaudi pour son podium de 1ère V5.

Et dehors le soleil nous attends... enfin !

Dans la voiture, cela parle courses à venir ! La grande est boostée pour participer à des courses en faveur d'une cause et moi je suis ravie de courir avec mes deux filles même si je dois finir derrière elles. En fait c'est à cause du dossard ; nous sommes arrivées dans l'ordre 401, 402, 403. La prochaine fois je m'inscrirai en premier... Il faut noter au passage que la grande en a profité pour dire que ses chaussures n'étaient plus très adaptées !!! La petite ayant eu de belles Nike roses, il faudrait voir à ne pas faire de jalouses même à 21 ans !!!!

Manon 28'19" (28'08" à sa Garmin) 89e/183 - 22e/86 féminine - 1e/1 en cadette et une nouvelle coupe sur l'étagère

Laëtitia 29'05" (28'54" à ma Garmin) 95e/183 - 26e/86 féminine - 5e/7 en espoir

Sylvie 29'12" (29'01" à ma Garmin) 97e/183 - 28e/86 féminine - 5e/14 en V2. Ah si je n'avais pas levé le pied dans le 2e km j'aurais peut-être pu être dans la première moitié du tableau !!!

Encore un petit effort et les 28' sont à moi. Mais ce sera pour 2014 car les courses sont finies pour 2013

T_shirt_recto_dossard

T_shirt_verso

Normalement nous remettons cela en janvier. J'avoue que le 5 km me convient pour me forcer un peu avant de reprendre des courses plus longues... et plus lentes !

En attendant la fin de l'année est proche.

Je souhaite une belle année à ceux et celles qui viennent encore se perdre sur mes pages malgré leur rareté !
Que 2014 vous soit douce et la plus proche de vos souhaits... 

Citation_Bonne_ann_e_2014_Citation_sur_la_vie_8

 

Posté par sylviedetoulouse à 23:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2013

Pour avoir une seconde cassolette...

trail_20du_20cassoulet... et la boite de cassoulet à faire cuire dedans, il faut courir !wink

Ma seconde participation au trail du Cassoulet de 14 km et 290m D+ à une trentaine de kilomètres de Toulouse c'était ce dimanche.

Bien que mon inscription était enregistrée depuis quelques jours, jeudi soir j'ai eu des doutes quant à ma participation ; la gorge qui gratte, le nez qui coule et la journée de vendredi à éternuer et moucher au bureau étaient de mauvais présages. Un tour à la pharmacie le samedi matin pour les gélules miracles (même si je pouvais être positive au dopage, mais vu mon classement !!!) puis j'ai regardé la pluie tomber. J'étais très moyennement motivée à me lever de bonne heure le lendemain matin mais j'ai tout de même préparé mes affaires et lorsque le réveil à sonné, j'étais décidée. Un temps gris et brumeux en arrivant sur la course mais la température idéale. A peine le nez pris et plus de mal de gorge. Yes !

Dossard_cassoulet

 

Un temps de 1h 47 à tenter d'améliorer. Cassons le suspens : je n'ai pas réussi avec 2 minutes de plus.

Samedi il a beaucoup plu et si le terrain était souple sous les running il était également boueux et glissant à certains endroits surtout dans les descentes. Comme je ne me suis pas améliorée dans les montées et que je marche toujours je n'ai pas vraiment grignotté de secondes par là. J'avoue avoir marché alors que j'aurais pu faire l'effort de courir sur certains faux-plats. Il y a vraiment du travail à faire sur le mental car si j'étais contente d'arriver je n'étais pas non plus exténuée donc... peut mieux faire !
Vu que le premier a mis 5 minutes de plus que l'an passé compte-tenu du terrain, je peux presque estimer que je me suis améliorée !!!

J'ai attendu l'arrivée de ma copine coach du semi qui elle courait le 32 km pendant que le soleil capricieux le matin commençait à sortir des nuages. Un peu de papotage d'après courses et j'ai regagné la maison pour une fin d'après-midi tranquille en crochetant au soleil.

650e/754 : 1h 50' 12'' officiel - 1h 49' 45" à ma Garmin
120e/178 féminines
22e/38 V2

Et demain lundi je suis en RTT grin___Copie

 

Posté par sylviedetoulouse à 23:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2013

Premier semi-marathon

semi_tlse_affiche_0913Rien déjà que le nom cela fait rêver car il y a tout de même "marathon" dans cette association !

Il y a un peu plus de 2 ans lorsque je me suis mise à la course à pied, les courses au-delà du 10 km me semblaient réservées à de vrais sportifs qui s'entrainaient dur et qui avait des dispositions.
Moi je voulais perdre du poids, être en forme et me défouler. Casser les cailloux et faire des trous dans le jardin n'étant pas suffisant et me défouler sur les filles pas bien !!!!

Mon inscription sur un forum féminin de course à pieds où certes beaucoup courent largement au-dessus de mes possibilités m'a doucement laissé entrevoir que je pouvais peut-être envisager, un jour, de passer à la catégorie supérieure.

Vu ma déception de ne même pas avoir réussi à refaire mon temps de l'an passé sur 10 km, une copine du forum m'a proposé de me servir de lièvre pour ne rien lâcher sur ces 21km. J'ai accepté avec grand plaisir, d'autant plus que lors de notre première rencontre à la Forest Trail cet hiver nous n'avions pas eu l'occasion de papoter. Bon je prévoyais plus que ce soit elle qui fasse la conversation et j'envisageais de me rattraper au déjeûner !

