16 juin 2016

Stage de yoga

Ce WE j'étais zen !

J'ai suivi un stage de yoga, mon premier et certainement pas le dernier...

Ma pratique du yoga est toute personnelle puisque je ne prends pas de cours, juste suivi des vidéos et lu pas mal d'articles. J'ai une certaine idée des placements du corps après plusieurs années de danse, de stretching et de fitness (dans ma jeunesse !!) mais je suis pratiquement ignorante sur l'aspect spirituel (au sens large du terme).

Comme il n'y a pas de cours autour de ma commune j'ai pensé qu'un stage serait une façon utile et agréable d'en savoir plus sur le yoga, ses bases, ses contenus et ses finalités. J'ai cherché sur le Net un stage dans ma région et suis tombée sur ce site qui proposait un WE en juin dans les Pyrénées. Parfait. Pas trop loin, dans les montagnes, un petit côté sauvage en toute simplicité.

Vendredi après-midi j'ai pris la direction des montagnes. Après l'autoroute c'est le charme des routes étroites et sinueuses. A part les vaches et quelques fermes plus ou moins abandonnées il n'y a pas foule : cela me convient.

Pancarte

 

On accède au gite par une pente bien caillouteuse et la seule surface plane aux environs se trouve devant l'ancienne ferme joliement restaurée tenue par un couple belge et népalais.

Gite

Quelques participants (un seul homme) et la prof sont déjà là et le contact se fait agréablement. Bien sûr j'avais un peu de stress comme toujours : vais-je être à la hauteur ? Pas trop sauvage ?  Au final nous étions une quinzaine répartis dans des chambres de deux ou trois.

Le premier cours était le soir même avant le dîner. Une salle toute en pierres avec des tapis de laine sur lesquels poser nos tapis perso. J'ai découvert une prof douce, attentive, précise dans ses explications. J'ai aimé suivre ses indications. Un cours de Power Yoga où j'ai bien transpiré ! Il va falloir travailler les bras... et les abdos que je croyais plus présents que ça !
Les repas sont végétariens et ce premier dîner est à base de plats népalais. Super bons. De grandes tablées pour faire connaissance. Beaucoup de bavardages et de rires.
Des bavardages qui ont continué avec ma copine de chambrée. Mais il fallait être raisonnables car le lendemain c'était debout à 6h !

Salle yoga

Samedi 6h, douce sonnerie, premiers bruits. Une bonne douche, un verre d'eau, n'aimant pas le thé je n'ai pas profité des différents parfums proposés et hop nous voilà sur nos tapis pour une demie heure de méditation.
C'était le moment que j'appréhendais le plus. A part les 5' de relaxation que je fais après certaines séances je ne pratique pas la méditation. De plus avec ma circulation sanguine pas au top je m'inquiétais de pouvoir tenir 30' assise dans une position entre tailleur et siddhasana.
Je m'installe comme mes petits camarades ; je place des coussins sous mes fesses pour gagner un peu d'ouverture, j'enfile des chaussettes ; certains ont prévu la couverture (ce qui n'aurait pas été une mauvaise idée). Ludivine nous guide pour relâcher toutes nos tensions.
Le premier quart d'heure est passé bien plus vite que je ne l'aurais cru. Encore 5' où j'ai continué à être détendue mais les fourmis ont fini par prendre possession de mes gambettes, la position était de moins en moins confortable et j'ai du m'accrocher à ma respiration pour tenir les 30'. Pour poursuivre il y a tout un rituel de massages-nettoyages du corps pour reprendre contact avec celui-ci. La progression se faisant de haut en bas j'attendais vraiment d'arriver à mes jambes pour les déplier, les masser et chasser les fourmis ! A ma grande surprise cet engourdissement est parti assez vite et je n'ai pas eu de soucis pour enchaîner sur le cours de power yoga. Donc cette première méditation m'a agréablement surprise. Ai-je vraiment réussi à m'affranchir de mes pensées, à méditer réellement ? Je ne sais pas.

Ensuite nous avons tous filé rapidement au petit déjeuner ! Hum le bon pain...

Petit temps libre pendant lequel je suis allée marcher grimper dans les environs et prendre quelques photos.

Chemin

Paysage

Paysage2

 

Avant le déjeuner retour dans la salle pour quelques salutations au soleil, démonstrations et travail de postures. Le corbeau, l'équilibre sur la tête, la sauterelle... ce n'est pas encore pour tout de suite !!! Bilan, je n'ai rien dans les bras !!! Mais c'était bien amusant.

Encore un super repas végétarien avant de partir en promenade tous ensemble sur un sentier féérique le long d'une rivière. Tous les arbres sont couverts de mousse en lambeaux, c'est très étrange comme atmosphère.

Rivière

grotte

Arbres

Arbres2

Nouvelle séance avant le dîner cette fois avec du yin yoga. Travail d'assouplissement en tenant les positions pendant 3'. Dur parfois mais j'ai aimé essayer et arriver parfois à détendre mon corps avec la respiration.
Avant le dîner nous avons eu droit à une dégustation de vins préparée par le compagnon de Ludivine. Tout le monde a apprécié ce moment original dans un stage de yoga avec deux vins blancs très différents. Un premier de culture bio avec un goût très particulier qui m'était inconnu et un Sauternes Château Sigalas-Rabaud de 2007, un 1er grand cru classé. Le dîner qui a suivi n'en a été que plus animé...

Grasse matinée pour le dimanche avec un lever à... 7h ! A nouveau 30' de méditation qui sont passées plus vite que la veille. J'ai beaucoup travaillé la respiration pour contrer des quintes de toux afin de ne pas troubler le silence de la séance. J'ai parfois réussi et j'étais fière de moi ; mon esprit gagnait sur mon corps !!!
Ensuite séance de yoga bikram. Nous n'avons pas fait les 26 postures ni travaillé dans une salle chauffée à 40° mais j'ai bien aimé la série d'enchainements.
Petit déjeuner et visionnage d'un DVD sur le yoga pour ceux qui le souhaitaient.

