Pas facile d'être "ensemencière" !

Lundi, en ouvrant la mini serre pour l'aérer j'ai constaté qu'un baveux était passé par là et avait croqué toutes les pousses d'aubergine d'une des bouteilles que j'avais transformée en pot ! La bouteille étant tout en haut, c'était donc un alpiniste !

Mardi je prépare quatre nouvelles bouteilles de semis d'aubergines.

Jeudi, enfin une belle journée de printemps. Lorsque je pense à ouvrir la mini serre, le mal est déjà fait. Les pousses des bouteilles-pots ont grillé.

Semis grillés

Placées tout en haut elles recevaient le soleil directement sous le plastique. Il a fait très chaud dans cette partie.
J'en profite pour dé-scotcher les autres bouteilles et tout laisser ouvert.
Les radis dans leur bac à poisson tout en bas poussent bien et quelques oeillets d'Inde sortent de terre dans les pots.

Caisse poisson 03 levée1

Caisse poisson 01 levée1

Caisse poisson 02 levée1

Vendredi les baveux ont fait une croque-party et deux bouteilles-pots de tomates et deux de plus d'aubergine sont vides. A ce rythme je n'aurai plus rien d'ici peu. Il faut réagir.

Semis mangés

Je décide de rentrer toutes les bouteilles-pots à la maison.
Dans les contenants visités j'enlève le reste de racines et sème à nouveau des graines d'aubergine et de tomate (des St Pierre puisque je n'ai plus de graines de tomates de l'ami de mon Papa).
Je vais placer tout cela dans des bacs ou des cagettes que je vais récupérer et je les sortirai dans la journée... je ne sais pas encore où.
Il faut que j'ajoute de la terre autour des frêles tiges pour les renforcer. Mais il y a tellement de vent depuis deux jours que je ne m'aventure pas dans le jardin !

Quant à la serre il faut que je lui trouve un autre emplacement : moins de soleil direct et un peu plus loin des voraces. Il est sûr que sa position près du bac à compost et sur un lit de carton et de feuilles attirait ces petites bêtes. Je suis restée dans l'idée de la froidure de mars en l'abritant du nord par la cabane. Erreur !
Peut-être sur la terrasse de ma chambre près de la porte-fenêtre à l'ouest un peu abrité du soleil par le chêne (qui n'a plus beaucoup de feuilles !). Non, je ne me lèverai pas la nuit pour surveiller !!!
A part les radis et les oeillets d'Inde, les tomates semées dans les godets ne sont pas encore sorties donc n'intéressent pas encore les limaces.

Ne voulant plus tarder à semer les fèves j'ai attaqué le nettoyage de la butte n°1. J'ai enlevé le foin et les herbes arrachées qui séchaient, déterré les derniers adventices et tenté de remettre en forme cette parcelle à la main car trop peu de terre sur les branchages pour m'y risquer à la griffe.
J'ai déposé tout ce végétal à chaque bout de la butte pour qu'il se décompose. J'aimerais allonger mes buttes donc autant améliorer la terre en attendant.
J'ai laissé en place les 5 pieds de romarin de la première partie de la butte. Au départ je voulais les transplanter dans une spirale aromatique mais cela me prendrait trop de temps pour en construire une. On verra plus tard.
J'ai juste fait des trous entre ces pieds de romarin, ajouté du terreau, enfoncé une fève dans chaque trou et replacer de la terre.
Au bout sud de la butte j'ai laissé le thym et la plante curry. A cet endroit la terre manque énormément. J'ai récupéré de la terre dans différents pots de fleurs mortes pour combler un peu. Je n'ai placé des graines que sur un côté de la butte dans cette seconde partie ; je voulais semer des petits pois mais je n'ai encore rien fait !
Au total j'ai semé une quarantaine de fèves.

Je suis allée récupérer un peu de tonte dans un des passages herbeux du lotissement pour recouvrir la butte mais le vent de ces derniers jours a chassé cette trop légère protection !

Butte n°1-01

Je n'ai toujours pas redémarré le rotofil et l'herbe continue de pousser.

J'ai déjà évoqué ici la bande de terrain communal qui sépare en L mon terrain et celui du voisin du bas. Si la partie du bas a déjà été investie par mon voisin, qui sinon n'aurait pratiquement pas de partie plane devant sa maison, le haut est resté en l'état. Comme depuis 17 ans que j'y habite la commune n'a jamais entretenu cette partie, les ronces l'ont colonisée.
A plusieurs reprises j'étais allée au bureau de l'urbanisme, plan en main pour le signaler ; ma voisine avait elle aussi réclamé un nettoyage. Sans succès.
La semaine passée cette voisine ayant croisé les agents municipaux qui tondaient les autres bandes séparatrices du lotissement elle leur a fait remarquer cette partie non entretenue. Ils étaient surpris pensant que ce terrain nous appartenait. Ils ont pris des photos et ont promis de remonter l'information.

Une photo de cette bande prise l'été dernier lorsque j'ai coupé toutes les ronces qui étaient sur mon terrain pour en garnir une butte de permaculture ici.

Ronces03

Mercredi matin, j'entends vrombir un taille-haie. Deux messieurs attaquaient les ronces qui grimpaient le long du lampadaire dans la vision de ma fenêtre de cuisine. Je suis allée discuter avec eux, ravie de voir enfin disparaitre cette haie de ronces qui ne donnaient même pas de bonnes mûres ! Je leur ai signalé que dans cette bande ils allaient trouver des parpaings, des briques et divers gravats datant de la construction de la maison voisine intervenue bien après la mienne. J'ai demandé si l'entretien continuerait à se faire car les ronces repousseraient vite. Ils ne savaient pas. Je les ai laissés travailler car il y avait de quoi faire.

Une petite heure plus tard je n'entendais plus de bruit et pour cause il n'y avait plus personne et tout le reste des ronces était intact ! L'éradication semblait mal partie...

Ronces bande01
Le lampadaire est dégagé...

Ronces bande02
...mais il reste beaucoup de ronces !

En fait j'étais mauvaise langue. Ils sont revenus en début d'après-midi avec le rotofil pour terminer.

Ronces bande03
Avec le camion du voisin en stationnement ce soir-là !

Ronces bande04
Un petit golf ????

Et voilà maintenant une portion de terrain en friche vouée à je ne sais quel avenir ?

A suivre...