Je suis allée récupérer les dossards le samedi après-midi. Première fois que j'allais du côté du stade Toulousain ! Bien sûr il y avait un match donc effervescence dans les rues alentours. Un nouveau T-shirt vert mais avec plein d'avions dessus puisque le club organisateur est celui affilié avec Airbus et pas de pub dessus !

T_shirt_recto   T_shirt_verso

 

Arrivée un peu tardivement avec ma seconde fille je n'ai pas vu son amie qui courait le 10 km en V4 mais ce n'était que partie remise. J'ai retrouvé ma copine et nous avons papoté. Pas d'échauffement car j'avais peur de ne pas avoir l'énergie nécessaire pour boucler si j'en utilisais déjà là !!!

Tous les départs ont été un peu retardés et à 10h04 je passais sous l'arche à la fin du peloton ! Nous étions accompagnées par un jeune homme qui faisait son premier semi avant son premier marathon à New-York en novembre !

Mon objectif était 2h15 et nous avons oscillé entre 6'10 et 6'22 pour les 10 premiers kilomètres. C'était un chouaia plus vite que ce que j'avais prévu mais cela allait. Ma copine faisait le plus gros de la conversation si ce n'est pour le kilomètre le plus rapide où mes gambettes ont dû suivre le rythme de mes propos et j'y ai laissé un peu de forces ! Au premier ravitaillement j'ai pris la barre que l'on nous tendait et je l'ai grignotée au cours de la course. Je pense que vers la fin cela a dû m'aider un petit peu même si j'en ai rapporté un tiers. A la fin de la première boucle mon Petit Bout était là pour nous encourager et je n'avais pas marché si ce n'est le temps de boire au ravito et de rattraper le temps perdu ensuite. Notre jeune compagnon a profité de ce ravitaillement de mi-parcours pour prendre un rythme plus soutenu.

Entre le 10e et 15e kilomètre l'allure a varié de 6'26 à 6'42 et là j'ai craqué pour marcher un peu. Le sciatique de la jambe droite commençait à faire des siennes et je rentrais dans le dur pour moi. Les 4 kilomètres suivants je suis repassée au dessus de 7' à force d'alterner marche et course. J'avais un peu mal mais surtout le moral flanchait. Le vent était plus sensible sur cette seconde partie.

Comme ma cop a senti que c'était plus le moral que la douleur qui m'empêchait de courir elle ne m'a plus autorisée à marcher !!! J'avoue que j'ai trouvé long pour arriver sur la piste du stade puis à en faire le tour pour passer sous l'arche. Mais elle avait raison puisque c'est passé. Ma fille était juste à l'entrée du stade puis à l'arrivée. Du coup le 20e kilomètre s'est fait à 6'28 et le dernier 5'56 !!! Il faut croire que j'avais encore de la ressource !!!

La pelouse du terrain n'attendait que moi pour m'allonger après avoir reçu une rose à l'arrivée que j'ai offerte à ma fille pour l'avoir fait lever à 8h du matin un dimanche ! Je suis allée m'allonger dans l'herbe. J'en avais plein les pattes et j'ai du coup arrêté mon chrono un peu tardivement. Donc 2h18' et des poussières. Un peu moins bien que ce que je voulais faire mais toujours dans la fourchette du plan d'Eric et j'étais contente tout de même. Me voilà semi-marathonienne. Un grand merci à ma copine qui m'a accompagnée, encouragée tout du long et qui a su me pousser pour faire mieux que ce que je risquais de faire en me laissant aller à marcher de temps à autre.

Un peu de coca, un bout de banane, un morceau de pain d'épice puis j'ai retrouvé ma fille partie me chercher un gilet à la voiture. J'ai commencé à sentir des crampes dans les mollets et le pied droit et j'ai eu un peu froid en revenant vers la voiture garée loin...

Puis nous nous sommes retrouvées avec ma copine et son amie (55' et 1ère V4 !) pour déjeuner et papoter. C'était super.

A la maison il y avait une odeur de chocolat car ma fille aînée préparait un gâteau. Cela tombait bien, n'ayant plus faim le midi je n'avais pas pris de dessert ! Le goûter était assuré :-)

Une bonne douche avec quelques massages puis un peu de crochet les jambes allongées. Malgré tout ma jambe droite irradiait à cause de ce fichu nerf sciatique et me faisait visiter tous les muscles à part les quadris qui vont bien ! La jambe gauche a bien aimé la ballade et ne se plaint pas.

Une petite marche le soir avec mon aînée convalescente d'une appendicite pour dérouiller les jambes !

C'est fou comme dès le retour dans la voiture, on pense déjà à la course que l'on pourrait faire ensuite ! Bon il me faudra un certain nombre de semi-marathons en courant tout du long avant d'envisager la distance reine mais j'ai le sentiment d'avoir passé une étape. J'espère que cela me donnera confiance pour les moments où je flanche...

Temps officiel (pas de tapis au départ) : 2h19'49" mais 2h18'27" à ma Garmin
1040/1071 au scratch
165/186 féminines
15/20 V2

Pour la prochaine course : retour au trail...