Salle commune


Après le déjeuner et du papotage au soleil nous avons pris notre dernier cours de yin yoga. Petit moment d'émotion pour se remercier de ce WE partagé et prendre conscience que notre petite bulle de sérénité allait s'envoler...

Ensuite tout est allé très vite. Les sacs étaient déjà prêts, les voitures ont été chargées et est venu le temps des "au-revoir". Seul un petit groupe a choisi d'aller se délasser aux thermes de Bagnères de Bigorre avant de rentrer sur Toulouse. J'ai donc fait trempette pendant deux heures avant de rentrer à la maison et de retrouver ma fille plongée dans les révisions du bac !

Thermes

J'ai vraiment apprécié ce WE.
J'y étais allée avec l'idée de faire travailler mon corps et d'assouvir quelques curiosités sur l'aspect philosophique du yoga.
Si mon corps est revenu détendu et peu courbaturé (à mon grand étonnement) mon esprit s'est ouvert, ce qui ne m'a pas moins surprise. Cela fait un peu pompeux et il va falloir que je trouve les mots pour m'expliquer.
Je suis carthésienne et pragmatique et les articles que je lis dans les revues de yoga me font souvent sourire, voire me dérangent par leur côté gourou. Donc si j'ai une certaine curiosité elle est cependant sceptique.
Non je ne vais pas partir en Inde méditer de longues heures mais j'ai été étonnée par l'atmosphère détendue et ouverte de ce WE et par ce non jugement que j'ai ressenti. Je pouvais être surprise par des personnes inconnues, je pouvais remarquer certains aspects de leur personnalité mais je n'étais pas négative dans mon appréciation. De même je n'ai pas observé mes petits camarades pour savoir qui était le plus souple ou le plus doué et surtout je ne me suis pas sentie jugée. Cette ambiance tolérante est à mettre au crédit de Ludivine qui nous guidait sereinement afin que notre corps agisse sur notre esprit. Même les fourmis dans les jambes n'ont pas réussi à m'agacer !!!

Alors je ne flotte pas depuis dans un monde de bisounours ; les séances de yoga que j'ai effectuées depuis n'ont pas été aussi lénifiantes car je suis un peu trop axée sur la finalité et non le mouvement ; je n'ai pas encore refait de méditation comme je me l'étais promis. Mais hier en reprenant le running j'ai eu le sentiment de courir plus déliée, plus souple, plus fluide... à peine plus vite mais ce n'était pas le but de la sortie !!!

De même que je ne vais pas devenir végétarienne (même si j'ai depuis plusieurs mois beaucoup réduit ma consommation de protéines animales) parce que j'aime trop une bonne bavette ou une tranche de saumon j'ai aimé découvrir des goûts nouveaux dans les plats végétariens.

Hier midi pour le plaisir de mon Petit Bout à l'issue de l'épreuve de philo du bac nous sommes allées déjeuner au Mac Do ! Plus de 6 mois que je n'avais pas mangé un hamburger et des frites !!! Et ensuite j'ai acheté mes premières graines à germer au magasin bio voisin car j'ai bien aimé dans une salade du WE. Je ne suis pas à un paradoxe près !!!!

Saurai-je être zen ce soir en m'installant au piano pour l'audition de fin d'année ? C'est une autre histoire !!!

En tout cas j'ai envie de continuer doucement sur le chemin du temps présent...

Posté par sylviedetoulouse à 16:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 janvier 2014

Rétrospective 2013

nuages_bilan_competences

Rétrospective cela sonne mieux que bilan. Surtout qu'au boulot c'est aussi le moment du bilan !

Côté loirsirs créatifs cela va être rapide ! Un seul châle au crochet . Pas de petites croix (il faut que je trouve une solution avec des lunettes intermédiaires à mes progressives) ; pas de patch. Bon je peux me consoler en me disant que j'ai avancé un peu sur plusieurs projets tricot ou crochet et que peut-être qu'en 2014 ils seront achevés et viendront ainsi étoffer un bilan 2014 !

Côté lectures je regrette de ne pas avoir noté les livres lus car j'avoue avoir oublié le titre dès la dernière page tournée. Je vis pleinement l'histoire, le style le temps de la lecture (heureusement que je suis entre deux terminus dans le métro) mais une fois terminée, j'attrappe un autre livre et c'est un autre monde, même si je reste avec le même auteur. Je peux en retrouver deci-dela parmis ceux que j'ai achetés mais pour les emprunts à la bibliothèque c'est perdu ! Je pense avoir lu une trentaine de livres. Donc en 2014, je fais la liste...

Côté piano je note une amélioration lors des prestations même si le travail à la maison est réduit au minimum ; à peine deux fois par semaine le WE. Mon Petit Bout n'a pas repris à la rentrée et je suis donc seule maintenant à attendre mon passage sur scène. Au dernier concert de l'été nous avions joué notre dernier 4 mains et j'avais enchainé avec un ancien morceau travaillé pendant ma jeunesse. Du coup, même avec le stress je n'avais pas paniqué comme ) l'habitude et avait rendu une partition correcte. Aussi pour le concert de Noël j'ai repris un impromptu n°3 de Schubert  (une version bien plus grandiose que la mienne : les doigts bougent à peine !!!) et j'ai enchainé les 7 pages sans trop de fausses notes et en les interprétant après un quatre mains de mise en route avec ma prof. La méthode semble convenir mais je vais vite arriver à la fin de mon stock de morceaux de jeunesse !!!

Côté CAP c'est là où il y a le plus à dire.

Beaucoup plus de courses cette année 9 courues et une forfait pour cause de côtes cassées... et toujours aucun podium mais heureusement ce n'est pas mon but !
En tout cas plein de premières fois qui donnent envie d'une seconde, puis d'une troisième...
1160 km dont 120 km en course. A noter que cela m'a fait dépenser presque 79000 calories donc je ne vous dis pas ce que j'ai ingurgité pour ne rien avoir perdu en silhouette !!!
Une course de 12 km dans la neige, une autre de nuit plus longue (18 km)... dans la boue, j'allonge la distance à 30km et 850 D+ pour un trail, une première course avec mes deux filles de 4 km(dossards repris pas de photo !), un 10 km en régression, un premier semi-marathon , un petit trail cassoulet toujours de 14 km où je ne ferai pas mieux que l'an passé et finir sur deux 5 km avec mes filles.