Posté par sylviedetoulouse à 15:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


23 septembre 2013

Un ouvrage terminé

Un petite pause travaux manuels avant de repartir à fond dans les runningswink

Mes tissus ne sont plus découpés en petits bouts, mes aiguilles à coudre ou à broder rouillent mais le crochet a quelques fois des tressautements et de maille en maille j'ai réussi à aller au bout de la deuxième pelote du châle commencé ici. Les petits courants d'air frais de l'automne peuvent arriver j'ai de quoi réchauffer mon cou fragile.
Un petit peu déçue cependant car je croyais la laine plus douce pour la porter si près du visage. Peut-être encore quelques lavages pour adoucir la fibre.

Ch_le_au_21_04_13_fini2

 

Sur ma lancée j'ai repris quelques ouvrages en cours, papillonnant de l'un à l'autre sans en finir aucun bien sûr.

Le problème c'est que tout en travaillant sur un ouvrage j'ai une idée ou une envie que j'ai besoin de mettre en application de suite. Si cela se concrétise et me satisfait je travaille un peu dessus puis revient sur l'ouvrage précédent. Ce qui apporte un ouvrage de plus dans ma malle à en-cours. Et des malles j'en ai !!! (Enfin plutôt des boites en plastique du Suédois mais dit ainsi c'est tout de suite moins "poétique"). Pour le crochet, pour le tricot, pour le patch, pour la broderie. Enfin ces deux dernières doivent avoir quelques toiles d'araignées !

Histoire de garder une trâce de ma gourmandise créative commençons par le tricot sans pour autant remonter à ma grande époque de tricotage avec des pulls qui attendent toujours le montage (dos, devant et manches inhumainement séparés !)

Au_24_08_13Voici le seul qui a vraiment avancé depuis sa dernière présentation ici. J'ai ajouté des rangs avant la dentelle car je me fais à chaque fois avoir avec des châles trop petits et comme j'ai de la laine qui autrement va me rester sur les bras et finir dans un boite avec les esseulées. Quelques rangs le soir avant de m'endormir et je compte les mailles au lieu des moutons...

 

Le "Birch" et le "Travelling Woman" en sont toujours au même point donc ce n'est pas la peine que je vous montre.

Au_23_09_13Mais cela ne m'a pas empêchée de commencer un autre châle suite à un récent achat de pelotes en promo chez Phildar auxquelles je n'ai pas su résister. Un fil écolo en polyester recyclé. Je ne sais pas ce que cela donnera à l'usage. Ce modèle "Mizzle" me semble aller très bien avec ce beige et un peu de couleur jean à venir.

 

 

Posté par sylviedetoulouse à 18:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

21 septembre 2013

Entrainement... et course

Pour la rentrée (scolaire !) j'avais envie de tenter enfin mon premier semi-marathon. Mais quinze jours auparavant il y avait le 10 km d'une ville voisine, celui où j'avais enfin réussi à passer sous l'heure l'an dernier.
Donc l'idée améliorer un chouia mon temps sur 10km et finir un semi pas dans les dernières !
Comment concilier tout cela dans un plan d'entrainement.

J'ai donc demandé l'aide d'un des rares hommes du forum auquel je participe. C'était parti pour 7 semaines avec un 10 km le 1er septembre et le semi 15 jours plus tard.

La première séance mettait tout de suite dans le bain avec des fractionnés longs ! Jusqu'à présent je courais à allure constante bien qu'un peu trop haute pour l'allure qui irait bien avec ma fréquence cardiaque d'endurance et j'avais fait quelques fractionnés 30"/30" à ma vitesse max 13 km/h.
Plus question de faire ça. Premièrement j'ai donc réduit ma vitesse d'endurance (ouh la, je vais finir par marcher) à 8.5 km/h ! Puis j'ai serré les dents pour tenir les 8 fois 1'30 à allure max entre 12 et 12.5 km/h. J'ai tenu mais j'ai fait les récups en marchant d'un bon pas au lieu de trottiner. C'était psychologique.

Lors de la première sortie longue, autre découverte aussi le travail au seuil et seuil plus au cours de la sortie. Seuil devant être ma vitesse semi (entre 9.3 et 9.5 km/h) et seuil plus ma vitesse 10k (10.3 km/h). J'ai craqué. J'ai fait le temps de la sortie mais sans tenir ces allures. Très déçue, il faut dire que j'avais fait cela à jeûn et par une belle chaleur même en début de matinée, je suis retournée travailler ces allures le soir. Du coup dans la journée j'avais fait plus que ma distance semi !

Ensuite j'ai pu tenir mon plan mais avec toujours une récup en marchant et non en trottinant.

 

affiche_bld_2013

Arrive la semaine du 10km. J'ai mal au dos un peu plus que quotidiennement et un coup de fatigue dormant très mal depuis quelques temps ; alors sur les 2 séances je ne ferai que celle de dérouillage de la veille. Je vais d'ailleurs attendre le samedi après-midi pour m'inscrire et prendre mon dossard en même temps avec un joli T-shirt vert vif, spécial course de nuit, pour les 20 ans de cette épreuve.

T_shirt_recto   T_shirt_verso

 

Je n'y crois pas trop. Pas seulement à grignotter quelques secondes mais même à re-passer sous l'heure.
Dimanche matin, j'ai beau me dire que je ne stresse pas j'ai l'estomac qui pense le contraire et je passe visiter souvent les toilettes avant de partir accompagnée de mon Petit Bout.

Il fait beau et nous regardons l'arrivée du 3 km avant de faire la queue devant les 2 toilettes (pour plus de 1000 coureurs !). Du coup je vais me placer en fin de peloton juste avant le départ. Pas d'échauffement, un bisou à ma fille et hop c'est parti.

J'avais prévu de rester avec le meneur d'allure "sous l'heure" comme l'an passé, vu qu'il était arrivé plus d'une minute avant moi et d'accélérer un peu sur la fin si besoin... et possibilité !
Seulement le meneur 2013 est parti à fond sans doute allégé par les ballons et je l'ai suivi de loin tout en étant déjà à 10.3km/h. Celui de l'an passé avait accéléré progressivement sur le premier kilomètre.
Je me cale derrière un grand monsieur qui semble aller à mon allure et je regarde les ballons au loin. Je ne m'arrête pas au ravitaillement des 2km. On coure maintenant entre 10.4 et 10.5 km/h c'est un peu trop pour moi. Au ravitaillement de mi-parcours je marche pour boire et laisse échapper mon lièvre. Je repars à mon allure mais je sens que ce départ trop rapide a fait des dégats et en croisant mon Petit Bout sur le parcours en 2 boucles je vais lui dire que c'est dur et remarcher un peu en arrivant au ravitaillement du 7e kilomètre. Je ne crois plus améliorer mon temps et commence à douter de l'égaler. Je repars toujours à la vitesse que je me suis fixée mais je vais marcher trop souvent pour finir par passer la ligne en pleine accélération mais en 1h1' et des poussières. Râté !
Un peu déçue mais surtout je m'en veux de marcher ainsi, de ne pas y croire suffisamment alors qu'il me reste de l'énergie pour finir à plus de 14 km/h !

886e/990 au scratch
147e féminine/208
18e V2/22

Au moins c'est fait et je peux maintenant penser au semi...

Nous sommes restées pour la remise des dossards et les tirages au sort suivi d'un petit apéritif offert pour les 20 ans de cette course.
Un petit kir, quelques morceaux de fromage et je rentre déposer ma fille en lui expliquant la préparation du taboulé pour aller à la piscine me prouver que j'ai encore des forces pour 2000 m de natation sous le soleil ! Le reste de l'après-midi ce sera transat et hamac...

Deux semaines d'entrainement plus léger avec seulement trois séances de courses et une de natation sur la semaine. Le retour à la piscine couverte n'aide pas après avoir barbotté sous le soleil et avec peu de nageurs.

Mais deux semaines chargées avec la reprise des cours pour mon Petit Bout avec une entrée en seconde dans un lycée Toulousain qui nous fait lever tôt pour le trajet en voiture, puis en métro puis un peu de marche pour elle. Des ajustements le soir pour savoir qui va la récupérer lorsqu'elle sort plus tôt que moi. Une plannification un peu compliquée !
Mon aînée a changé d'orientation et renoncé à la fac pour une prépa au concours d'infirmière. Elle n'a pas validé sa première année de bio et n'a pas voulu repartir en 2e année en géographie. Une journée de cours par semaine plus du travail à la maison et elle continue son temps partiel au Mac Do. Elle est revenue à la maison car son expérience de vivre seule ne l'a pas convaincue. L'espace de liberté étant trop cher payé par la solitude seule devant son assiète le soir !
Juste le temps d'une journée de cours suivi d'un dimanche aux urgences pour une opération de l'appendicite en catastrophe. Donc mode convalence pour trois semaines.
Donc la rentrée fut mouvementée.

Et ce dimanche 15 septembre...

Posté par sylviedetoulouse à 17:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

15 septembre 2013

Ah l'île de Ré

Ile_de_R__2013Retour à l'île de Ré cette année encore et au même emplacement de camping sans rien réserver. La tente et les hamacs ont retrouvé leur place. Le ciel était totalement bleu et il faisait bien chaud pour ce bord de mer. Le décor était planté pour une semaine de "vraies" vacances. "Vraies" car je fonctionne à 10% d'organisation au lieu des 110 % habituels en regrettant de ne pas pouvoir faire 120 !!!

Prendre le temps, enfin !

Footing pour moi, ballades plus ou moins longues en vélo avec ma demoiselle parfois grognon sur la distance, longues pauses lecture bien installées dans nos hamacs pendant que le soleil diminue ses ardeurs, plage et nage en mer, soirées restau délicieuses, un joli feu d'artifice et pour clôturer une semaine de plein soleil un superbe orage le dernier soir qui a détrempé nos affaires et fait flotter nos tongs !!! Heureusement, pour plier au matin, le soleil était revenu et notre emplacement a un peu ressemblé à un déballage de vide-grenier avant de trouver place dans la Kangoo !

Retour à la maison pour encore une dizaine de jours de vacances où cependant très vite le rythme s'est accéléré. Pas moyen de garder cette nonchalance à la maison avec les horaires de travail de la grande, leurs levers tardifs qui mangent une partie de la journée, les rendez-vous pris auparavant et les choses à faire que l'on avait justement gardé pour les vacances !

J'ai tout de même réussi à les entrainer dans une ballade à vélo le long du Canal Latéral (celui qui va vers Bordeaux) avec pique-nique à la clef. C'était sympa. Chemin très roulant avec une partie tout terrain et montée d'escaliers vélo sur l'épaule ! (au retour nous avons pris l'autre rive plus praticable). Nous sommes allées jusqu'à l'écluse de St Jory et j'aimerais bien continuer en repartant de là une prochaine fois après avoir rejoint cette écluse avec les vélos dans la voiture. Nous sommes obligées de faire la ballade en aller retour, ce qui limite notre avancée. Mais voilà un but de virée à vélo. Je les sens cependant moyennement motivées par mon projet !
Un peu de piscine avec mon aînée qui me devance sans problème et quelques sorties running. A noter des tags tout de même très chouettes près de Toulouse.