Dossards_2013
Côté T-shirt j'ai de quoi mettre !!!

Si j'ai parfois une hésitation avant de chausser les runnings pour m'entrainer plutôt que de rester tranquillou à la maison j'avoue être toujours rentrée contente d'avoir franchi le pas. L'envie de participer à une course est plus présente une fois la course finie qu'au moment du départ où je doute beaucoup. Je reste trop concentrée sur l'effort à fournir pour vraiment profiter ; encore que sur le dernier 5 km avec mes filles j'ai eu le sentiment de pouvoir être un peu spectatrice mais de là à refaire le parcours les yeux fermés !!! Il faut que j'apprenne la légèreté (dans tous les sens !) même si je suis dans le dur.
Par contre ce qui est amusant, moi qui suis sauvage et me renferme de plus en plus en dehors de ma présence au travail (j'ai vraiment coupé tout contact) je vais plus facilement vers les autres lorsque je suis sur une course. J'ose demander un renseignement, dire un petit mot... Oh rien d'extraordinaire mais vu mon habituel côté insociable c'est à relever.

Dans la catégorie CAP je vais ajouter la natation. Même si le mois de décembre m'a vu très peu barboter par flemme de quitter le bureau le midi pour aller me mouiller j'ai nagé plus de 200 km en 2013. Ma GARMIN n'étant pas prévue pour la natation (un prochain achat peut-être) je n'ai pas de vrai suivi. Moi qui aime tant les tableaux cela me mine !!! Mais j'ai trouvé un site pour suivre mes ébats aquatiques : cela m'amusera...

Côté boulot je l'ai déjà évoqué dans le billet précédent donc wait and see...

Et côté vie tout simplement c'est, comment dire, neutre, lisse, quotidien ; pas malheureuse, juste la vie qui passe : les filles et moi ou moi toute seule qui n'attend plus rien !

Mais 2014 c'est aussi des projets et de bonnes résolutions à venir... à défaut de tenir !!!

Posté par sylviedetoulouse à 19:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 novembre 2011

Je l'ai !

Depuis longtemps j'en voulais un.

Bien consciente qu'en dépit de son utilité il avait un petit côté "tendance" que je ne pouvais me cacher. Pour une fois j'avais envie de céder à ce "snobisme" !

Pourtant il y avait son prix, somme toute dissuasif !

Il est vrai que j'avais eu l'occasion, à l'époque d'une maison aux volets bleus, de l'utiliser et de constater sa supériorité par rapport à ce que j'avais chez moi.

Alors vendredi soir, profitant d'une occasion j'ai craqué et je suis rentrée à la maison avec celui que j'avais admiré sur tant de pages du Net ou des magazines de déco que j'achète en masse.

Je lui ai fait de la place dans l'angle de mon plan de travail pour l'avoir toujours sous la main.

LUI

Kitchenaid

Mon Kitchen Aid !

Je le voulais blanc pour aller avec ma cuisine et bien sûr il ne restait que le modèle d'expo. Heureusement ce n'est pas un truc que l'on tripote trop vu son poids. J'ai profité d'un prix intéressant pour cette couleur et d'une remise pour ajouter les rapes. Le vendeur est allé préparer mon paquet et je me suis rendue à la caisse où l'on m'a apporté le carton.
Arrivée à la maison je déballe et... Horreur ! il manquait tous les accessoires. J'étais un peu en colère.
Samedi matin à la première heure, je suis repartie récupérer mon dû !
Il a fallu un peu argumenter car bien sûr ce n'était pas la même personne mais j'ai pu repartir avec ce qui me manquait.

C'est seulement dimanche après-midi que mon Petit Bout et moi avons pu l'utiliser. Il a fallu chercher une recette sur le net car bien sûr le livre de cuisine n'est pas fourni, il faut le demander et patienter ; mais ça je le savais. Etant un peu prise par le temps il fallait laisser pour une autre fois la brioche qui me faisait envie alors nous avons opté pour le gâteau de Savoie. Il n'y a pas photo avec celui que je faisais avant. A la fois plus léger et plus consistant, il ne s'est pas dégonflé à la sortie du four et les filles ont adoré. Il aurait juste fallu un second bol pour faciliter la réalisation mais ce sera pour plus tard... Pas de photo du gâteau : j'ai oublié avant qu'il ne perde sa belle allure suite au passage du goûter !!!

WE running pour toutes les trois ; les unes après les autres. Le froid arrive et j'étais bien pour courir ce midi avec mon caleçon long à l'intérieur en polaire et les gants malgré le temps gris et humide. Je me sentais libre en déroulant ma petite foulée en musique. Bon au bout d'une heure, surtout après des fractionnés, je commençais à fatiguer un peu mais je continuais à apprécier ma course.

Samedi prochain c'est l'audition de piano. Je ne joue pas, juste un quatre mains avec mon Petit Bout. Manon joue également un morceau de jazz. Samedi midi, notre prof est venu à la maison pour nous écouter jouer ensemble et nous corriger. Elle est restée déjeuner avec nous. Ce sera ma seule invitée de l'année 2011 : c'est vous dire la vie sociale qui est la mienne...

Pas envie d'aller bosser demain. J'ai envie de vacances pour prendre mon temps mais ce n'est pas pour tout de suite.

Posté par sylviedetoulouse à 00:12 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juin 2011

Samedi : je profite enfin !

Pas de travaux au jardin aujourd'hui !!!! C'est relâche...

J'ai sorti la machine à coudre de bon matin (8 h) et j'ai fait l'impasse de mon jogging matinal pour ne pas perdre de temps.