V_lo_canal_filles
Sans les mains pour pouvoir envoyer des SMS aux copines !

V_lo_canal__cluse1
Malgré l'air vieillot nous sommes en 2013

V_lo_canal__cluse2
Avec l'arrivée d'un bâteau

V_lo_canal_tag1
Un tag...

V_lo_canal_tag2
... un autre

 

Je suis retournée au bureau pas très motivée cette année. Le sentiment que le temps passe trop vite, que je n'ai pas eu mon comptant de pause, que j'ai encore envie ou besoin de rester dans le hamac jusqu'à la fin de mon livre ou sur la plage et dans l'eau jusqu'au coucher du soleil. Bref profiter jusqu'au bout du bout. Est-ce parce que je me rapproche, pour le moment à petits pas, de la fin ultime que je ressens cela de façon plus aigüe qu'avant ?

Puis la Petite est partie chez sa Mamie dans les montagnes, sa soeur s'est elle aussi envolée une semaine plus tard pour Londres où elle retrouvait sa soeur et leur Mamie pour voyager ensemble jusqu'à Vancouver. Trois semaines au Canada chez leur oncle pour découvrir un petit bout de ce grand pays.

Et moi je suis repartie sur un nouveau plan d'entrainement... mais ce sera un autre chapitre.

Ile_de_R__bis_2013

Posté par sylviedetoulouse à 22:27 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

27 août 2013

L'Aubrac, j'y suis allée !

P1000436Non, je n'ai pas disparu de la blogosphère malgré ces 4 mois de silence.Pas motivée ou pas le temps ou les deux, je démarrais des petits bouts de messages qui restaient en l'état. De toutes façons cela ne sert à rien de chercher, c'est passé.Après 3 semaines de vacances j'ai pourtant repris le chemin du bureau depuis un mois et je n'ai pas finalisé le message qui traîne sur mon dernier trail.
Je préviens : comme toujours ce sera long avec l'avant, le pendant et l'après... et les détours d'usage !

Mon plan sur 11 semaines pour un trail de moins de 30 km et 1000 D+ était bien parti jusqu'à la première sortie longue en rando-course de 2h30'. Pluie continue ce dimanche-là je renonce ; je n'ai pas la possibilité de la faire dans la semaine. Je continue les séances mais une gêne au talon gauche qui va et vient depuis des mois m'inquiète. J'avais éliminé la tendinite mais si c'était une fracture de fatigue ? Est-ce judicieux de poursuivre ? Visite au médecin et radio de contrôle avec la cheville en prime puisque ma torsion du trail blanc me laissait des séquelles. Résultat RAS.

Je cours.

La gêne s'accentue surtout au repos, je fais une pause dans les séances, du coup la seconde rando-course de 3h passe à la trappe. Echographie toujours RAS. J'en conclu qu'il n'y a pas de fracture de fatigue et je vais passer outre cette gêne. Je reprends le plan et voici la 3e rando-course de 4 heures ; il est plus que temps d'en faire une. J'ai trouvé un parcours où je cumule 600mD+ et je ferai 30.5 km dans les 4 heures. Je reprends confiance mais ce sera ma seule référence. En fait le trail qui faisait 27km et 515m D+ à l'inscription est passé à 28km et 750m D+. On va donc envisager 4 heures !

Le mercredi soir suivant sortie en endurance de 1h10' et dernière sortie car le jeudi je vais moucher, tousser de plus en plus au fil de la journée pour ne plus pouvoir avaler pendant la nuit. Le vendredi la fièvre arrive. Je quitte le bureau les yeux larmoyants. Verdict du médecin : angine. Lorsque je lui dis que dimanche en huit j'ai un trail il n'est pas très favorable. Si le lundi je me sens mieux, c'est ok sinon je déclare forfait.

Lundi, ce n'est pas la grande forme donc j'opte pour une semaine sans CAP et sans piscine. On va dire que je me repose...au bureau.

En plus je n'arrive pas à joindre la mairie pour savoir s'il y a de la place au camping vu que j'ai prévu de planter la tente accompagnée de mon Petit Bout. Je nous vois déjà dormir dans la voiture...

Beaucoup d'hésitations jusqu'à vendredi. J'ai à la fois l'envie d'y aller et celle de tout laisser tomber devant les difficultés. Mais ce serait louper un second challenge après le renoncement à mon premier semi pour cause de côte fêlée. Samedi matin je charge la Kangoo, j'embarque ma seconde fille et à nous l'aventure sous un ciel gris.

Arrivées à Nasbinals nous allons de suite récupérer le dossard avec un T-shirt orange spécial brouillard ! En fait, il d'une couleur corail très féminine !!!

T_shirt_recto

T_shirt_verso

 

Quelques détours dans le village et nous découvrons le camping avec de la place. Ouf ! Installation sous le soleil de plus en plus présent, une petite pause sous ses rayons et nous partons à pied en direction du village. Je veux connaitre le temps du trajet pour le lendemain matin et puis nous allons "visiter". Quelques emplettes gustatives locales, une reconnaissance de la fin du parcours, quelques photos, une réservation pour le dîner du soir et nous repartons à la tente. Petite balade de 10 km qui aura fait rouspéter ma fille mais nous avons pris l'air. D'ailleurs je suis un peu gênée par l'altitude alors que je n'avais rien senti à Font-Romeu. Cette fichue angine !!!