J'avais décidé de participer au swap de l'été de MissFil.
Ma petite broderie était finie depuis longtemps, les petits "kdo" d'été trouvés et mardi 21 juin pour ce 1er jour de l'été... je n'ai pas pu aller à la poste le midi comme prévu : boulot. Comme le matin et le soir la poste et moi n'avons pas du tout les mêmes horaires c'était râté pour la semaine.
D'un côté cela m'arrangeait car je n'étais pas emballée par la finalisation de ma broderie. J'avais totalement manqué d'idée, puis de temps avec mes pavés pour me lancer dans un truc plus élaboré.

Alors j'ai profité de ce non envoi pour revoir ma copie.

Ce samedi matin j'ai plongé dans mes couleurs, enfin ma palette textile, j'ai coupé, cousu, recoupé, recousu et je ne suis pas mécontente du résultat.
Bien sûr il était trop tard pour la levée du samedi matin qui est trop matinale donc départ lundi.

Satisfaite et rassurée d'avoir enfin réalisé quelque chose qui me convenait j'ai chaussé les running et je suis partie pour 7 km sous le cagnard car aujourd'hui ce fut le grand bleu intégral avec 36° au plus chaud de la journée.
Je sais ce n'est pas raisonnable et le dermato ne serait pas content mais... me gonfle ce crabe !
A nouveau avec mon copain Bruce dans les oreilles pour me donner du courage et gagner quelques secondes. Encore un peu loin des 10 km mais je grignotte !!!

Pendant ce temps mon ex disait "oui" entouré de Nos filles !!!
J'ai beau dire que cela ne me fait rien depuis 3 semaines que je le sais, j'ai dû compter mes foulées pour évaquer les pensées. Pas de sentiments, cela fait 12 ans que nous avons divorcé, juste l'impression d'être à côté de la vie.
La question fondamentale étant : "Pourquoi moi je cours toute seule (au propre, comme au figuré) ? Qu'est-ce que j'ai ou je n'ai pas pour en être là ?"

Après une bonne douche pour diluer ces questions sans réponse, j'ai enfin profité de ma terrasse ombragée par le chêne. J'ai repris le crochet pour quelques carrés du plaid Anna, j'en étais restée .
Un petit air de vacances ce soir pour feuilletter des magazines en laissant sécher le vernis sur mes petons tout en picorant des olives sur un air de jazz. Je sors les hauts-parleur de l'ordi par la petite fenêtre : je n'avais jamais eu l'idée !!!

Puis une grande séance d'arrosage : ici, la pluie est de l'histoire ancienne.

Un peu de piano car nous avons une audition pour le 4 mains mon Petit Bout et moi mardi soir. Nous n'avons pas joué ensemble depuis... longtemps. Lundi soir répétition avec Ewa.

Dimanche ? Je compte bien profiter encore de la terrasse !!!

Posté par sylviedetoulouse à 23:59 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

12 février 2011

Voyage au pays des blogs

Samedi dernier, j'ai loupé mon rendez-vous coup de coeur... mais mon coeur a pourtant battu un peu plus vite lorsque mon Petit Bout est montée sur scène, s'est installée devant le Steinway à queue et a attaqué son morceau du concours Le Parnasse : Menuet en do majeur de Beethoven.

Nous sommes parties samedi en fin de matinée à Castres pour le joli petit théâtre où se déroule le concours. Après avoir couru faire les courses et le taxi pour le cours de code pour mon Ado Préférée !

Une quinzaine de jours plus tôt lors d'un mini-concert pour les différents lauréats aux concours (piano, flute, trompette) de l'école de musique elle s'était trompée puis arrêtée. Le trou ! Je me suis dis que je lui portais la poisse avec mon stress légendaire !!!
Nous avons donc travaillé ensemble le WE qui a suivi. Il y a eu des soupirs et des agacements mais au final

17.5 / 20
et une deuxième mention

piano_notes

Bon revenons aux blogs qui me plaisent.

Voici pour celui de samedi dernier :

Sew_many_waysDes idées, un tas d'idées partagées avec plaisir dans ce blog. Détourner des objets pour l'aspect pratique ou simplement décoratif. Du patchwork parfois. Comme j'aime le faire j'ai remonté le temps pour découvrir toutes les facettes de ce blog.

Voici pour celui du jour

Checkout_girlJe suis époustouflée par ses réalisations de petits tableaux en feutrine. La finesse des sujets, le détail des broderies, la simplicité des motifs. C'est reposant et cela semble si facile !!! Admiration totale.

Agréables visites et bon WE.

Posté par sylviedetoulouse à 15:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


06 décembre 2010

Lecture musicale

Pourquoi les WE ne durent-ils que deux jours ?

C'est toujours au dernier moment que l'on est le plus motivée, en plein dans l'action. Comme pour les enfants qui s'amusent si bien au moment où on leur demande de ranger !

Pour un WE sans les filles j'avais préparé, dès le petit déjeuner du samedi, une longue liste de choses à faire toutes urgentissimes. Après avoir rayé quelques lignes j'ai opté pour du rangement dans l'ordi. Tous ces fichiers que je stocke, que ce soit des images de digiscrap, des grilles de point de croix, des modèles ou des idées de patch et tant d'autres choses, il fallait mettre un peu d'ordre et faire du tri. Le problème c'est que c'est une tâche empirique, un classement en entrainant un autre.

Pour un peu j'en oubliais le concert de piano de l'après-midi de mon Petit Bout. Pas de trac pour moi cette année : je ne me produis pas !!!
Elle n'a pas trop mal joué un menuet en ut majeur de Beethoven. C'est son morceau de concours qui aura lieu à Castres dans un mois et demi. Elle a encore des progrès à faire. Il y avait surtout de très jeunes pianistes qui ont commencé le piano cette année. Les plus âgés sont partis pour leurs études et les intermédiaires ont surtout joué le soir dans le cadre d'un autre concert "Chopin" à l'occasion du bicentenaire du compositeur.

Le temps de ramener mon artiste chez son Papa, de travailler un peu mon piano (écouter les autres donne envie !), de dîner sur le pouce et je repartais pour le concert suivant.

Ma prof avait préparé des textes à lire sur la vie de Chopin entre les morceaux de piano. Une élève du cours de flute traversière se chargeait d'une partie jusqu'à son duo flute-piano puis Ewa devait continuer. Elle m'a demandé si je pouvais lire le texte à sa place. Et voilà comment je me suis retrouvée sur la scène ! Assise à une petite table éclairée d'une lumière, j'ai évoqué Chopin.
Même s'il y a une petite appéhension j'avoue savoir mieux la canaliser avec ma voix qu'avec mes doigts courant sur le clavier. J'ai repris le cours de la vie de Chopin au moment de sa rencontre avec George Sand jusqu'à sa mort. Puis j'ai terminé tourneuse de pages pour les trois morceaux qu'a joués Ewa pour cloturer ce concert. Moi qui aurais dû présenter le 1er nocturne de Chopin pour ce concert, j'ai tout de même participé à cette manifestation. Je suis sûre qu'Ewa l'a voulu ainsi !!!

En dehors d'un chat qui voulait à tout prix prendre possession de ma gorge j'ai aimé" faire la lecture". Cela aurait été plus facile si j'avais pu déchiffrer le texte avant et s'il n'y avait pas eu des annotations et des ratures sur presque toutes les pages. A un moment d'ailleurs je cherchais le sujet d'une phrase, petit moment de solitude !!!

A propos de lecture j'avais adoré le film "La lectrice" avec Miou-Miou. A l'époque où je ne trouvais pas de travail j'avais pensé faire cela mais n'ayant aucun contact et étant un peu trop sauvage pour partir en campagne de clientèle, l'idée était restée sans suite. Je m'imaginais découvrir les autres au travers de leurs envies de lectures et des auteurs que je n'aurais pas osé aborder dans mon choix ordinaire de livres. Je crois que je me sentais protégée par les mots des écrivains pour aller vers les autres. Pourquoi les notes de musique n'arrivent-elles pas à me protéger ?

Je me fais mon cinéma et si cela se trouve, le public avait hâte que je me taise...

liseuse
La liseuse - Francine Van Hove

Edit de 22h30 : je suis "ré-engagée" pour une prochaine lecture musicale...m'a annoncé ma prof ce soir lors de mon cours de piano. Une nouvelle carrière s'offre à moi !!! Je l'avais commencée en bibliothèque de maternelle pour ma première fille avec un public tout acquis... et collé contre moi sur le tapis.

Posté par sylviedetoulouse à 18:57 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2010

Dimanche ensoleillé

Quelle belle journée !

Il n'y a pas à dire le soleil embelli tout.

Samedi ce devait être une journée shopping en ville avec les filles. Vu le temps maussade le matin j'ai déclaré forfait. En plus mon Ado Préférée reniflait à tout va, il valait mieux rester à la maison. J'ai tout de même eu une sursaut de courage pour aller nager mais en solitaire car mon Petit Bout n'a pas voulu m'accompagner. Et le ciel s'est dégagé au cours de la journée... nous aurions du tenter !

Dimanche matin, ciel bleu au réveil. Un peu de crochet dans le silence de la grasse matinée des filles puis découpage ! Il y a quinze jours nous avions porté des tas de choses à Emmaüs et j'avais fait un tour du côté des chemises. Les filles préfèrent rester dans la voiture ; elles n'aiment pas déambuler dans le hangar. J'ai rapporté six chemises sympas qui sont allée tourner dans la machine au retour.
Ce matin je me suis décidée à tailler les morceaux. Les tissus, les boutons et les étiquettes (pas très prestigieuses !) tout cela avec les ciseaux tailleur de Maman, (les coutures ne lui résistent pas !).

Tissus_chemises

Mais que vais-je en faire me direz-vous ?

J'avais déjà réduit le stock avec ce quilt vol d'oie qui est parti... ailleurs :-( puis j'avais utilisé pas mal de "bleu" pour les fonds du Born to Quilt I ici. Mais comme je reconstitue le stock au fur et à mesure il faut bien trouver d'autres ouvrages !

Je m'étais dit "Pas de nouveau projet pach !!" ; il y en a tant à finaliser mais je suis tentée... Sur la blogosphère un projet commun bien alléchant avec un bloc qui me plait depuis des années...

Encore une semaine de réflexion et je me décide le WE prochain.

Tissus_chemises_boutons

Le midi mon Petit Bout m'a accompagnée à la piscine pendant que mon Ado Préférée nous préparait le déjeuner. Poulet cuit dans une brique et petites pommes de terre de l'Île de Ré; le tout servi en terrasse pour reprendre des forces après nos deux kilomètres. Elle n'est pas belle la vie !

Puis chacune a vaqué à ses occupations. Très lancée sur la coupe j'ai changé de taille de ciseaux pour "coiffer" les lavandes et les santolines. J'ai de quoi égrainer pendant un moment. Mais j'ai un peu trop tardé pour la récolte. Dommage pour les effluves qui seront plus fugaces.

Fin de la journée au piano. Ma prof s'est rangée à mes résolutions, et me voilà travaillant les gammes et leurs dérivés et un prélude de Bach, le n° 6 en Do Mineur. On ne peut pas faire plus "mécanique" mais pas simple pour autant.

Pas de concert cette année. Dommage pour Chopin au mois de novembre. Je tournerai les pages des partitions !!!
Après deux mois sans piano j'ai repris la Pathétique et bien sûr je l'ai jouée sans ce "trou" des premières mesures !!! Un chouia moins rapide car les doigts s'étaient engourdis mais elle était toujours là, dans ma tête et dans les mains...

Posté par sylviedetoulouse à 13:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

01 septembre 2010

1er septembre

On a beau faire cela sonne la rentrée.

C'est pourtant un mercredi et ce n'est pas encore la rentrée scolaire, mais basculer dans le mois de septembre signe comme une fin d'été, de liberté et le retour d'une rigueur sur fond de bonnes résolutions.