P1000423
Le "village" de la course

P1000424
L'arrivée à J-1

P1000435
Paysage de l'Aubrac

P1000428
Ses vaches...

P1000433
... ses fleurs.

 

Le repas ne sera pas digne d'une pré-course mais comme je ne prévois pas de chrono je ne bouderai pas la charcuterie et l'aligot !

Préparation de mes petites affaires et dans le duvet à 22h, c'est le grand silence au camp une demie-heure plus tard.

Nuit par étapes et pluie qui tambourine au petit matin. A 6h30 je me lève. Tout est très humide. Mais pourquoi suis-je venue là ???

Je me prépare tout en grignotant de la fouace avec un peu de coca. Comment ça ce n’est pas le menu d’une sportive avant l’épreuve ? De toutes façons je n'ai pas très faim. Je réveille mon Petit Bout qui doit regretter à ce moment de jouer à la supporter de sa Maman. A 7h30 nous voilà parties pour le village et l'arche de départ. Je me place vers la fin du peloton ; un dernier bisou et c'est le départ.

J'entends un "Sylvie" (elle a capté mon n° de dossard) et j'ai juste le temps d'apercevoir Stéphanie de Baskets aux pieds. Comme je l'ai vue en photo sur son blog je la reconnais. Nous n'avons pas pu nous rencontrer la veille comme je n'ai pas pu voir une autre habituée du forum Courir au Féminin car les problèmes de réseau ont contrarié nos rendez-vous.

Ca grimpe d'entrée et je sens que je vais en baver car le cardio monte aussi très vite. Premier étranglement, on marche et ça repart. Je ne me souviens pas bien de cette première partie trop occupée à regarder mes pieds et à suivre le troupeau. Lorsque le groupe s'éclaircit je regarde ma Garmin et pense que côté chrono ce n'est pas gagné. Ma rando-course avait commencé en descente ce qui m'avait permis de m'échauffer tranquillement et surtout d'avoir de la marge sur la montre. Là c'est tout le contraire (première erreur de mon entrainement).

Je marche dans les montées mais je suis dans un bon tempo qui me permet de rester dans le coup, voire de doubler un peu.

Le temps est toujours gris avec de la bruine, du vent frais et je suis ravie d'avoir gardé un T-shirt manches longues un peu épais. Vu ma vitesse, je ne risque pas la sur-chauffe !

Du vert, des pierres, des murets, des fleurs, quelques vaches, du vent, de la bruine, je suis contente d’être là. Juste un peu trop en sous-forme pour pleinement savourer mais je pense que j’aurais passé le WE à regretter et à tourner en rond si je n’étais pas venue.

Je mettrai le pied droit dans l’eau. Brr c’est frisquet mais j’apprécie mes chaussures qui vont évacuer très vite et plus loin ce sera la gauche dans la boue. Une moins chanceuse y laissera sa chaussure. Je suis restée avec elle en toute inutilité le temps qu’elle arrive à défaire les lacets pour rechausser (mon prétexte pour souffler !!!)

Vers le 15e km c'est la difficulté du parcours une longue montée de presque 2 km aux alentours de 15%. Je l'avais vue sur le profil de la carte mais ce n'était pas très parlant à mon inexpérience. Les pistes de ski je connais… en descente ! J'ai donc commencé cette montée comme les précédentes puis j'ai levé le nez. La sensation d'un mur devant moi. Une piste noire et pas rouge à l'envers et sans virage ! Dret dans le pentu ! Un passage à vide et comme depuis quelques temps j'avais besoin d'une pause" toilette" j'ai pris la tangente pour m'enfoncer dans le bois. Quelques minutes plus tard, allégée, je reprenais l'ascension. J'ai fait des arrêts. Je ne sais pas si c'était la fatigue, le découragement, la toux pour me dégager les bronches sans doute un peu de tout. En tout cas ce n'était pas brillant. J'ai vraiment senti le manque des séances loupées mais surtout que je n'avais pas travaillé les côtes comme je l'avais fait pour les petits trails précédents. Et trottiner une longue cote pour un effort continu. (2e erreur de ma préparation).

Arrivée en haut on redescend, chouette je vais pouvoir faire remonter ma moyenne. Une petite compote pour se donner du courage et c'est parti. Je m'élance mais quelques mètres plus loin je stoppe tout avec un début de crampe dans les mollets. Je marche pour faire passer et reprend la course. A nouveau un début de crampe. Je n'ai jamais eu cela. Ma première réflexion est "Si je ne peux pas courir dans les descentes, c'est foutu, je ne passerai pas la barrière horaire". Attention la barrière horaire pour cette course est au final, on me laissera aller jusqu'au bout. C'est plus une limite que je me suis fixée en fait. Puis je m'interroge tout en marchant d'un bon pas. La veille je n'ai pas bu beaucoup pendant le trajet en voiture ni lors de notre balade au village. Je me suis rattrapée au dîner pourtant (de l’eau exclusivement je rassure !). La descente se poursuit dans un chemin abrupt et glissant. Je n'ai pas confiance en mes jambes et alors que cela double à fond autour de moi je fais des petits pas. Je me demande ce que je suis venue faire là, je n'ai pas le niveau c'est clair. Gros moment de doute.