Ce matin j'ai retrouvé le trajet partagé voiture-métro. J'ai pu à nouveau plonger dans un livre, ballotée par le roulis des rails souterrains mais j'ai eu le sentiment d'être moins "à l'abri" que dans ma petite auto. Pas ouvert un livre depuis les vacances au fond du hamac !
Hier j'avais encore tentée le trajet en voiture jusqu'au bureau mais j'ai bien cru le soir que je ne rejoindrais jamais la maison ! C'était une fois de trop ! Pourtant venir en une demie-heure au lieu d'une heure pendant les vacances était bien agréable.

Au bureau tout le monde n'est pas rentré de vacances mais ma nouvelle collègue est arrivée ce matin. Enfin plutôt un retour puisque nous avions déjà travaillé ensemble les 6 premiers mois de ma prise de poste.
Depuis une semaine également une nouvelle standardiste écoute patiemment les clients. Très agréable elle semble s'être glissée dans le poste sans problème. J'avoue la laisser se débrouiller seule car elle me semble savoir trouver le juste milieu entre chercher dans son coin et demander un peu d'aide.

Il faut que chacune prenne sa place ; j'ai bien sûr réfléchi à la nouvelle organisation du travail basée sur la polyvalence. Sur le papier cela semble tout simple mais dans la réalité être au courant de tout en ne traitant pas toutes les données c'est une autre histoire... Et puis il parait que je ne sais pas déléguer. J'avoue, habituée à tout faire toute seule, je trouve souvent plus rapide de le faire moi-même, surtout lorsqu'il y a urgence et il y a souvent urgence !

Dans deux jours les filles reprendront le chemin de l'école. Une année sans difficultés (j'espère) pour mon Petit Bout, la cinquième n'étant qu'une suite. Pour mon Ado Préférée la terminale est à la fois l'année sanction et celle du choix. D'ici deux mois nous allons plonger dans les filières, les écoles, les concours, les dossiers... Que de bonheur en perspective !!!

Puisque c'est aussi le moment de reprendre les inscriptions diverses et variée, il y aura la danse pour mon Ado Préférée et juste du strech pour moi (marche et course ne sont toujours pas à l'ordre du jour, donc pas de gym en rythme). La petite avait aimé faire de l'escalade l'an passé donc elle se lance dans la grimpette. Elle a le physique pour : longue et légère !
J'espère continuer la piscine, couverte, en y emmenant mes demoiselles le plus souvent possible le WE
Côté piano mon Petit Bout continue en abandonnant avec joie le solfège. Ce n'est pas bien mais les cours n'apportaient rien. Nous ferons de la lecture de notes (j'ai des tas de recueils de solfège) et elle verra les points particuliers avec Ewa lors de l'étude des morceaux.

Et le piano pour moi ?

J'avoue ne pas avoir soulevé le couvercle en bois depuis deux mois. Je me pose beaucoup de questions. Arrêter, continuer ?
Continuer : mais de quelle façon ?
Plus d'audition. J'ai encore l'échec de la dernière qui me hante.
J'ai envie de faire une année "exercices". Travail des doigts, du rythme, de l'indépendance des mains. Jouer du Bach plutôt que du Chopin. Côté interprétation je prendrai moins de risques ! Fatiguer la bête à coup de gammes, d'arpèges. Viser l'accord parfait à l'abri de mes quatre murs. Très révélateur du reste de mon existence...
En fait je ne sais pas trop. Jouer uniquement pour soi est très réducteur. Le concert étant un but qui permet d'avancer. Mais vu le désastre plus grand à chaque fois, c'est pire que de reculer !
Je n'ai pas encore évoqué tout cela avec ma prof. Je sais qu'un concert Chopin est prévu en novembre et je devais y participer. Je tournerai les pages...

Et ce soir le métro est tombé en panne. Obligée de sortir avant le terminus j'ai donc rejoins les autres voyageurs des rames précédentes en attente d'un bus. Au bout du 3e qui est parti sans moi (je ne raconterai pas la frénésie générale lorsqu'un bus arrivait et ouvrait ses portes) j'ai opté pour le retour à pied. 5 km plus loin puisque j'ai mis 3/4 d'heure je me glissais enfin sur le siège de ma voiture. Pas facile de déambuler sur des secteurs entièrement dévolus aux voitures !

Allez parlons crochet !

Puisque nous sommes le premier du mois, quelques carrés sont venus s'ajouter sur mon plaid Anna, un peu oublié ces derniers temps.

Au_01_09_10

Il me plait, juste un regret pour les carrés avec une fleur qui sont trop ajourés pour un plaid je trouve et ne lui donne guère de tenue. Peut-être après avoir fait une bordure ; mais je n'en suis pas encore là !

Posté par sylviedetoulouse à 23:47 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 juin 2010

Bilan

Ce n'est pas la fin de l'année pourtant.

Serait-ce la période active et tendue du bilan du 1er semestre au boulot qui me poursuit ?

Ou un chaos de plus dans ces six premiers mois de 2010 qui m'amène à faire le point !

Pas terrible cette année 2010 !

Une cinquantième bougie que je peine à souffler, un cambriolage qui me prive des preuves matérielles de mes souvenirs dorés, une collègue arlésienne qui augmente ma charge de travail, un crabe qui me squatte, me grignotte et m'interdit toute liberté ensoleillée, cette solitude lancinante et ce soir un fiasco musical que je ne sais plus comment gérer. Rester positive ? J'ai du mal !