J'arrive au ravitaillement des 18km. On me propose de remplir ma poche à eau. Vu le peu versé je constate que je n'ai pas assez bu. J'avale deux coca et un bout de banane et je repars dans la montée. Les trailers du marathon des Burons ou du Circus doublent sans problème l'attardée de la Cap'Aubrac en perdition. Lorsque je tousse au bord du chemin il y a des petits mots pour savoir si tout va bien.

Arrive enfin la longue portion descendante au cours de laquelle je pensais me refaire. Je vais malheureusement beaucoup marcher même si c’est d’un bon pas. Je n’ose pas me lancer dans les cailloux car je ne fais plus confiance à mes jambes. Lors du passage d’un ruisseau j’ai l’impression de tergiverser pendant une heure à savoir si je pose le pied droit ou gauche sur cette pierre mouillée en dévers ou celle couverte de boue. Il y a un trailer derrière moi qui ne dira rien ou alors le vent a emporté son impatience légitime. Mais je pense que c’était un gentil car quelques mètres plus loin alors que je l’ai laissé passer il me tendra la main pour grimper un bord de fossé glissant. Il a dû avoir l’impression d’attraper un glaçon tellement mes doigts étaient gelés depuis un moment.

Un trailer me demandera combien il reste et je lui annonce 3.5 km. Il est content car il pensait plus.

Une nouvelle montée que ma mémoire du parcours avait occulté se présente. Dur, j’en ai marre de monter. Puis du faux plat dans une trace creusée étroite où je ne suis pas à l’aise pour courir.  Il y a des trous, des bosses, je manque de motivation  et j’opte pour la prudence de la marche. Quel dommage ! (3e erreur de mon plan : mes petits chemins sont bien trop roulants)

Un petit panneau pour annoncer la photo dans 100m. Pour une fois que je le vois. Je suis toute seule, la photographe a le temps de cadrer et je fais mon plus beau sourire en courant d’un pas léger sur l’herbe verte… Enfin c’est l’image que j’ai voulu donner. A voir le résultat….

20130625223550_c3da02af_me

 

C’est étrange à ma montre il reste moins d’un km  et je ne vois toujours pas la bifurcation où nous avions fait demi tour avec ma fille la veille. Je ne me suis pas déviée d’autant en cherchant les toilettes ! J’ai un moment de panique. J’étais sûre que le parcours de fin était commun aux trois courses. Me serais-je trompée quelque part ce qui expliquerait la réflexion du coureur ? Je continue, de toutes façons je n’ai pas le choix. Je n’ose pas demander à ceux qui me doublent. Je me sens tellement pas à ma place que ce n’est pas la peine d’ajouter dans le ridicule. Les 28 km sont dépassés et toujours pas d’arrivée en vue.

Enfin je reconnais le paysage pris en photo la veille sous le soleil. D’ailleurs le soleil semble gagner sur les nuages : il serait temps. Je reprends la course par intervalle histoire de tenir en respect les contractions. Il y a de plus en plus de spectateurs sur le bord de la route. Je me dis que ma fille doit en avoir ras-le-bol de m’attendre depuis ¾ d’heure.  Il y a des encouragements que je n’ai pas le sentiment de mériter et une petite boule qui se forme dans ma gorge. Je déroule bien, je ne sens pas de crampe, j’ai presque l’impression d’être légère et je m’en veux de ne pas avoir plus couru alors que cela me semble presque facile (c’est en descente je précise !!!).

Je franchi l’arrivée seule, les bénévoles avec les médailles du Circus ou du marathon s’écartent, celle avec le petit pot de plante aussi. Le speaker annonce l’arrivée d’une concurrente de la Cap Aubrac d’un ton surpris et enchaine de suite sur l’arrivée du finisher suivant de la Circus. Je trottine dans l’indifférence générale jusqu’aux pinces pour récupérer la puce et je m’isole dans un coin pour appeler ma fille. Mais elle m’avait vue arriver et suivi de loin. Mes premiers mots ont été « J’en ai bavé » puis la boule dans la gorge a pris toute la place. Je n’arrivais pas à savoir si c’était le soulagement d’être arrivée ou la déception de ma course. Je crois surtout que j’étais déçue par moi, d’avoir joué la sécurité de la marche. Tiens mon temps d’ailleurs il faudrait arrêter le chrono !

Je vais me chercher un coca et un truc à grignoter. Je n’ai pas faim ni soif mais un peu de sucré me fait du bien. J’ai transporté mes amandes et abricots pour rien ; juste avalé deux compotes !

Il était annoncé un cadeau finisher. Je me disais que j’avais dépassé la barrière horaire et que j’étais donc hors-jeu. J’ai posé la question mais en fait il n’y avait rien d’autre que le T-shirt avec le dossard. Je suis allée voir les résultats mais je n’y figurais pas.

J’ai réussi à joindre Stéphanie au téléphone et nous avons enfin pu faire connaissance. Elle a couru le 18km qui en faisait 20 et son mari la même course que moi mais beaucoup plus vite en un peu plus de 3h. Rencontre bien agréable qui a permis de faire passer cette boule dans ma gorge.

Avec ma fille nous avons pris le chemin du retour vers la tente. Cette fois-ci c’est elle qui menait l’allure. Je me contentais de suivre en refaisant la course dans ma tête. Enlever les chaussures a occasionné des crampes dans les pieds. Décidément. Une bonne douche pendant que ma demoiselle pliait la tente et rangeait les affaires ; je n’ai pas regretté de l’avoir emmenée ! Je n’avais plus qu’à me glisser derrière le volant !