Dernière audition de l'année.
Mon Petit Bout a très bien joué.
Lorsque ce fut mon tour et que j'ai étalé mes 8 pages de partition je pensais ne pas faire pire qu'au concert précédent où pour ce même morceau j'ai pas mal cafouillé même si les bons passages étaient vraiment bien. Sur 8 pages on arrive à en trouver quelques uns !
Je n'ai pas dépassé la 2e mesure ; il y en a 210... Ce 3e mouvement de la Pathétique de Beethoven que je joue depuis presqu'un an, que je connais sur le bout de doigts. J'ai essayé, réessayé : les doigts refusaient d'aller plus loin. J'ai tenté de les feinter et de sauter quelques mesures mais ils ont été les plus forts et ont refusé la supercherie.
J'ai plié mes 8 pages, j'ai descendu les marches sous les applaudissements d'encouragement, j'ai attrappé mon joli sac Longchamp, j'ai dit aux filles que je les attendais dehors (il restait 3 ou 4 élèves à passer) et je me suis réfugiée dans ma voiture. Ce n'était pas vraiment la honte ou le ridicule. C'était plus que ça : un anéantissement.
Lorsque les filles sont arrivées, j'ai démarré sans un mot, nous sommes rentrées à la maison, j'ai allumé la TV et me suis vautrée devant une série. Mes filles ont respecté mon besoin d'isolement.

Ce n'est pas qu'une question de trac. Si je devais monter sur la même scène pour parler, j'aurais le trac sans doute ou tout au moins le coeur qui bat et les premiers mots seraient peut-être un peu faibles mais je pourrais garder le contrôle et enchaîner vers une progression
Assise devant le clavier c'est comme si tout ce que je retiens, encaisse, contrôle, domine jour après jour faisait obstacle soudainement à la liberté de jouer. Je ne pense pourtant pas à tout cela en image concrête, c'est au delà de ma réflexion. Respirer, penser aux notes, aux gestes cent fois répétés : rien n'y fait pour repartir.

Dans la voiture entre les larmes qui coulaient et une certaine passivité ou plutôt de l'abattement j'essayais de faire le point, d'analyser et de prendre une décision.
Continuer ? Pour quoi faire ?
Lors de la précédente audition, déçue, je m'étais dit que c'était fini, plus de concert. Mais est-ce un reste de fierté (ou d'arrogance) je ne voulais pas m'avouer battue. Pourtant là, en repliant la partition je renonçais. Symboliquement il y avait l'intention de renoncer à d'autres choses. Baisser les bras, pour tout. Ma prof m'a chuchotté de revenir jouer, j'ai préféré prendre la fuite.
Continuer ? Pour quoi faire ?
Je me pose beaucoup trop cette question. Je ne devrais pas avoir à me la poser.
A chaque coup dur, je change mon fusil d'épaule et je repars au combat mais je n'y crois plus.
Je me crée des petites victoires : un petit bloc de patch par-ci, une petite broderie par-là, un petit potager pour croire que ça en plus je saurai le gérer. Mettre la barre plus haut. Pour épater qui ? Pour me donner un but, pour me forcer à avancer ?

Ma collègue part pendant l'été et donc à la rentrée il y aura une nouvelle personne à former en plus du retard à rattrapper
Je fais bonne figure mais pour corser la chose, ma seconde collègue (la standardiste) reprend des études dans le cadre d'une formation totalement rémunérée avec la conservation de son poste au cas où. Une aubaine et elle aurait tors de ne pas en profiter mais la rentrée scolaire c'est septembre et un poste de plus à combler et à former.Après un mois d'août seule pour trois postes où le retard va s'accroitre je prévois un mois de septembre difficile. J'encaise avec le sourire en me disant (pour me forcer à le croire) que je vais y arriver. Je m'étais dit pendant ma convalescence que j'allais lever le pied. Mais comment faire ?

Et puis ces vacances qui devraient être comme une pause et que je vois arriver avec apréhension.
Pas de baignade (eau salée sur la cicatrice + soleil), pas de pause lecture sur la plage ou alors sous la lune avec la frontale : les filles vont aller seules à la plage : quelles drôles de vacances. Penser à faire du vélo avant 10h ou après 17h ou alors pédaler avec un parasol. Quand on campe et aime la vie de plein air, les UV sont difficiles à éviter. Vivre habillée moi qui passe l'été en paréo c'est trop dur.
Bien sûr il y a des contraintes plus graves que ces cache-cache au soleil. Une paralysie à gérer serait sans conteste plus lourde. Mais les grandes misères des autres n'en soulagent pas pour autant mes petites.
Alors je me dis que si c'est pour tirer l'aiguille autant rester à la maison; il y aura moins de choses à gérer. Mais il y a les filles ; ailleurs je suis plus disponible qu'à la maison où j'ai toujours une occupation.
Cette année sur mes trois semaines de congés je n'aurai pas un petit moment rien qu'à moi, alors que je n'aspire qu'à ça. Etre totalement seule.

Alors il dit: « je veux habiter sous la terre
Comme dans son sépulcre un homme solitaire ;
Rien ne me verra plus, je ne verrai plus rien. »

Ces vers de La Conscience de Victor Hugo sont exactement ce que je pense. J'ai découvert ce poème en 4e avec une prof de français géniale (et il fallait qu'elle le soit pour me faire aimer cette matière, moi la matheuse !) et j'ai aimé. J'ai aimé de façon abrupte sans forcément tout comprendre. De la même façon que j'ai aimé Antigone de Jean Annouilh. Les mots se coulaient en moi sans que j'ai besoin de réfléchir à leur sens.

Bon je m'égare.

Pour en revenir au piano, je pense que jouer en public c'est me mettre à nu. C'est faire tomber toutes mes défenses, toutes ces barrières que j'errige autour de moi pour faire croire que je suis la plus forte, que je maitrise. Est-ce pour offrir ce visage sans fard (moi qui en mets pourtant si peu) que j'insiste à me retrouver derrière les touches ? Mais pour y gagner quoi puisqu'à chaque fois c'est un échec ? Ou alors me démontrer que lorsque je ne me cache pas derrière un faciès de convenance et d'éducation je ne suis rien et que c'est pour cela que j'aspire à retourner me cacher. 