En route pour la maison, j’ai un peu saoulé ma fille avec tous les détails de la course et mes interrogations ! Et pendant mes silences je continuais à chercher des réponses.

A aucun moment je n’ai pensé abandonner. Ne pas être dans les temps était une déception mais ne pas aller au bout était inenvisageable.

Une fois à la maison les résultats étaient en ligne et ouf j’y figurais... tout à la fin ! Je suis même sur le podium inversé puisque seuls 2 autres concurrents sont après moi. Vu leurs temps ils ont dû cueillir les jolies fleurs sur le parcours. Du coup j’ai remonté le classement et je me suis dis que si j’avais couru un peu plus… et là commence la grande valse des « si » !

Donc 4h53’46 » pour 30 km et non 28 km et 850mD+ et non 750m.

Le lendemain j'avais un peu mal au jambes mais le mardi mes cuisses renaclaient à me sortir du fauteuil de bureau preuve de mon manque de préparation.

J’ai aimé courir dans ces étendues. C’était tout à fait le côté sauvage que j’espérais. J’ai envie de refaire cette course pour y prendre plus de plaisir après une vraie préparation et du travail dans des chemins moins praticables que les miens pour prendre confiance. Et surtout croire en moi…

J'ai recommencé à courir le samedi suivant tranquillement.

Pour en finir côté running (pour le moment !) le dimanche 7 juillet j'ai couru les 4 km de la Toulousaine avec mes filles. Mon petit Bout de 15 ans n'a pas encore droit aux 8 km et cela m'arrangeait vu que ma reprise n'a comporté que de petites sorties en endurance.
Ce fut dur de les convaincre de s'inscrire mais nous avons pris le départ toutes les trois par une chaude matinée dominicale. J'ai couru à la sensation car j'avais oublié ma montre, donc pas de suivi d'allure. Le premier kilomètre est lent et tout en slalom pour se dégager du monde et éviter celles qui marchent. Manon a filé devant sur la fin pour arriver 45" avant nous ; elle aurait pu nous lâcher plus tôt et se rapprocher des 22'. Je suis restée avec Laëtitia et nous avons terminé en 25'17". C'est super parce qu'elle coure beaucoup plus lentement lors de ses quelques sorties. Au temps officiel j'ai gagné une petite minute par rapport à l'an dernier.
Dire que les filles ont envie de faire d'autres courses serait exagéré mais pour peu que ce soit une course caritative (même si l'euro reversé semble faible par rapport au 18€ du dossart) et que ce soit sur une distance courte elles ne disent pas vraiment "non" ! Lorsqu'elles ont vu les résultats officiels, il y a eu un sursaut de leur compétitivité !

Puis le mardi Mon Petit Bout et moi avons pris la direction de l'Ile de Ré pour une semaine de vraies vacances... mais je crois que ce message est déjà bien assez long !!!!

Posté par sylviedetoulouse à 22:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

07 avril 2013

Trail en vue

aubrac_photo_site_2013J'ai validé mon inscription pour aller gambader en Aubrac au mois de juin. Cette nature sauvage me fait envie.
J'augmente la distance et passe à 27 km et 515 D+.
Je n'aurai pas l'expérience d'un semi-marathon pour me rassurer avant mais la barrière horaire étant de 4h30 je pense que c'est faisable !

Depuis deux semaines j'ai recommencé à courir et à nager. Je sens encore bien la côte mais me limite à un seul AINS le matin, ce qui me permet de courir ou nager le midi sans trop de gêne ; on ne va pas parler de douleur !

Par contre la forme en a pris un coup (fréquence cardiaque plus élevée et gambettes lourdes) et les formes aussi mais l'un à la baisse et l'autre à la hausse !

Je commence la semaine prochaine mon plan pour le trail et je pense que je vais en bâver pour le suivre. Mais bon, on a rien sans rien...

Hier soir petit concert de piano avec l'audition des morceaux 4 mains qui se fait tous les deux ans entre les élèves des deux professeurs de l'école de musique. Une quarantaine de duos à faire passer, cela fait de l'effervescence dans la petite salle !
J'ai joué avec une dame qui stressait encore plus que moi mais la Balade pour Adeline est tout de même bien passée (nous n'avions répété que deux fois ensemble !).
Mon Petit Bout s'en est bien sortie aussi. Elle a joué deux fois. Un morceau à son niveau et un autre plus facile pour accompagner une très jeune élève (elle se mettait beaucoup de pression pour ces quelques lignes assez faciles pour elle) Comme quoi !
Comme l'année prochaine elle veut arrêter les cours (mais j'ai obtenu qu'elle ne stoppe pas complètement le piano), je vais voir avec notre prof pour jouer un dernier 4 mains ensemble à la dernière audition de cette année. En effet avec le lycée l'année prochaine les horaires disponibles vont être plus rares... et la motivation n'y est plus beaucoup !

Dans quinze jours je suis à nouveau en vacances. J'espère cette fois-ci mieux en profiter. Un temps plus favorable pour remettre le jardin dans un état acceptable (là c'est la jungle !) et ne pas me blesser pour finir la semaine coincée dans le fauteuil ! Et puis à la faveur des jours fériés profiter d'un chouette pont début mai... enfin si côté boulot cela passe vu que je suis seule désormais !!!

Le châle au crochet n'est toujours pas terminé. Mais que fais-je donc de mon temps ?

 

Posté par sylviedetoulouse à 23:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,