Peut-être y a-t-il aussi un problème de toucher ? Mardi j'ai vu un neurologue pour un problème d'engourdissement des 4e et 5e doigts de la main gauche et de ce pouce qui bouge parfois tout seul depuis quelques mois. Pour les deux doigts j'ai en effet un endommagement du nerf cubital et il n'y a rien à faire si ce n'est "d'éviter au maximum la position fléchie du bras traumatique" !!!  Pour le pouce le spécialiste n'a rien trouvé et a semblé presque mettre en doute mes sensations. Je pense pourtant avoir une certaine idée de mon toucher avec les années de piano. Comme il y a également une douleur progressive dans le bras qui limite de plus en plus mes mouvements je vais retourner voir mon médecin. Peut-être que les soubressauts de mon pouce en découlent.
Mais cette déficience manuelle n'est pas la cause de mon fiasco.

Normalement tout à l'heure c'est à dire samedi après-midi, il y a un autre petit concert chez ma prof de piano entre adultes. Je ne sais pas si je vais y aller. Ne pas y aller c'est trouver les mots pour expliquer à ma prof. J'étais déjà déçue pour elle tout à l'heure, je vais encore en rajouter. Je sais qu'elle se rangera à ma décision même si elle essayera de me faire changer d'avis. Il y a aussi la volonté de me punir, d'ajouter ce manquement à mon échec.

Continuer ? Pour quoi faire ?

Je pensais que le mois de juillet me verrait reprendre une activité physique mais j'ai des sensations douloureuses dans la cuisse lorsque je marche normalement, alors marche sportive voire jogging ? Pourtant je suis sûre que bouger ne pourrait qu'être profitable à ce moral que je peine à garder à flot. Reste la piscine découverte du village voisin qui devrait réouvrir. Le soir une fois que le soleil se cache derrière les nuages et... accepter les regards (le mien en premier !) sur la cicatrice.

Il paraît que la nuit porte conseil mais il est presque 3 h et je n'arrive pas à m'endormir. J'espérais mettre mes idées en place en tapotant sur ce clavier où je peux effacer les erreurs si facilement !

Cela ressemble plutôt au mur des lamentations...

Posté par sylviedetoulouse à 02:50 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

12 avril 2010

Un dimanche occupé

Dimanche matin j'étais bien décidée à ajouter un bloc de plus à mon Mystery I de Born to quilt : l'avant-dernier !

Je farfouille dans mes tissus. Evidemment c'est toujours celui que l'on cherche qui n'apparaît pas. Je choisi une autre association de couleurs. Je vais accrocher une lessive pour me donner le temps de la réflexion. Nouvelle idée, je fais un tour sur l'ordi pour la laisser mûrir...Bref j'ai pinaillé pas mal en étant à moitié satisfaite. La création, ce n'est pas ce que l'on croit indecision

Je coupais tranquillement toutes mes petites pièces de tissus lorsque j'ai reçu un mail qui a bousculé le déroulement de ma journée.

Samedi soir j'avais commandé la Tour Eiffel version quaker sur le site de Jardin Privé. Ayant terminé "Douceur de Vivre" je m'autorisais à commencer une nouvelle broderie. Cela faisait un moment que j'avais remarqué cette jolie grille. J'ai pensé que le prochain voyage à Paris était l'occasion toute trouvée de la débuter. Je ne ferai sans doute pas beaucoup de petites croix dans la capitale mais il me fallait la glisser dans mes bagages !

QC06

Et dimanche, Nathalie répondait déjà à ma demande. Je n'ai eu de cesse de chercher la toile dans mon stock que je pourrais utiliser, puis les coloris des trois fils nécessaires. Mon choix s'est porté sur du bleu (pour aller dans ma chambre) mais grisé pour s'approcher de la Dame de fer.

Comme la machine à coudre était de sortie, j'ai surfilé le carré de lin blanc que je venais de découper et je me suis interrogée sur le rendu de mes couleurs de fils.
Pas question de commencer déjà la broderie. Ma première croix sera parisienne !
Pourquoi ne pas broder un mini coussinet à accrocher à une paire de ciseaux esseulés ?
Choisir un petit motif dans la grille et tester les couleurs, ajouter un "Paris", mes initiales et l'année en 1 fils pour tout caser et voilà un petit carré brodé qui me satisfait.
J'ai justement un joli tissu Ikéa dans ce ton qui ferait un dos de coussinet assorti.
Comme j'ai un grand morceau de tissu, pourquoi ne pas faire une petite pochette pour y glisser, la toile, la grille et les ciseaux ? Pas une vraie trousse à ouvrages mais une pochette selon le modèle expliqué .
Vite je coupe, je plie, je pique et voilà une pochette. Mais les ciseaux et les aiguilles vont se perdre la-dedans alors une plus petite s'impose. Et hop je recommence en version mini.
Un peu trop simples ces pochettes, même si je les voulais réalisées en peu de temps. Un petit noeud sur la petite et une fleur au crochet avec un bouton pour la plus grande... et la journée est presque finie.

Trousse_Paris

Trousse_Paris_d_tail

J'ai encore le temps d'encadrer de tissus la précédente broderie de Jardin Privé, de la monter sur la plaque d'isorel, de la mettre en valeur sur le mur (mais où sont passés les clous ?)

Douceur_de_vivre_tableau

Il est plus que l'heure de décrocher la dernière lessive avant l'humidité du soir, de ranger un peu (un tout petit peu puisque je suis seule cette semaine), faire quelques points sur le bloc n° 11 délaissé, histoire de dire puis de retrouver les touches du piano.
Le nocturne de Chopin ne progresse pas. Une grosse démotivation depuis mon interprétation semi-ratée dont je n'ai pas parlé. Qu'en dire de plus que les fois précédentes ! Pourtant hormis les moments de stress, il paraît que j'ai très bien joué... Moi je ne sais plus, je ne retiens que ces ratages, trous et autres loupés !
Mon Petit Bout qui avait bien joué lors de ce mini concert a eu une seconde mention avec 16 sur 20 au concours de Castres. Et un diplôme de plus à accrocher sur le mur de sa chambre smile

Appel de ma collègue ce matin : prolongation de 15 jours... mais il y a une amélioration m'a-t-elle dit ! Espoir de la voir présente à mon retour de vacances...

Posté par sylviedetoulouse à 23:25 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,